::

Audio-file

 

 

  Norsk

Français

  SEKSTISJUENDE (SYVOGSEKSTIENDE) LEKSJON SOIXANTE-SEPTIÈME LEÇON
  Det er 'dyrt med barn Les enfants coûtent cher (c'est cher avec les enfants)
     
1 'Hei, Jørgen!
Jeg kom 'nettopp forbi og ville bare 'hilse på. (1)
Salut, Jørgen !
Je passais juste par là (devant)
et je voulais [vous] dire bonjour (et voulais seulement saluer).
2 Å, du far visst 'unnskylde, jeg tror jeg 'forstyrrer...
Du er jo i 'full puss:
'dress og 'hvit 'skjorte! (2)
Oh, excuse-moi (tu peux certainement excuser), je crois que je dérange...
Tu es (insistance) sur ton trente-et-un (en habits du dimanche complets) :
costume et chemise blanche !
3 Vi er bedt i 'barnedåp om en 'time. Nous sommes invités à un baptême dans une heure.
4 Men du kommer 'akkurat i 'rette 'øyeblikk:
kan du 'hjelpe meg med å 'knytte slipset?
Jeg mangler 'trening...
Mais tu tombes bien (arrives juste au bon moment) ; peux-tu m'aider à nouer [ma] (la) cravate ?
Je manque [d']entraînement...
5 ... og Vibeke har 'nervene på 'høykant:
'hårtørkeren er i stykker og hun 'klarer ikke å fa 'bort en 'sminkeflekk på 'bunaden sin. (3)
...et Vibeke est à bout de nerfs (a les nerfs sur le bord haut) :
le sèche-cheveux est en panne et elle n'arrive pas à enlever une tache de maquillage sur son "bunad" (costume traditionnel).
6 Ikke så 'stramt!
Har du noe å 'hevne deg for?
Pas si serré !
Tu as quelque chose à venger (de quoi te venger) ?
7 Ja, det skal du 'bare vite:
jeg har 'alltid hatt et 'horn i siden til deg fra den gangen du 'slo meg i 'langrennssporet mens Nini 'så på...
Oui, sache-le (tu dois seulement le savoir) :
j'ai toujours eu une dent contre toi (une corne dans le flanc) depuis la fois où tu m'as battu dans la piste (trace) de fond, alors que Nini regardait...
8 Fra 'spøk til 'alvor:
hva slags presang mener du at man 'helst gir gudbarn?
Trêve de plaisanterie (de la plaisanterie au sérieux) ;
[à ton avis] quel genre de cadeau faut-il offrir (penses-tu qu'il faille offrir de préférence) à [un] (des) filleul(s) ?
9 'Bestikk i 'sølv, 'naturligvis.
- Det påstod 'Vibeke også, og hun 'ga seg ikke... (4)(5)
Des couverts en argent, évidemment.
- C'est ce qu'affirmait aussi Vibeke, et elle n'a pas voulu en démordre (se rendre)...
10 Jeg ville ha 'foretrukket en 'rimeligere løsning:
noe 'leketøy, en 'bamse, eller en spilledåse med Bæ, bæ, lille lam.
J'aurais préféré une solution plus abordable :
un jouet quelconque, un nounours, ou une boîte à musique [qui joue] (avec) : "bê, bê, petit agneau..."
11 Men som 'vanlig sparte hun ikke på 'konfekten:
det ble 'skje, 'gaffel og et 'eggeglass med 'gravert 'fornavn og 'dato til 'alle tre.
Mais comme d'habitude, elle n'y est pas allée de main morte (n'a pas économisé les chocolats) :
elle a pris (c'est devenu) [une] cuillère, [une] fourchette et [un] coquetier avec le prénom et la date gravés pour tous les trois.
12 Uff, er det 'trillinger?!
- Ja, du vet, det er blitt 'mote...
Og de skal hete* 'Kasper, 'Jesper og 'Jonathan. (6)
Quoi (pouah) ! Ce sont des triplés ?
- Oui, tu sais [bien] que c'est à la mode (devenu mode)...
Et ils vont s'appeler Kasper, Jesper et Jonathan.
13 en dress
- en skjorte
- en barnedåp
- en presang
- en leke, flere leker, leketøy(et)
- en skje
- en gaffel, flere gafler
- et fornavn, flere fornavn
- moten.
Un costume
- une chemise
- un baptême
- un cadeau
- un jouet, des ..., des jouets (mot collectif)
- une cuillère
- une fourchette, des...
- un prénom, des...
- la mode.

