:: 

 

 

  Die Planeten umkreisen die Sonne
Les planètes tournent autour du soleil

Deutsch
NEUNUNDVIERZIGSTE LEKTION
QUARANTE-NEUVIÈME LEÇON
Les planètes du système solaire
La façon dont les différents éléments et parties de la phrase s'organisent autour du verbe peut faire penser aux lois qui régissent la course des planètes autour d'un soleil.
Nous connaissons assez bien maintenant cet ordre cosmico-syntaxique. Il nous reste à en explorer un peu plus certaines des planètes ("les éléments").
Les plus importants (à l'exception du verbe lui-même) sont évidemment les éléments nominaux :
Die Planeten umkreisen die Sonne.
Bien que soumis à la force organisatrice dominante du verbe, l'élément nominal peut constituer autour de lui de véritables univers parallèles :
Auch die erst kürzlich entdeckten Planeten, über die kaum etwas bekannt ist, (1) umkreisen die Sonne.
L'ensemble allant de auch à ist n'est qu'une extension de l'élément nominal die Planeten, placé en position (1). Pour comprendre le mécanisme de cette capacité d'extension étonnante de l'élément nominal, il est utile de commencer par celle d'une autre composante qui s'y trouve souvent associée :
L'adjectif
Nous avons déjà vu que tout adjectif peut s'adjoindre un (ou plusieurs) adverbe(s) :
Ein gerade entdeckter Planet - Ein gerade erst entdeckter Planet - Ein bis jetzt noch nicht entdeckter Planet.
L'adjectif (ainsi que les participes 1 et 2 des verbes employés comme tels) a également la capacité de lier des "sous-éléments nominaux", soit :
a) directement (certains adjectifs seulement), exemple :
sicher + gén. = sûr de : seiner Beobachtung sicher
ähnlich + dat. = semblable à : den anderen Planeten ähnlich
entfernt + acc. = éloigné de : tausend Lichtjahre entfernt
b) à l'aide de prépositions ("attitrées" ou "occasionnelles"), exemple :
stolz auf + acc. : stolz auf seine Entdeckung
zufrieden mit + dat. : zufrieden mit seinem Ergebnis
glücklich trotz + gén. : glücklich trotz seines Mißerfolges.

Ces "sous-éléments" précèdent l'adjectif lorsque celui-ci qualifie un nom :
Der mit seinem Leben zufriedene Bauer.

Ils peuvent le suivre lorsque l'adjectif joue le rôle d'un adverbe / ou attribut :
Der Bauer war (mit seinem Leben) zufrieden mit seinem Leben.

L'adjectif-adverbe (Er arbeitet gut - seine Arbeit ist gut) connaît d'autres possibilités d'extension :
- il peut être complété par une comparaison : reich wie ein Krösus (riche comme un Crésus); arm wie eine Kirchenmaus (pauvre comme un rat d'église).
- il peut être complété par une "sous-subordonnée" : so arm, daß er betteln mußte, ...zu reich, um an die Armen zu denken, ...

Si nous avons qualifié de "sous-éléments" toutes ces "extensions" de l'adjectif, c'est qu'elles "font corps" avec lui en tant qu'élément (ou partie d'un élément), au même titre que la "sous-subordonnée" le faisait avec sa "subordonnée-mère".
Concrètement, cela signifie qu'ils suivront l'adjectif dans tout déplacement dont il fera l'objet :
Zufrieden mit seinem Gewinn verließ er das Kasino.
Er verließ das Kasino, zufrieden mit seinem Gewinn.
Der mit seinem Gewinn zufriedene Spieler verließ das Kasino.
Der Spieler, zufrieden mit seinem Gewinn, verließ das Kasino
(pour cette construction, voir les explications qui suivent).
L'élément nominal
Comment enrichir celui qui l'est déjà ?
Dans sa forme la plus élémentaire, l'élément nominal se présente comme un nom propre, par exemple : Karl, un pronom : er, ou un nom commun précédé le plus souvent d'un article (ou autre déterminant) : der Kaiser.
Un empereur peut prétendre à un nom plus complet : Karl der Große (Charlemagne) et / ou s'adjoindre un titre qui le précédera ou le suivra : (der) Kaiser Karl der Große ou Karl der Große, der Kaiser,...
C'est chose courante pour les termes génériques accompagnant un nom : die Stadt Bonn; der Philosoph Kant (ou : Kant, der Philosoph; Bonn, eine Stadt...).

