/
, -

 

LEIÇON 43

 
  Quaranta tresena leiçon (43)  
  Arribam a Avinhon NOUS ARRIVONS A AVIGNON
     
1 Uèi, que nòstre malaut es garit, podèm partir a Avinhon, la vila dels Papas. Aujourd'hui, comme (que) notre malade est guéri, nous pouvons partir à Avignon, la ville des Papes.
2 Passarem per Montpelhièr, quavèm ja vist. Nous passerons par Montpellier, que nous avons déjà vu.
3 Òu, Guston, dormisses ? Sèm arribats. Agacha-me un pauc aquela vista ! Hep, Gustou, tu dors ? Nous sommes arrivés. Regarde (-moi-) un peu cette vue !
4 Ont sèm ? Où sommes-nous ?
5 A Vilanòva dAvinhon. A man esquèrra, as lo fòrt Sant-Andrieu e en fàcia, una de las vistas pus bèlas de lOccitania.
Los barris quentornan la vila, lo celèbre pont dAvinhon amb sa capèla, que la mitat foguèt emportada pel Ròse, e lo Palais dels papas. Espiatz-me aquò ! (1)
A Villeneuve-lès-Avignon. A (main) gauche, tu as le fort Saint-André et en face, une des plus belles vues de l'Occitanie.
Les remparts qui entourent la ville, le célèbre pont d'Avignon avec sa chapelle qui fut à moitié emportée par le Rhône, et le Palais des Papes. Regardez (-moi) bien cela !
6 Tot aquò es plan polit, mas val pas ma borieta e mon tropelon de fedas (2). Tout ça c'est très joli, mais ça ne vaut pas ma petite ferme et mon cher petit troupeau de brebis.
7 Mon paure Guston, i coneisses pas res. Te rendes pas compte de çò qu as aqui, davant ton nasàs (3). Mon pauvre Gustou, tu n'y connais rien. Tu ne te rends pas compte de ce que tu as là devant ton vilain nez.
8 Que si, que o vesi ; mas se vòli parlar, mas fedas me comprenon, al luòc quaquelas pèiras parlan pas, e se vòli manjar, una feda es melhora quun rocàs (4). Oh si, (que) je le vois; mais si je veux parler, mes brebis me comprennent, alors (au lieu) que ces pierres ne parlent pas, et si je veux manger, une brebis est meilleure qu'un rocher.
9 Mon paure amic, coma cervèla, as pas quun estomac. E ben, si aviá pas agut que de monde coma tu, seriá polida la cultura occitana. Tè ! Meritariás que tescampèssi dins lo Ròse ! (5) Mon pauvre ami, comme cervelle, tu n'as qu'un estomac. Eh bien, s'il n'y avait eu que des gens comme toi, elle serait belle la culture occitane. Tiens, tu mériterais que je te jette (jetasse) dans le Rhône!
10 Marineta, quès polida quand ès en colèra : vèni que te fagui un potonasson que pete ! (6) Marinette, que tu es jolie quand tu es en colère : viens que je te fasse un gros baiser qui te montre combien je t'aime, (et) qui pète !

Exercice en provençal. EXERCICE
- 1 Guston es entendut, saup apreciar lestile e la beutat dun monument.
-2 Mai fa crèire a Marineta ques pas capable daimar la vista dAvinhon denaut de Vilanòva.
- 3 Lo Palais dei Papas foguèt bastit a lEdat mejana, sobretot au sègle catòrze.
- 4 Ara, pèr que sigue mai bèu, la comuna an restaurat la plaça que davala davant deu.
- 5 A man drecha se tròba un ostau renaissènça ambé de fenèstras remirablas que deu servir lèu de musèu.
- 6 Fa un pauc oblidar quan tombat leis ostaus vièlhs dau quartier de la Balança.
- 1. Guston est connaisseur (entendu), il sait apprécier le style et la beauté d'un monument.
- 2. Mais il fait croire à Marinette qu'il n'est pas capable d'aimer la vue d'Avignon d'en haut de Villeneuve.
- 3. Le Palais des Papes a été bâti au Moyen Age, surtout au XlVème siècle.
- 4. Maintenant, pour qu'il soit plus beau, la municipalité a restauré la place qui descend devant lui.
- 5. A sa droite, (à main droite) se trouve une maison renaissance aux (avec des) fenêtres admirables qui doit servir bientôt de musée.
- 6. (Ça) fait un peu oublier qu'on a fait détruire (qu'ils ont tombé) les vieilles maisons du quartier de la Balance.
Var. prov.:
- 1. saup, lang. sap.
- 4. bèu, lang. bèl; eu, lang. el.

Remarquez les pluriels an restaurat et an tombat: cela est dû au fait que la comuna est un singulier représentant un groupe de personnes.

NOTES
(1) Pont, variante pònt (lang. oriental, Prov.).
(2) Borieta dérivé de bòria. Quand le n'est plus accentué (à cause du suffixe qui prend l'accent) le devient -o- (ou) cf. leçon 8 n. 3.
(3) Vous avez encore un exemple du suffixe -às (aug. ou péjoratif) (nasàs).
(4) Melhor donne au fém. melhora. Toutefois, on entend aussi melhona, dans le Bas-Languedoc notamment, parce qu'on a substitué au suffixe -or le suffixe -on, qui a la même prononciation (
-r et -n finals ne sont plus prononcés) d'où -ona.
(5) Agut, var. abut, ajut, augut.
(6) Fagui (que) je fasse var. faga, fasqui, fasca, fase, faça.
Potonasson: dérivé de poton baiser (de p
òt lèvre) avec deux suffixes: -às (aug, ici) et -on (affectif). Il est donc nécessaire de faire appel à une longue périphrase pour le traduire aussi bien que possible.