  ØVELSER EXERCICE
1 Dere må kjøre forbi rådhuset og svinge til høyre. Il faut que vous passiez devant la mairie et que vous tourniez à droite.
2 Han hadde en smørflekk på buksa. Il avait une tache de beurre sur son pantalon.
3 Det så ut som om han hadde tenkt å hevne seg. On aurait dit qu'il avait l'intention de se venger.
4 Jeg hadde spist meg mett på konfekt. Je m'étais gavé de chocolats.
5 Hun holdt skjeen med venstre hånd. Elle tenait sa cuillère de la main gauche.
6 Jeg har et horn i siden til kollegaen min. J'ai une dent contre mon collègue.
7 Hva slags kjøtt er det?
- Lam.
Quelle sorte de viande est-ce ?
- De l'agneau.
8 Det finnes ti mil med langrennsspor i området. Il y a cent kilomètres de pistes de fond dans la région.
9 I Norge lages mange leker (mye leketøy) av tre. En Norvège on fait beaucoup de jouets en bois.
10 Det mangler en sølvgaffel i skuffen. Il manque une fourchette en argent dans le tiroir.
11 I år er det mote med høye sko. Cette année, les chaussures à talons hauts sont à la mode
(c'est la mode avec des chaussures hautes).

1 Forbi, préposition ou adverbe, donne l'idée de "passer devant".
Dans ce sens local, on le trouve combiné à des verbes exprimant le mouvement comme å gå, å komme, etc.
Il est aussi utilisé pour évoquer le temps, et signifie alors que quelque chose est fini.
Notez dans nå er det forbi une consonance tragique qui n'existe pas dans nå er det over.
Exemple : det er forbi med ham - c'en est fini de lui.
2 Visst fait partie des adverbes difficilement traduisibles.
Son sens primitif se rapproche de "certes, c'est vrai".
Il exprime, selon le contexte, la concession ou l'insistance.
Quelques exemples :
visst er du flink men likevel... - je sais bien que tu es doué, mais tout de même... ;
visst skal jeg komme! - bien sûr que je viendrai !
Jo visst! = mais si !
3 Bunad(en) désigne le costume traditionnel.
La coutume de l'endosser les jours de fête reste vivace chez les femmes, et les hommes l'adoptent de plus en plus.
Mais c'est bien entendu le 17 mai que les bunader sortent en masse des penderies.
Différents d'une région à l'autre, les bunader féminins sont le plus souvent composés d'une lourde robe rouge, noire ou verte, passée sur un chemisier blanc, d'un corselet et d'un tablier, le tout orné de galons brodés et de bijoux aux motifs spécifiques.
4 Påstod est le prétérit de å påstå (- affirmer, prétendre).
Son participe passé est påstått.
5 Å gi seg a de multiples usages plus ou moins apparentés à l'idée de "cesser", d'abandonner".
Exemples :
nå må du gi deg! - arrête ! ;
regnet/snøstormen har gitt seg = la pluie / tempête de neige s'est calmée.
6 "Des jumeaux'' se dit tvillinger.
Kasper, Jesper et Jonathan sont trois personnages mythiques de la littérature enfantine, créés dans les années 1950 par Thorbjørn Egner - trois frères voleurs qui sévissent dans la ville de Kardemommeby, et dont les aventures se terminent par la réconciliation avec le bon droit et la morale.
   
  Les pasteurs norvégiens assurant, entre autres fonctions, celle d'officier d'étal civil, le baptême devient, pour la plupart des gens, la cérémonie où un nom est attribué à l'enfant. Le nourrisson, d'abord déclaré sous son seul nom de famille, n 'est baptisé qu'au bout de quelques mois. Aussi ne faut-il pas s'étonner de ne l'entendre appeler que "babyen" jusqu'au grand jour, ni d'assister, en sa vagissante présence, à des pronostics sur son futur prénom. Bien entendu, les anti-cléricaux farouches (ils sont presque aussi peu nombreux que les républicains) peuvent échapper à cette emprise de l'église d'état en s'adressant directement au Folkeregisterkontoret (bureau d'état civil).
Quant à l'aspect religieux du baptême, notons que l'enfant se voit doter de quatre ou cinq parrains et marraines, comme les princesses de contes de fées. Ajoutons que les Norvégiens, lorsqu'ils ne sont pas de fervents croyants, ont généralement un rapport très détendu à la religion, les bases leur en étant dispensées à l'école, comme un élément culturel par des enseignants laïcs.

L'argenterie - sølvtøy - est le cadeau traditionnel de toutes les grandes occasions. Les orfèvres norvégiens reproduisent de préférence des modèles anciens, particulièrement ornés. Les jeunes couples font volontiers savoir sur quel motif ils ont jeté leur dévolu et le trésor de famille se constitue ainsi, au fil des cérémonies et des anniversaires.
  p174