Ces noms "adjoints" sont en règle générale contraints à la concordance des cas avec leur partenaire (Alle kennen /. Kant [acc], den Philosophen [acc.]) et "le serrent de près" : seul le verbe en position (F) pourra éventuellement s'intercaler dans cette association étroite : Wir haben über Karl den Großen gesprochen, den Kaiser der Franken.
La concordance des cas s'impose également lorsque l'association se fait par als ou wie :
Alle kennen Karl (acc.) den Großen (acc.) als einen bedeutenden Kaiser (acc).

Comme l'adjectif, l'élément nominal peut s'adjoindre de véritables "sous-éléments" sur sa droite.
A l'aide du génitif :
Karl der Große, der Kaiser des Frankenreiches = Charlemagne, l'empereur de l'empire des Francs. La  fonction principale du génitif réside dans cette capacité à associer un sous-élément nominal : das Auto meines Freundes; der Teil des Satzes; die Bilder Picassos (seul le génitif d'un nom propre peut précéder le nom, il remplace alors l'article : Picassos Bilder).

A l'aide des prépositions :
Karl der Große, Herrscher über die Franken = le seigneur (sur les) des Francs ;
eine Stadt am Rhein, ein Lied aus alten Zeiten, Tee mit Rum.

A l'aide de "sous-subordonnées"
qualifiant le nom qui les précède : la phrase relative (ou équivalente).
Karl der Große, der über die Franken herrschte,
... Die Frage, ob er ein französischer oder ein deutscher Kaiser war, ...

La façon la plus courante pour "enrichir" l'élément nominal consiste évidemment à le "coiffer" d'adjectifs qualificatifs : de tels adjectifs "épithètes" doivent alors se "décliner" : ein berühmter Kaiser, der berühmte Kaiser.

Vous imaginez d'avance les ensembles étonnants que produira une mise en commun des dons de rassemblement de l'adjectif et de ceux du nom :
Der Kaiser + berühmt / + durch seine Rolle // + in der Geschichte /// + Europas: Der durch seine Rolle in der Geschichte Europas berühmte Kaiser Karl der Große, ist in Aachen begraben (Charlemagne, célèbre pour son rôle [joué] dans l'histoire de l'Europe, est enterré à Aix-la-Chapelle).

Entre les deux "balises" (l'article et le nom), cette possibilité "d'extension vers la gauche" est presque illimitée, et nous pourrons apprendre la biographie complète de l'empereur avant même de connaître son nom :
Der im Jahre 768 als Sohn Pipins des Jüngeren geborene, später in Rom vom Papst gekrönte, 814 gestorbene und in Aachen, das er zur Hauptstadt seines Reiches gemacht hatte, begrabene Kaiser heißt bei den Deutschen Karl der Große".
(L'empereur, né en 768, couronné plus tard à Rome par le pape, mort en 814, enterré à Aix-la-Chapelle dont il avait fait la capitale de son empire, s'appelle chez les Allemands ,,Karl der Große".)

Mais à trop se faire attendre, on risque de lasser - ceci reste vrai pour les rois aussi. La variante suivante mettrait notre patience à moins rude épreuve :
Der im Jahre 768 ... geborene, später ... gekrönte Kaiser, der 814 starb und in Aachen begraben wurde, das er... gemacht hatte, heißt ... Karl der Große.

