Языки ::  Бразильский Португальский
Аудио

 

 

  Português brasileiro Brésilien
  OCTOGÉSIMA QUARTA (84a) AULA
OCTOGÉSIMA QUINTA (85a) AULA
QUATRE-VINGT-QUATRIÈME LEÇON
QUATRE-VINGT-CINQUIÈME LEÇON
  A mandioca. Le manioc
     
1 No Mato-Grosso, um folclorista descobriu uma lenda sobre a origem da mandioca. (1)(2)(3) Dans le Mato-Grosso, un folkloriste découvrit une légende sur l'origine du manioc.
2

Ei-la : “Dois indígenas tiveram um casal de filhos.

La voici (voilà la) : "Deux indigènes eurent deux (un couple) enfants.
3 O pai adorava o filho, mas odiava a menina,
e não lhe dirigia a mínima palavra.
Le père adorait son fils, mais haïssait sa (la) fille,
et ne lui adressait (dirigeait) pas la moindre parole (mot).
4 A coitadinha insistiu então, para que sua mãe a enterrasse viva. (4) La pauvre petite insista donc pour que sa mère l'enterre (enterrât) vivante.
5 A mãe adiava, adiava, e por fim executou o pedido. La mère remettait sans cesse [à plus tard] (ajournait, ajournait) et enfin exécuta la demande.
6 Uma vez achado o lugar certo, onde a menininha se sentiria bem, Une fois trouvé l'endroit correct ou la petite fille se sentirait bien,
7 ela pediu que sua mãe se retirasse e não volvesse os olhos se ela gritasse. elle demanda que sa mère se retire (retirât) et ne se retourne pas (ne tournât pas les yeux) si elle criait.
8 Mas a mãe não agüentou e não cumpriu a promessa : Mais la mère ne résista pas (supporta) et n'accomplit pas sa promesse :
9 Ouviu um grito e logo em seguida, virou a cabeça. Elle entendit un cri et aussitôt après (ensuite) tourna la tète.
10 Viu então, uma árvore altíssima;
mas quanto mais se aproximava,
mais diminuía, até a planta se tornar rasteira,
Elle vit, alors, un arbre très haut ;
mais plus elle s'approchait, plus il diminuait jusqu'à ce que la plante devienne (devenir) rampante,
11 sumir no chão
e ficar só uma raiz : a mandioca”.
qu'elle disparaisse dans le sol (disparaître)
et qu'il ne reste (rester) plus qu'une racine : le manioc".

  EXERCÍCIO EXERCICE
1 Ele tem vivido sozinho esses três últimos anos. II a vécu seul ces trois dernières années.
2 Essa moça é muito vivida, muito viva. Cette jeune fille a beaucoup d'expérience (est très vécue) [et est] très maligne.
3 Ele tem escrito um livro sobre a farinha de mandioca como base da alimentação no Nordeste. Il a écrit un livre sur la farine de manioc comme base de l'alimentation dans le Nordeste.
4 Sempre levo a minha carteira comigo, fico mais sossegada. J'emporte toujours mon portefeuille sur moi (avec moi), je me sens (reste) plus tranquille.
5 Você procurava o seu vestido para c enterro : ei-lo. Tu cherchais ta robe pour l'enterrement, la voici.
6 O folclorista tinha descoberto suas raízes indígenas. Le folkloriste avait découvert ses racines indigènes.
7 O jornal exercia muita influência sobre os leitores. Le journal exerçait beaucoup d'influence sur les lecteurs.

1 Mato-Grosso - Aujourd'hui divisé en deux États : o Mato-Grosso do Norte et o Mato-Grosso do Sul.
Le Pantanal est une région marécageuse (o pântano : le marécage) qui, en dehors des saisons d'inondations, abrite l'élevage de bétail (o gado) et des cultures.
Cette région est d'une extrême richesse en ce qui concerne la flore et la faune.
2 Sobre - On traduit l'idée de: sur, soit par em ou no(s), na(s} s'il y a contraction :
Subiu na árvore : ll monta sur l'arbre,
o prato está na mesa : l'assiette ost sur la table ;
soit par sobre :
tinha escrito um livro sobre o Brasil : il avait écrit un livre sur le Brésil.
Chorou sobre seus erros passados : il pleura sur ses erreurs passées.
Toda responsabilidade caiu sobre mim : toute la responsabilité me tomba dessus.
3

Mandioca : vient de mani-oca : casa da Mani, d'après une légende tupi.
C'est l'un des nombreux apports culturels faits par les Indiens á la culture brésilienne.
De même o milho : le maïs, a rode : le hamac (mais aussi filet}.
Mais leur contribution est surtout très importante dans la langue : beaucoup
de noms de viles, de plantes, d'animaux sont d'origine tupi :
o abacaxi : I'ananas, o caju, maracujá (proche du fruit de la oassion),
o jacaré : le caïman, o jacarandá : bois pour l'ébénisterie,
amendoim, caboclo, capoeira (à l'origine terrain où l'on a cultivé, mais envahi par la végétation),
caatinga, maracà, carioca, mingau.
Tijuca, pipoca : pop-corn, samambaia (sorte de fougère mise en pot que l'on voit souvent aux fenêtres) etc...

4

Viva de viver : vivre
- Est-ce un participe passé irrégulier le participe passé régulier étant vivido.
On emploiera vivido avec le passé composé :
Tem vivido assim durante anos o anos : il a vécu ainsi pendant dos années et des années.
Ou bien à la forme passive :
Essa vida foi vivida por eles todos : cette vie fut vécue par eux tous.
Quant à vivo, viva, on l'emploiera comme adjectif ele é muito vivo : il est très malin,
ou comme nom : os vivos : les vivants
- Noua voyons donc qu'il ne peut être employé que comme adjectif (on ne peut dire tinha vivo, ni foi vivo).
Ne pouvant servir á former un temps ni á  la forme active, ni à la forme passive, c'est donc un 'faux" participe passé irrégulier. Nous y reviendrons.

   
  Lisez bien les notes et continuez à noter sur une feuille les formes irrégulières et à les relire tous les jours.
  p166