Языки :: Испанский
Аудио
 
 
   

  Español

Espagnol

  LECCIÓN DOCE DOUZIÈME LEÇON
  ¡Es la lucha... ! C'est la lutte... !
     
1 Empujones, tirones, pisotones y otras sacudidas constituyen con frecuencia el pan cotidiano de quienes, por una u otra razón, se ven obligados a utilizar los transportes públicos a las horas punta. (1) Bousculades, tiraillements, piétinements et autres secousses constituent fréquemment le pain quotidien de ceux qui, pour une raison ou pour une autre, se voient dans l'obligation d'utiliser les transports en commun aux heures de pointe.
2 Se trata de « modos de expresión » internacionales ; y están más difundidos de lo que ninguna lengua en el mundo jamás haya estado.

Il s'agit là de « modes d'expression » internationaux ; et ils sont plus répandus qu'aucune langue dans le monde ne l'a jamais été.

3 En Madrid, París, Buenos Aires, Moscú o Nueva York, a esas horas, millones de personas hablan el mismo idioma. A Madrid, Paris, Buenos Aires, Moscou ou New York, à ces heures-là, des millions de personnes parlent le même langage.
4

Los puños en los riñones, los codos en las costillas, los maletines en las rodillas, las puntas de los paraguas en los dedos de los pies o el mango en un ojo

Les poings enfoncés dans les reins, les coudes dans les côtes, les attaché-case dans les genoux, les pointes des parapluies dans les orteils ou le manche dans l'œil
5 dejan de ser percibidos como puños, codos, maletines o paraguas para diluirse en « magma de objetos sin identificar ». cessent d'être perçus comme des poings, coudes, attaché-case ou parapluies pour se diluer en « magma d'objets non identifiés ».
6 ¡Exigencias del mundo civilizado ! -me decía una vez un agudo usuario. C'est le monde civilisé qui veut ça ! -me disait une fois un usager perspicace.
7 Los - ¿Adonde va, no ve que no cabemos más ?, (2) Les -Où allez-vous, ne voyez-vous pas qu'il n'y a plus de place?
8 ¡Sin empujar, señora, sin empujar ! - ¡La puerta ! (3) Ne poussez pas, madame, ne poussez pas ! -La porte !
9 ¡Qué fastidio ! y algún raro - ¡Perdón !, - ¡Disculpe !, Quelle barbe ! et quelques rares : -Pardon !, -Excusez-moi !
10 ¡Por favor ! o - ¡Lo siento !, que también se escapan, no son sino exutorios insignificantes frente a la contundencia de los hechos. (4) S'il vous plaît ! ou -Désolé(e) !, qui s'échappent aussi, mais ne sont que des exutoires sans importance face au poids des faits.
11 Pero, ¡no hay que exagerar ! ¡No todo son inconvenientes ! Mais il ne faut pas exagérer ! Ce ne sont pas tous des inconvénients !
12 Son también momentos de intensa comunicación en los que los gestos dicen más que las palabras. Ce sont là aussi des moments de communication intense où les gestes en disent plus long que les mots.
13 Son momentos que pueden aprovecharse para sentir hasta el paroxismo lo que es el calor humano. Ce sont là des moments dont on peut profiter pour éprouver jusqu'au paroxysme ce qu'est la chaleur humaine.
14 Momentos en los que el parisiense en Londres, el barcelonés en Munich, el londinense en Bruselas o el bostoniano en Sydney, experimentan el dulce consuelo de sentirse « como en casa ». Des moments où le Parisien à Londres, le Barcelonais à Munich, le Londonien à Bruxelles ou le Bostonien à Sydney expérimentent le doux réconfort de se sentir «comme chez soi ».

  EJERCICIO  
1 ¿De qué se trata? De quoi s'agit-il ?
2 A las horas punta hay también mucho tráfico. Aux heures de pointe il y a aussi beaucoup de circulation.
3 Me duelen los riñones. J'ai mal aux reins.
4 ¿Qué ocurre ? Qu'arrive-t-il ?
5 ¡Haz como si estuvieras en tu casa ! Fais comme si tu étais chez toi !

NOTES

(1) Empujar: pousser, bousculer,
Empuje la puerta: poussez la porte.
Tirar: tirer (sachez que tirar a de nombreux autres sens -jeter, renverser, etc.- et apparaît dans beaucoup d'expressions courantes).
Pisar: marcher sur.
No dejarse pisar: ne pas se laisser marcher sur les pieds. (Note 9, leçon 5).
Sacudir : secouer.
Sacudida : secousse forte.

Les mots dérivés construits avec le suffixe -
ón sont nombreux et il est convenable d'en user avec prudence.
Le suffixe augmentatif -
ón sert à former des mots qui expriment, en général, une plus grande taille ou intensité de ce qui est désigné par la racine ou pour en accentuer la signification :
Un cosechón (de cosecha : récolte) : une grande récolte.
Un solterón (de soltero : célibataire) : un vieux garçon.
Aussi, -ón tantôt sera un simple augmentatif, tantôt introduira.une nuance péjorative ou encore marquera une idée d'excès ou de violence :
Un hombrón (de hombre : homme) : un gros bonhomme, un grand gaillard.
Un inocentón (de inocente : innocent, niais) : un grand dadais.
Un llorón (llorar : pleurer) : un pleurnicheur.
Un patadón (de patada : coup de pied) : un grand coup de pied.
Il est à noter que lorsque le mot formé avec -ón dérive d'un verbe, il y aura fréquemment une idée d'excès ou de violence et, souvent, les deux à la fois.
C'est le cas dans la phrase qui nous occupe :
Empujón : coup ou poussée rude, bousculade.
Tirón : action de tirer fortement, tiraillement.
Pisotón : action de marcher sur le pied de quelqu'un (piétiner : pisotear).

(2) Caber (tenir, entrer, rentrer dans quelque chose) est aussi un verbe aux nombreux sens.
Nous verrons, par la suite, d'autres emplois.
Notez qu'il s'agit d'un verbe « irrégulier non classé » (Consultez l'appendice grammatical - page 390).
Los regalos no caben en la maleta : les cadeaux ne tiennent pas dans la valise.
¿Cabremos todos en el coche ?: tiendrons-nous tous dans la voiture ?
(3) Sin : sans. Sin noticias : sans nouvelles.
Sin + infinitif exprime une idée à sens négatif : niños sin escolarízar : enfants non scolarisés.
Estar sin + infinitif se rend par une phrase négative :
la comida está sin hacer: le repas n'est pas fait.
Notez aussi : ¡Sin prisas, sin prisas ! : pas si vite, pas si vite !
(4) Contundencia : poids (peso) au sens figuré.
Remarquez qu'en espagnol il y a un jeu de mots qui n'est pas rendu dans la traduction française.
En effet, au sens propre, la contundencia traduit le caractère contondant.