::

Audio-file

 

 

  Norsk

Français

  FEMTISJETTE (SEKSOGFEMTIENDE) LEKSJON CINQUANTE-SIXIÈME LEÇON
     
  Ingrids vise La ballade d'Ingrid
  Og reven lå under birkerot (1)
Bortved (2) lynget, bortved lynget,
Og haren hoppet på lette fot,
Over lynget, over lynget
"Det er vel noe til solskinns dag!
Det glitrer for og det glitrer bak, (...)
Et le renard était couché sous la racine du bouleau
Du côté de la bruyère, (...)
Et le lièvre sautait d'un pied léger.
Sur la bruyère, sur la bruyère
"Voilà bien une journée ensoleillée !
Brille par-ci, brille par-là (devant et derrière), (...)"
  Og reven lo (3) under birkerot, (...)
Og haren hoppet i ville mot, (...)
Jeg er så glad over alle ting!
Hu-hei, gjør du slike svære spring (...)!
Et le renard riait sous la racine du bouleau
Et le lièvre sautait, téméraire et folâtre (en un courage sauvage)
"Je suis si content de toutes choses !
Hop, attention, sais-tu faire [comme moi] des bonds énormes
(pareils [aux miens])?"
  Og reven ventet bak birkerot, (...)
Og haren tumlet ham midt imot, (...)
Men Gud forbarme seg, er du der!
- A, kjære, hvor tør du danse her (...)?
Et le renard attendait derrière la racine du bouleau
Et le lièvre fit droit (au milieu) vers lui sa cabriole
"(Mais) que Dieu ait pitié, te voilà !
- Mon cher, où oses-tu danser [ici] (...)?"
    1 On écrirait aujourdhui bjørkerot
2 Bortved = borte ved
3 Lo est le prétérit de å le (lo, ledd) = rire.
     
     
  Norsk

Français

  FEMTISJUENDE (SYVOGFEMTIENDE) LEKSJON CINQUANTE-SEPTIÈME LEÇON
  Som tiden går! Comme le temps passe !
     
1 Jeg må 'absolutt ringe 'Eides for å si 'takk for 'sist. (1) Il faut absolument que j'appelle les Eide pour leur
dire merci [de nous avoir reçus].
2 'Omgås dere 'fortsatt,
nå som de har 'bosatt* seg i den 'avkroken der 'oppe ved Finnskogen? (2)(3)(4)(5)
Vous continuez à vous voir (vous vous fréquentez
toujours),
maintenant qu'ils se sont installés dans ce coin perdu là-haut, du côté de Finnskogen (la Forêt des Finnois) ?
3 Forrige 'søndag stakk* vi 'innom på vei til 'Sverige. (6) Dimanche dernier, nous avons fait un saut [chez eux] en allant en (sur le chemin de) Suède.
4 Vi ble 'sjarmert av 'sønnen deres,
'Gunnar, som allerede er 'ferdig med 'militærtjenesten.
Nous avons été charmés par leur fils, Gunnar,
qui a déjà fini son service militaire.
5 'Bevares! Som tiden går! Grand Dieu (Nous garde) ! qu'est-ce que le temps passe (va) !
6 Så trivelig en ung 'mann hadde vi ikke regnet med å treffe. Nous ne nous étions pas attendus à (nous n'avions pas compté avec) rencontrer un jeune homme aussi agréable.
7 Mellom oss sagt husket vi ham som en 'umulius
som bare drev med å 'erte de 'andre ungene.
Entre nous [soit dit], nous nous en souvenions comme d'un gamin impossible
qui ne faisait que taquiner les autres gosses.
  Og så 'gråt* han til 'stadighet og ble 'bortskjemt av moren. Et puis il pleurnichait constamment et se faisait gâter (était gâté) par sa mère.
8 Nå tar han etter 'faren, som alltid har vært en 'glad laks: Maintenant, il imite (prend après) son père,
qui a toujours été un joyeux drille (un joyeux saumon) :
9 han bruker alle 'kreftene på å finne på 'vitser Il met toute son énergie (utilise toutes les forces) à inventer des blagues.
10 Du skulle 'hørt ham.
Vi 'lo* i 'to timer!
Tu aurais dû l'entendre.
Nous avons ri pendant deux heures.
11 Det var bare synd at vår 'Elise satte opp et 'surt tryne,
selv om han ikke 'dro* i 'flettene hennes lenger. (7)
C'est (était) seulement dommage que notre Elise ait fait (ait mis) une tête longue d'une aune (un groin acide), même s'il ne lui tirait plus les nattes (ne tirait plus dans ses nattes).
12 En god vits, gode vitser
- en lys flette, lyse fletter
- trøtte (trette) tryner.
Une bonne plaisanterie, de...
- une natte blonde, des...
- des bobines fatiguées.

