Языки :: Испанский
Аудио
 
 
   

  Español

Espagnol

  LECCIÓN OCTAVA HUITIÈME LEÇON
  Don Arturo Don Arturo
     
1 Don Arturo trabaja de ejecutivo en una pequeña empresa de alquiler de coches ubicada cerca del centro de la ciudad. Él se ocupa de la publicidad. (1) (2) Don Arturo travaille comme cadre dans une petite entreprise de location de voitures située près du centre ville. Il s'occupe de la publicité.
2 Su despacho está a un cuarto de hora de su domicilio, y suele hacer el trayecto a pie. (3) Son bureau est à un quart d'heure de son domicile, et il a l'habitude de faire le trajet à pied.
3 Don Arturo es un hombre de costumbres casi rituales. (4) Don Arturo est un homme aux habitudes presque rituelles.
4 Así, por ejemplo, al « Buenos días » cotidiano de doña Leocadia -la portera- responde invariablemente : Ainsi, par exemple, au « Bonjour » journalier de doña Leocadia -la concierge-, il répond invariablement :
5 ¡Buenos días ! ¿Hay hoy correo para mí ? Bonjour ! Y a-t-il du courrier pour moi aujourd'hui ?
6 Los festivos acostumbra responder : -« ¡Buenos días ! ¡Salude a su marido y... que tengan buen día ! » (5) Les jours fériés, il a l'habitude de répondre: — Bonjour ! Saluez votre mari et... (que vous ayez une) bonne journée !
7 En ocasiones excepcionales hace un comentario sobre el buen o mal tiempo. A [certaines] occasions exceptionnelles il fait un commentaire sur le bon ou le mauvais temps.
8 A unos pasos de su casa se para ante el quiosco que « desde siempre » lleva don Ramiro, un simpático mutilado de guerra. (6) A quelques pas de chez lui il s'arrête devant le kiosque que, « depuis toujours », tient don Ramiro, un sympathique mutilé de guerre.
9 Después de intercambiar el « Buenos días » de rigor, don Arturo dice : (7) Après avoir échangé le « Bonjour » de rigueur, don Arturo dit :
10 ¿Qué hay de nuevo hoy ? Quoi de neuf, aujourd'hui ?
11 Lo de siempre, lo de siempre, don Arturo -contesta don Ramiro alcanzándole el periódico. (8) Comme d'habitude, comme d'habitude, don Arturo -répond don Ramiro en lui passant le journal.
12 Está bien, contesta él y, al pagar, añade : (9) C'est bon, répond-il et, en payant, il ajoute :
13 ¡Hale, hasta mañana ! Allez, à demain !
14 Don Arturo sigue andando y, a medio camino entre su casa y el trabajo, entra en el bar en que tiene costumbre de desayunar. (10) (11) Don Arturo continue à marcher et, à mi-chemin entre chez lui et son travail, il s'arrête dans le café où il a coutume de prendre son petit déjeuner.
15 Se sienta a la mesa del fondo : « la suya » ; extiende el periódico sobre la mesa y, en el instante en que se dispone a ponerse al corriente de los últimos acontecimientos mundiales, llega ya Anselmo, el camarero, con el bollito y el café con leche habitual -chocolate con churros si es día festivo. (12) Il s'assied à la table du fond : « la sienne » ; étend le journal sur la table et, à l'instant où il s'apprête à s'informer des derniers événements mondiaux, Anselmo, le garçon, est (arrive) déjà là avec le petit pain au lait et le café au lait habituels -chocolat avec des churros si c'est un jour férié.
16 La lectura de los titulares de la primera página coincide, desde hace años, invariablemente, con el mojar el bollito en el café con leche. (13) (14) La lecture des titres de la une coïncide, immuablement, depuis des années, avec le fait de tremper le petit pain au lait dans le café au lait.
17 Cuando termina de leer, cada día, se dibuja en su rostro una sonrisa impenetrable que sume, durante unos minutos, a Anselmo en la más extrema perplejidad. Chaque jour, lorsqu'il a fini de lire, se dessine sur son visage un sourire impénétrable qui plonge Anselmo, pendant quelques minutes, dans la perplexité la plus extrême.
18 Don Arturo acaba luego el desayuno, dobla el periódico, deja unas monedas sobre la mesa, se levanta -son ya menos cinco-, se dirige hacia la puerta y lanza un « Adiós » al que contestan unánimes Anselmo y los demás parroquianos con un : (15) Après, don Arturo termine son petit déjeuner, plie son journal, laisse quelques pièces sur la table, se lève -il est déjà moins cinq-, se dirige vers la porte et lance un « Au revoir » (Adieu) auquel répondent unanimement Anselmo et les autres habitués avec un :
19 ¡Hasta mañana, don Arturo ! ¡Que usted lo pase bien ! (16) A demain, don Arturo ! Passez une bonne journée !
20 A unos pasos de allí, penetra en su despacho. Cierra la puerta tras de sí, se sienta, enciende un puro y se pone a trabajar. A quelques pas de là, il pénètre dans son bureau. Il ferme la porte derrière lui, s'assied, allume un cigare et se met au travail.
21 Para hoy, el director le ha encargado la creación de un eslogan publicitario. Pour aujourd'hui, le directeur lui a commandé la création d'un slogan publicitaire.
22 Don Arturo coge un lápiz, tranquilamente, con seguridad, y sin dudar escribe, con mayúsculas, bajo el boceto que el ingeniero depositó ayer tarde sobre su mesa. Don Arturo prend un crayon, tranquillement, avec assurance, et sans hésiter il écrit, en lettres majuscules, sous la maquette que l'ingénieur a déposée hier après-midi sur son bureau :
23 ALQUILE UN COCHE : LÁNCESE A TUMBA ABIERTA A LA AVENTURA. LOUEZ UNE VOITURE. LANCEZ-VOUS À L'AVENTURE À TOMBEAU OUVERT.