Si vous avez tenu jusqu'ici, vous méritez une récompense : l'adjectif que nous avons l'habitude de trouver devant le nom (der gerade gekrönte Kaiser zog in den Krieg = L'empereur, à peine couronné, partit en guerre,/ peut parfois le suivre : der Kaiser, gerade gekrönt, zog in den Krieg.
Pourquoi serait-ce une récompense ? Eh bien, parce que l'adjectif placé après le nom ne se déclinera pas !
Der gerade gekrönte Kaiser mais : Der Kaiser, gerade gekrönt, zog...
Est-il nécessaire de souligner qu'il ne s'agit pas d'abuser de cette "facilité" : elle reste réservée "aux grandes occasions" - aux récits épiques, au langage précieux, au discours poétique !
Jedes Ding hat zwei Seiten (Toute chose a deux côtés)
 
La voix active
Nous avons l'habitude de "vivre" l'action exprimée par un verbe avec les yeux de ce / celui qui "agit" (ce qui souvent est préférable) :
Der Herr schlägt seinen Diener (= Le maître bat son domestique) ;
die Katze frißt die Maus (le chat dévore la souris);
der Regen füllt den Brunnen (la pluie remplit le puits).

L'emploi de la voix active du verbe fait de celui "qui agit" le sujet de la phrase. Elle comportera donc obligatoirement une information répondant à la question : qui fait quelque chose ? Réponse : der Herr - die Katze - der Regen.
 

La voix passive
Il peut être intéressant de présenter cette même action telle qu'elle est "vécue" par ce / celui qui en est le "destinataire" et parfois la victime : par le domestique qui se fait battre, par la souris qui se fait dévorer, par le puits qui se fait remplir.

La voix passive permet un tel changement de perspective : le "destinataire" de l'action devient le sujet de la phrase, le verbe prend la forme du passif :
werden + participe 2 du verbe.
schlagen - geschlagen geschlagen werden:
Der Diener wird geschlagen;
die Maus wird gefressen;
der Brunnen wird gefüllt.


Le terme "passif" n'est pas sans ambiguïté : en fait, il s'agit d'une forme bien "dynamique" :
werden + participe 2 décrit une expérience vivante, parfois douloureuse : celle de se faire battre ou de se faire dévorer par exemple.
Mais le fait que les Allemands appellent le passif Leideform" {forme de la "souffrance") n'est qu'une coquetterie !
Il y a de ces "souffrances" qu'ils apprécient autant que vous : geliebt werden, verehrt werden, gut bezahlt werden...!

Ce "passif d'action" n'a rien en commun avec la forme sein + participe 2 :
Die Maus ist gefressen indique le résultat d'une action antérieure, l'état dans lequel la pauvre souris se trouve après avoir été mangée ;
die Katze hat die Maus gefressen jetzt ist die Maus gefressen = elle se trouve dans  l'estomac du chat.

Le français, dont le "passif" (être + participe 2) ne traduit pas toujours bien cette différence entre "action" et "résultat", exprime souvent le "passif d'action" par d'autres tournures : on bat le domestique, la souris se fait manger, le puits se remplit.

Les différents temps et modes de werden ( + participe 2 du verbe) fourniront les différents temps et modes du passif (cf. : appendice grammatical).
Attention, le participe 2 de werden (verbe auxiliaire) est worden:
Die Maus ist / war leider gefressen worden (La souris a été mangée).
Mais : Die Katze ist nicht satt geworden (Le chat n'est pas [devenu] rassasié) : le participe 2 de werden au sens de devenir, est geworden.

