:: 

 

 

   

Deutsch
SIEBTE LEKTION
Wiederholung und Erklärungen
SEPTIÈME LEÇON
1 Les règles du jeu
Notre protagoniste de la première leçon témoigne de la difficulté à "bien placer le verbe" dans la phrase. En effet, cette place est aussi importante pour la langue allemande que l'est celle du roi dans le jeu d'échecs : c'est sa position qui ordonne et valorise celles des autres pièces ! A l'attention de ceux qui partagent pour l'une ou l'autre "des règles du jeu", la difficulté de notre protagoniste, nous allons rappeler, au cours des prochaines leçons de révision, les points principaux de la grammaire allemande, afin que tous "jouent à armes égales". Le recours aux termes grammaticaux y est réduit au strict minimum utile et vous trouverez dans l'appendice grammatical une brève définition de ceux qui ne vous sont pas familiers.
Ne considérez pas ces leçons comme la partie rébarbative : l'allemand est une "langue grammaticale", comprendre et reproduire son système peut être un jeu de stratégie amusant, faisant appel à votre perspicacité et à votre intelligence.
N'oubliez pas les deux règles d'or de tout jeu :
1) Der Appetit kommt beim Essen = L'appétit vient en mangeant.
2) Pech im Spiel, Glück in der Liebe - Malchance au jeu, Chance en amour!
Ne soyez donc pas vexé si vous perdez parfois, vous avez tout simplement réuni les conditions pour être plus chanceux ailleurs ! (Lorsque vous connaissez bien les points traités, passez rapidement sur ces explications, mais vérifiez votre maîtrise en faisant les exercices.)
 
2 La position du verbe
"Dis-moi où se trouve le verbe et je te dirai qui tu es et ce que tu veux !"
C'est par la position du verbe (conjugué) qu'une phrase révèle son degré d'autonomie et ses intentions profondes :
Est-ce une phrase subordonnée {..., weil er morgen kommt) qui ne prend un sens que lorsqu'est connue la phrase principale dont elle dépend (Ich freue mich, weil er morgen kommt) ?

Une telle phrase subordonnée est caractérisée par la position finale (F) du verbe :..., weil der morgen kommt (F).
Est-ce une phrase principale, indépendante, autonome, se suffisant à elle-même (Er kommt morgen) ?
Dans ce cas, le verbe se trouvera :
en position 1 lorsqu'il s'agit d'une phrase injonctive : Komm (1) bitte morgen? (Viens demain, s'il te plaît !
) ou d'une phrase interrogative (sans mot interrogatif) : Kommt (1) er morgen? (Est-ce qu'il viendra demain ?) ;
en position 2 lorsqu'il s'agit d'une phrase énonciative : Er kommt (2) morgen (II viendra demain) ou d'une phrase interrogative introduite par un mot / une expression interrogative : Wann / mit welchem Zug / woher... kommt (2) er morgen? (Quand / avec quel train / d'où... viendra-t-il demain ?}.

La position (1) d'une phrase énonciative peut être occupée par toute sorte d'éléments : le sujet, un adverbe, un complément... et même une subordonnée :
1 = suhet :
Ich (1) gehe (2) jetzt ins Bett, weil ich müde bin.
1 = adverbe :
Jetzt (1) gehe (2) ich ins Bett, weil ich müde bin.
1 = complément :
Ins Bett (1) gehe (2) ich jetzt, weil ich müde bin.
1 = subordonnée :
Weil ich müde bin (1), gehe (2) ich jetzt ins Bett.

Nous voyons donc que le positionnement du verbe détermine la nature même du message : modifier sa place transforme profondément le sens de ce message (exemple : Ist das der Mörder? Das ist der Mörder!) ou le rend incompréhensible (exemple : Der Mörder das ist??).

Ce rôle stratégique ne revient qu'au "verbe conjugué". Lorsque l'élément verbal est composé de plusieurs parties, comme par exemple : kommen wollen, gekommen sein, l'autre partie se retrouve à la fin de la phrase, en position (F) :
kommen wollen: Mein Bruder will (2) morgen kommen (F) = Mon frère veut venir demain.
Will (1) dein Bruder morgen kommen (F)?
gekommen sein: Mein Bruder ist (2) gestern gekommen (F)
= Mon frère est venu hier.
Ist (1) dein Bruder gestern gekommen (F)?

