/
, -

  LEIÇON 17  
  Dètz-e-setena leiçon (17)  
  La cavalariá occitana e Paratge LA CHEVALERIE OCCITANE ET PARATGE
     
1 La cavalariá occitana senracina dins la feudalitat; per sos principis e son importància, es mai quun òrdre, es un eveniment (1). La chevalerie occitane s'enracine dans la féodalité ; par ses principes et son importance, elle est plus qu'un ordre, elle est un événement.
2 Lo sieu principi primièr es Paratge, legalitat entre totes los cavalièrs, quala que siá lor origina sociala : per èstre un cavalièr, èra pas necessari dèstre nòble de naissença, mas caliá èstre nòble de còr (2). Son principe premier est Paratge, l'égalité entre tous les chevaliers, quelle que soit leur origine sociale : pour être un chevalier, il n'était pas nécessaire d'être noble de naissance, mais il fallait être noble de cœur.
3 Aquela nocion èra a-n-aquela epòca una revolucion vertadièra dins la concepcion de lexisténcia, per que las nocions de naissença e de classa sociala, tant importantas per la noblessa francesa de lepòca èran remplaçadas en Occitania per las de Valor e de Prètz. Cette notion était à cette époque une véritable révolution dans la conception de l'existence, puisque les notions de naissance et de classe sociale, si importantes pour la noblesse française d'alors (de l'époque) étaient remplacées en Occitanie par celles de Valeur personnelle et de Mérite (prix).
4 Aital, dins aquel òrdre, pas cap de senhors e de vilans, pas cap de rei e de servidor mas dòmes pars que devian aver fachas las pròvas de lor granda Valor e de lor grand Prètz. Ainsi, dans cet ordre, plus du tout de seigneurs et plus du tout de vilains, plus de rois et de serviteurs, mais des hommes égaux qui devaient avoir fait les preuves de leur grande Valeur et de leur grand Mérite (prix).
5 Mas la filosofia d aquel òrdre èra pas passiva. Legalitat fondada sus la Valor èra mai que mai un principi de vida, e non pas una finalitat. Mais la philosophie de cet ordre n'était pas passive. L'égalité fondée, sur la Valeur personnelle était avant tout un principe de vie et non un but (une finalité).
6 Aital, lòme quaviá degut provar son Prètz per poder venir cavalièr, deviá acceptar tanbén coma finalitat de se melhorar, enmostrant Leialtíìt, Fiseltnt, Respècte de la Vida e de la Libertat (3). Ainsi, l'homme qui avait dû prouver son Mérite pour pouvoir devenir (venir) chevalier, devait accepter aussi comme but de s'améliorer, en montrant (sa) Loyauté (sa) Fidélité, (son) Respect de la Vie et de la Liberté.
7 Mas aquela filosofia, èra acceptada pels Trobadors ? Mais cette philosophie, était-elle acceptée par les Troubadours ?
8 Òc, de segur.. perque sabèm que fòrça e mai probable totes los Trobadors eran cavalièrs. Oui, bien sûr, parce que nous savons que beaucoup de Troubadours et même probablement tous, étaient chevaliers.
9 Quina concepcion de la vida extraordinàriament elevada! Contunhatz encara, Guilhèm, es apassionant! (4) Quelle conception de la vie extraordinairement élevée ! Continuez encore, Guilhem, c'est passionnant !
10

Voldriái ben, mas comença d'èstre tara , deman matin, se caldrà levar d'ora pei anar a Tolosa (5).

Je voudrais bien, mais il se fait tard (il commence d'être tard) ; demain matin, il faudra se lever de bonne heure (d'heure) pour aller à Toulouse.

Exercice en gascon. EXERCICE
- 1 En Occitania, que vivè ua civilisacion fondada sus Paratge.
- 2 Aqueth Paratge quexistiva entre los chivalièrs.
- 3 Tot òme que podè viéner chivalièr, estosse nòble o non.
- 4 Totun, que calè èste nòble de còr e desperit.
- 5 En mei daquò, cada chivalièr que devè cercar lo Melhorament per la Leialtat, la Fiseltat e, mei que mei, peu respècte de laute, quei a díser de la vita.
- 6 En efèit, ua civilisacion qui non considèra pas mei la vita coma sacrada, quei ua civilisacion decadenta, aperada a morir com los qui a decidit de tuar.
- 1. En Occitanie vivait une civilisation fondée sur Paratge.
- 2. Ce Paratge existait entre les chevaliers.
- 3. Tout homme pouvait devenir chevalier, fût-il noble ou pas.
- 4. Cependant, il fallait être noble de cœur et d'esprit.
- 5, En outre, chaque chevalier devait rechercher le Melhorament par la Leialtat, la Fiseltat et, surtout, par le respect de l'autre, c'est-à-dire de la vie.
- 6. En effet, une civilisation qui ne considère plus (pas plus) la vie comme sacrée est une civilisation décadente, appelée à mourir comme ceux qu'elle a décidé de tuer.

Var. gasc. : ce texte vous présente presque toutes les particularités du gascon :

1. -n- intervocalique amuï : (1, 6) ua, lang. una.
2. -l final (issu de -l-) devenu -u : (5) peu, lang. pel.
3. -l final (issu de -ll-) devenu -eth : (2) aqueth, lang. aquel.
4. -l- intervocalique (issu de -ll-) devenu -r- : (6) aperada, lang. apelada.
5. -ai- devenu -ei- : (5, 6) mei, lang. mai.
6. Finale de limparfait, 3ème pers., en , lang. -iá : (1) vivè, lang. viviá ; (3) podè, lang. podiá ; (4) calè, lang. caliá; (5) devè, lang. deviá.
Autres var.: (3) viéner, lang. venir ; estosse, lang. foguèsse ou siaguèsse ;(4) èste, lang. èstre ; (5) aute, lang. autre (-tr- =-t-) ; vita, lang. vida.


NOTES
(1) Cavalier, Chevalier, var. chivalièr, influencée par le français.

(2) L'adjectif possessif occitan est mon (masc), ma (fém.), pluriel mos, mas ; var. mei/mi, meis/mis devant voyelle (Prov.) ;
ton, ta ; son, sa ; n
òstre, nòstra ; vòstre, vòstra ; lor leur.
Il existe toutefois une tournure emphatique : lo mieu, tieu, sieu, n
òstre, vòstre ;
mon capèl signifie mon chapeau, lo mieu capèl mon chapeau à moi.

(3) Degut, var. d(i)eugut, déchut.

(4) Apassionant, var. passionant ; de (a)passionar passionner.

(5) Caldrà, var. calrà, caurà, carrà ; calerà (Gasc).
En Prov., on emploie le verbe faler d'où faudrà il faudra.
A Bordeaux, on utilise également faler et non caler falloir.
Se levar d'ora, syn. se levar bona ora de bonne heure.