L'emploi du passif est très courant en allemand. Il permet de:
Centrer l'intérêt sur le processus en cours plutôt que sur les "acteurs" :
Hier wird gerade ein Film gedreht (On est en train de tourner un film).
Dépersonnaliser une information :
Der Briefkasten wird um 18 Uhr geleert werden (La levée de la boîte aux lettres se fera à 18 h).
Évoquer une action bien qu'on en ignore l'auteur : Mein Wagen wurde gestern gestohlen (Ma voiture a été volée hier).
Ne pas nommer l'auteur par discrétion :
Mir ist gesagt worden, du seiest sehr eifersüchtig (On m'a dit que tu étais très jaloux).
Souligner la validité générale, donc indépendante d'un acteur particulier :
Wer nicht arbeitet, (der) wird auch nicht bezahlt! (Celui qui ne travaille pas n'est / ne sera pas rémunéré).
Éviter la répétition de phrases du même type :
Obgleich man keine Beweise hatte, wurde er verurteilt, au lieu de : verurteilte man ihn (Bien qu'on n'eût aucune preuve il fut condamné).
Éviter toute confusion possible entre le sujet et l'objet :
Untersuchungen über die Sonne, die unsere Erde umkreist.
Ce titre est suffisamment ambigu (qui tourne autour de qui ?) pour permettre à son auteur d'échapper aux foudres de l'inquisition. La précision apportée par l'emploi du passif l'aurait amené à l'échafaud : Untersuchungen über die Sonne, die von unserer Erde umkreist wird.

Ce dernier exemple nous montre une des deux façons par lesquelles "celui qui agit'' peut être rappelé dans une phrase au passif :
von + dat. désigne l'auteur / l'acteur de l'action : von den Astronomen entdeckt werden (être découvert par les astronomes) ;
durch + acc. désigne le moyen / l'intermédiaire de l'action : durch Beobachtungen bewiesen werden (être prouvé par des observations).

Des phrases sans sujet !
Le passif est trop commode pour n'être réservé qu'aux seuls verbes "transitifs" liant un élément à l'accusatif (exemple : Sie umkreist den Mond Der Mond wird umkreist).

En l'absence d'un tel "élément" à l'accusatif, capable de fournir le "sujet" de la voix passive, on forme des phrases "sans sujet" : Hier spricht man nie von Politik Hier wird nie von Politik gesprochen (sujet??).

Le "es" escamotable
Lorsque, dans une telle phrase "sans sujet", aucun élément n'est susceptible d'occuper la position (1) (alors qu'elle doit impérativement être pourvue), on "triche" en inventant un sujet "pro forma" : es.
Es. wird hier nie über Politik gesprochen. De tels "passifs" formés avec des verbes n'ayant pas d'objet (à l'accusatif) sont impossibles en français et il faudra se contenter d'un "on" : on ne parle jamais de politique ici.
On travaille beaucoup et on ne rit jamais = Es wird hart gearbeitet und es wird nie gelacht plutôt que : Man arbeitet hart und man lacht nie.
Dès que la position (1) est prise par un autre élément, ce es disparaît : Gearbeitet (1) wird viel aber gelacht (1) wird nie.

Pas étonnant alors que cette commodité du es" escamotable soit employée dans d'autres circonstances :
on lui fait occuper la place (1) lorsqu'on juge opportun de ne pas y mettre un autre élément :
Es (1) kommen viele Leute (sujet) hierher (notez que le verbe s'accorde avec le "vrai sujet").
Et on le fait disparaître lorsqu'on change d'avis :
Viele Leute (1) kommen hierher.

C'est une astuce particulièrement appréciée lorsque le sujet est une subordonnée qu'on préfère ne pas mettre en position (1):
Daß du morgen kommst, (sujet) freut mich.
- Es freut mich, daß du morgen kommst (sujet).

Les verbes "sans passif"
Seuls les verbes exprimant un état, une évolution du sujet lui-même ou une action, un processus dont le sujet est le centre, ne forment pas de voix passive. Cela ne vous étonnera pas : à quoi bon changer de perspective lorsqu'on est l'observateur et l'observé à la fois ?
Blumen blühen (fleurir), Kinder wachsen (grandir), Ferien dauern (durer), Menschen leben (vivre)...

Cette restriction vaut également pour les réfléchis (ils "dirigent l'action" vers le sujet), par exemple : sich schämen (avoir honte), sich irren (se tromper), sich vorstellen, sich einbilden (s'imaginer)...

 
188