  ØVELSER EXERCICE
1 For en rar idé å bosette seg i denne avkroken! Quelle drôle d'idée de s'installer dans ce coin perdu !
2 Bare stikk innom en gang! Passez donc chez nous un jour !
3 Det er ikke noe å le av. Il n'y a pas de quoi tire.
4 Si meg hvem du omgås med,
og jeg skal si deg hvem du er.
Dis-moi qui tu fréquentes et je te dirai qui tu es.
5 Jeg måtte dra på denne vemmelige kofferten hele veien. J'ai dû traîner cette fichue valise tout [le long] du chemin.
6 Han manglet krefter. Les forces lui ont manqué (il a manqué de forces).
7 Hold opp å erte henne! Cesse de la taquiner !
8 Han satt i en krok og gråt. Il était assis dans un coin et pleurait.
9 Hun elsker å overlesse folk med gode råd. Elle adore arroser les gens de bons conseils.

1 Takk for sist = "merci pour la dernière fois". C'est ce que l'on dit à une personne lorsqu'on qu'on la revoit (ou qu'on lui parle au téléphone) après avoir été reçu chez elle ou avoir passé en sa compagnie un moment agréable.
Il s'agit autant d'une brève évocation de souvenirs que d'une formule de politesse. L'expression s'utilise aussi, ironiquement, quand on rend à quelqu'un "la monnaie de sa pièce".
2 Å omgås, verbe de forme réfléchie (passive) signifie soit "se fréquenter" (sans complément), soit "fréquenter quelqu'un" (complément introduit par med).
3 Å bosette seg = s'installer, s'établir, est construit sur å bo (= habiter) et å sette (= mettre).
4 En krok = un crochet ; en avkrok - un coin perdu, un bled.
5 La forêt de Finnskogen, située dans le département du Hedmark, à la frontière suédoise, est ainsi dénommée parce qu'elle fut défrichée et peuplée, au 17e siècle, par des Finnois fuyant la famine.
La langue et les coutumes finnoises se sont perpétrées dans la région pendant plusieurs siècles.
6 Å stikke = toucher, piquer, a pour prétérit stakk et pour participe passé stukket.
Å stikke innom : faire un saut chez quelqu'un.
7 Dro est le prétérit de å dra - tirer ; son participe passé est dradd.
   
  L'expression stikke innom est représentative d'un mode de vie en société et d'une forme d'hospitalité qui fît longtemps loi en Norvège, et reste en vigueur dans les campagnes. Les invitations formelles - comme celles évoquées à la leçon 48 - y sont par définition des occasions solennelles, et donc relativement rares.
Par contre, on a de bonnes chances d'être bien reçu en se présentant spontanément chez des amis, à condition d'éviter la grasse matinée du week-end. Il y aura toujours pour l'hôte de passage, au minimum, une tasse de café. Le travail des femmes et le mode de vie citadin, réglé par des horaires plus stricts, ont bien entendu mis un certain frein à cette spontanéité. Il est désormais recommandé de passer un coup de fil avant de se présenter sur le palier. Il n'en reste pas moins que les relations humaines fonctionnent en général d'une façon moins codée que dans bien d'autres pays occidentaux. Des gens dont les chemins se croisent dans la vie quotidienne, dans les transports en commun, au guichet de la poste ou dans les commerces, s'adressent la parole en toute simplicité, sans qu'il soit besoin de procéder auparavant à des présentations officielles. La chaîne des connaissances peut aussi s'alimenter des "amis de nos amis " surtout en voyage, - peut-être faut-il y voir, une fois de plus, une coutume de marin.
  p147