/
, -

  LEIÇON 12  
  Dotzena leiçon (12)  
  La velhada LA VEILLÉE
     
1 Ai convidat damics; anuèch farem una velhada, coma dins lo temps. Aquò val totas las televisions del monde ! (1) J'ai invité des amis ; ce soir nous ferons une veillée comme autrefois (dans le temps). Ça vaut toutes les télévisions du monde !
2 Tè, arriban ; dintratz ! Vos saludi a totes, los grands e los pichons, los gròsses e los magres, los borruts e los cappelats, dintratz e que la velhada comence ! (2) Tiens, ils arrivent ; entrez ! Je vous salue (à) tous, les grands et les petits, les gros et les maigres, les velus et les chauves, entrez et que la veillée commence !
3 La castanhada es gaireben prèsta. Bolega lo panièr, Guston ; cal que las castanhas susen; quand petaràn, seràn cuèchas (3). La flambée de châtaignes est presque prête. Remue le panier, Gustou, il faut qu'elles suent, les châtaignes; quand elles péteront, elles seront cuites.
4 Ara i es, petan ; del temps quacaban de se còire, prepara lo linge, Loïson, per las i metre. Per que sián melhoras, las anam confir (4). Maintenant, ça y est, elles pètent; pendant (du temps qu'elles) finissent de cuire, prépare le linge, Louisou, pour qu'on les y mette. Pour qu'elles soient meilleures, on va les coufire.
5 Met-las dins lo linge, Joanon, e fai-las passar a Marineta, que si assète dessús. A un brave cuoleton per las coar (5). Mets-les dans le linge, Jeanou, et fais les passer à Marinette pour qu'elle s'asseye dessus. Elle a un bon (grand) derrière, notre chère Marinette pour les couver.
6 Coquinàs, me faràs totjorn rire. Tè, a tu de las confir las castanhas, aquò te recalfarà... lo còr ! Ara a tu, Guilhèm, tamagues pas darrièr ton paire ! (6) Grand coquin, tu me feras toujours rire. Tiens, à toi de les coufire les châtaignes, ça te réchauffera ... le cœur ! Maintenant à toi, Guilhem, ne te cache pas derrière ton père !
7 Devon èstre prèstas. Las anam poder manjar. Que son bonas ! Diriatz quun lapinon me leca larma ! (7) Elles doivent être prêtes, on va (nous allons) pouvoir les manger. Qu'elles sont bonnes ! On dirait (vous diriez) qu'un petit lapin (mignon) me lèche l'âme !
8 Sèm talament plan aquí, davant aquel bon fuòc de lenha, a manjar de castanhas e a nos contar distòrias quanariam pas al lièch totara.
Praquò deman, començam nòstre viatge, a la descobèrta de lOccitania (8).
On est tellement bien là, devant ce bon feu de bois, à manger des châtaignes et à nous raconter des histoires qu'on n'irait pas au lit tout à l'heure.
Pourtant, demain, nous commençons notre voyage, à la découverte de l'Occitanie.

Exercice en provençàl. EXERCICE

- 1 Te convidi a venir a lostau, que i fau una castanhada.
- 2 Ai convidat tot lo monde, totei leis amics.
- 3 Vaqu
í lei castanhas que petan, seran lèu cuèchas.
- 4 Asseta-te sus lei castanhas, Marineta, aquò te recaufarà... leis idèas.

- 1. Je t'invite (convie) à venir à ma (la) maison, où je fais une grillée de châtaignes.
- 2. J'ai invité tout le monde, tous mes amis.
- 3. Voici les châtaignes qui pètent, elles seront bientôt cuites.
- 4. Assieds-toi sur les châtaignes, Marinette, ça te réchauffera ... les idées.
Var. prov. 2. totei var. de totes. 4. recaufarà, var. de recalfarà, connue aussi en Lang.

NOTES

(1) Dotzen : la forme dotzième est empruntée au français. Anuèch : pour les var. cf. nuèch leçon 11 note 4 ;
dans certains parlers, anuèch (anuèit...) signifie aujourd'hui.

(2) Comence, subj. présent de començar. Subjonctif présent des verbes du 1er groupe (finale en -ar) : Parle, -es, -e, -em, -etz, -en.

(3) Castanhada, syn. virolada, risolada.
Cuèch, var. cu
òch, còit, cuèit.
Far la castanhada faire une grillée de châtaignes.
La veille du jour des Morts ou de la Saint-Martin, on fait une castagnade particulière ; les enfants mettent quelques châtaignes dans leur lit, comme offrande aux âmes des morts.

(4) Del temps que, syn. mentre que, pendent que, de çò que.
C
òire, var. còser, còder.

(5) Employé avec un impératif, le pronom complément (lo, la, etc.), se place comme en français, après l'impératif : met-las mets-les ; fai-las passar fais-les passer.
Brave signifie gentil ou grand : una brava pèira une grande pierre. Vous avez certainement constaté que le féminin des adjectifs est en -a : brave, fém. brava ; bon bon, fém. bona.
Cuol est moins grossier que le fr. cul ; var. chol ; syn. detràs derrière.
Remarquez l'expression : a un brave cuoleton : Marinette a un bon derrière (brave) , mais cuol , est suivi d'un double suf. qui n'a pas ici une valeur diminutive (ce que contredirait l'adj. brave), mais une valeur affective. L'expression signifie donc à peu près : elle a un bon (grand) derrière, Marinette qu'on aime bien.

(6) Le suf. -às de coquinàs est augmentatif ici. Il est parfois péjoratif : un ostalàs est une maison grande et laide.
Còr, var. francisée cur.
Paire, var. pèra (pron. pèro) empruntée au français. Paire signifie aussi parfois chef des domestiques.
Recalfar, var. recaufar, dér. de calfar, var. caufar chauffer.

(7) Estre, var. èsser.
Poder, var. porre, poire.
Le suf. -on de lapinon est dim. et affectif; cf. leçon 8 note 7.
Très belle expression languedocienne indiquant que
l'on se régale comme si un petit lapin vous léchait l'âme.

(8) Istòria, var. francisée istoèra.
Anariam, var. aniriam ; anguerem (Gasc).