  EJERCICIO  
1 Voy a alquilar un coche para el fin de semana. Je vais louer une voiture pour la fin de la semaine.
2 Después de telefonear, le recibirá en su despacho. Après avoir téléphoné, il vous recevra dans son bureau.
3 Suelo comprar el periódico por la mañana. J'ai l'habitude d'acheter le journal le matin.
4 ¡Hale, hasta mañana ! Allez, à demain !
5 Siga insistiendo, es una llamada muy importante. Continuez à insister, c'est un appel très important.

NOTES

(1) Don, doña sont des titres de respect qui, de nos jours, peuvent se rendre en français par Monsieur (señor) et Madame (señora), respectivement. Néanmoins, il est à remarquer que don et doña ne peuvent s'employer que devant un prénom.

(2) El centro de la ciudad : le centre ville. Maintenant, sur les panneaux indicateurs installés à l'entrée de la plupart des villes vous lirez, souvent, simplement «centro ciudad».

(3) Notez : bureau : oficina, despacho et mesa ou escritorio.
Ainsi : ce matin je vais aller au bureau,
j'entrerai dans mon bureau
et je lirai le courrier que la secrétaire aura laissé sur mon bureau :

Esta mañana voy a ir a la oficina (lieu privé où public où un ensemble de personnes travaillant pour un même organisme traite des affaires diverses, écrit, fait des comptes, etc.),
entraré en mi despacho (pièce où, en général, travaille et reçoit une seule personne)
y leeré el correo que la secretaria haya dejado sobre la mesa -o escritorio- (bureau au sens de table de bureau).

(4) Observe :
Costumbre -> habitude : Don Arturo es un hombre de costumbres casi rituales : Don Arturo est un homme aux habitudes presque rituelles.
Costumbre -> coutume : Susana estudia los usos y costumbres de los diferentes países que visita : Susana étudie les us et coutumes des différents pays qu'elle visite.
Costumbres -► mœurs : Las costumbres anglosajonas : les mœurs anglo-saxonnes.
Et aussi : Como de costumbre -> comme d'habitude, comme à l'ordinaire, comme à l'accoutumée.

(5) Il a l'habitude de répondre : acostumbra responder, acostumbra a responder ou encore, comme dans la phrase n° 2, suele responder.
Habituez-vous (acostúmbrese) à utiliser soler — verbe irrégulier du 2e groupe — voir à la page 363.
Notez aussi la construction de la phrase n° 14, on aurait pu dire : en el que suele desayunar.

(6) Llevar (porter, emporter, emmener...) a de nombreux sens ; ici il se rend par « tenir ».
Llevar una tienda : tenir un magasin.

(7) La préposition después de est suivie, en général, d'un infinitif et son emploi suffit à marquer l'antériorité.
Aussi l'emploi de l'infinitif passé est beaucoup moins courant qu'en français ;
Después de levantarse... (après s'être levé) est plus usité que Después de haberse levantado.
(8) Lo de n'a pas de correspondant exact en français ;
de ce fait la traduction variera en fonction du contexte.
Parfois, il faudra se servir d'une périphrase (lo de Juan : ce qui appartient à Juan) et dans d'autres occasions, comme dans celle qui nous occupe, il sera nécessaire de recourir à des tournures ou expressions qui collent à l'esprit du contexte.

(9) Répondre : contestar et responder.
Contestar a surtout le sens de répondre : contestar a alguien : répondre à quelqu'un ;
Contestar una carta, una pregunta : répondre à une lettre, à une question.
Contester : impugnar, discutir.
Impugnar un nombramiento : contester une nomination ,
Un artículo muy discutido : un article très contesté.

(10) Recuerde : Seguir + gérondif exprime une idée de continuité et se rend en français par « continuer à + infinitif » :
Siga estudiando : continuez à étudier.
(11) Où : voyez à la leçon 14 les explications ayant trait à sa traduction et à son emploi.

(12) Le churro est une sorte de beignet que l'on mange en Espagne surtout au petit déjeuner (ils sont aussi très demandés auprès des marchands ambulants dans les kermesses et fêtes de rue).
Il est fait d'une pâte à frire trempée dans l'huile bouillante au moyen d'un ustensile qui lui donne la forme d'un bâtonnet et que l'on sucre après l'avoir retiré de l'huile.

(13) Los titulares de la primera pagina (del periódico o diario) : les titres de la une (du journal).
A toda plana : cinq colonnes à la une.

(14) L'emploi de l'article défini el devant un infinitif est très courant.
Ce type de construction prend le sens de : le fait de.
El escuchar a los demás es prueba de respeto : le fait d'écouter autrui est une preuve de respect.

(15) Parroquiano : paroissien (qui dépend d'une paroisse).
Aussi, parroquiano a le sens d'habitué, de client fidèle.

(16) ¡Que usted lo pase bien ! (litt. : que vous le passiez bien !) Passez une bonne journée !
Il s'agit encore ici d'une tournure courante qui ne peut être rendue que par une expression utilisée en français dans des circonstances semblables.
Notez que la traduction peut varier en fonction du degré de familiarité existant entre les interlocuteurs ;
ainsi : ¡Pásalo bien ! pourra se rendre aussi par « passe une bonne journée ! » dans le cas, par exemple, où un mari souhaite une bonne journée à sa femme qui part travailler, ou vice versa.
¡Pásalo bien ! se rendra par « amuse-toi bien » (diviértete) dans le cas, par exemple, où un père veut souhaiter un bon moment à sa fille partant au cinéma.