Dans la phrase subordonnée, le verbe conjugué occupe lui-même cette place (F) :
Ich habe gehört, daß dein Bruder gestern gekommen (F-1) ist (F).

Prenons un exemple tout de suite (leçon 6, phrase 3) :
Wundern (1) Sie sich nicht, wenn Fußgänger bei Rot warten (F), obgleich weit und breit kein Wagen zu sehen (F-1) ist (F)!
Wundern (1) Sie sich nicht: verbe en position 1 pour signifier que cette phrase est une injonction (ordre / conseil).
..., wenn Fußgänger bei Rot warten (F): verbe en position finale (F) : c'est une phrase subordonnée, dépendante de la phrase précédente.
..., obgleich weit und breit kein Wagen zu sehen ist (F) : verbe en position finale (F) : c'est une deuxième subordonnée, dépendante de la précédente.
Si ces principes ne vous sont pas très familiers, exercez votre compréhension sur d'autres phrases des leçons précédentes.

 

3 Les petits mots
Kannst du mir denn nun wohl mal sagen, was diese kleinen Wörter bedeuten? = Peux-tu (donc - maintenant - bien - une fois) me dire, ce que signifient ces "petits mots" ?
Non, pas vraiment ! La réponse n'est pas simple : par ces "petits mots" (termes de modalisation), le locuteur exprime un sentiment, un mouvement d'humeur, une réaction affective par rapport à ce qu'il dit. On peut tout au plus donner quelques repères. Mais vous vous êtes bien rendu compte que la compréhension de la phrase est assurée, même si vous ne comprenez qu'approximativement le terme employé. N'oubliez pas que ces "petits mots" peuvent être, dans d'autres contextes, des "vrais mots" ayant un sens bien précis :

denn = car ; mais ; Was ist denn hier los? (Interrogation, étonnement, surprise) = Mais qu'est-ce qui se passe donc ici ?

aber
- mais ; mais : Das ist aber schön! (Surprise, se montrer concerné) - Comme c'est joli !

ja
= oui ; mais : Dort sitzt ja Peter! (Évidence) = mais c'est bien Peter qui est assis là ! Das ist ja schrecklich! (Implication) = Mais c'est horrible !

mal ou (ein)mal = fois : Den Film habe ich schon mal gesehen = Ce film, je l'ai déjà vu une fois. Mais : Gib mir mal das Buch, bitte! (Atténuation de la sévérité de l'impératif): Passe-moi "un peu" ce livre.

doch ou jedoch = cependant, pourtant ; mais : Das ist doch nicht möglich! (Étonnement, interrogation) = Ce n'est pas possible ?! Das darfst du doch nicht machen! (Évidence) - Tu n'a pas le droit de faire ça, tu le sais bien. Seien Sie doch großzügig! (Injonction, appel) = Soyez généreux, je vous en prie !
 
wohl = bien, en bonne santé ; mais : Er wird wohl kommen. (Supposition, hypothèse) - D'après moi, il va venir.

etwa - environ ; mais : Willst du das etwa stehlen? (Incrédulité, reproche, désaccord) - Tu ne veux tout de même pas le voler?!

eben - Ich habe ihn eben gesehen (venir de...) = Je viens de le voir. Mais : Dann mache ich es eben aliein. (Défi, résignation) = Tant pis, je le ferais seul !

schon = déjà ; mais : Er wird schon kommen. (Rassurer) = ne vous en faites pas, il viendra !

 
4 Les auxiliaires de mode ou "verbes de modalisation"

a) müssen - dürfen - können - sollen - wollen - mögen - (möchte)
Il s'agit d'un groupe de verbes particuliers. D'abord par leur conjugaison au présent (cf. : ich mache - er macht ; mais : ich kann - er kann).
Ensuite par leur association très fréquente avec un autre verbe à l'infinitif (sans zu !) :
Ich kann nicht kommen.
Au parfait, le participe 2 prend la forme de l'infinitif : Je n'ai pas pu venir = Ich habe nicht kommen können (on appelle aussi cela le "double infinitif").
Parfois, ils sont employés seuls comme des verbes à part entière : Ich kann nicht mehr! = Je n'en peux plus. Ich mag keine Suppe ~ Je n'aime pas [manger de] la soupe.
Dans ce cas, ils retrouvent, au parfait, un participe 2 "normal" : Je n'ai pas pu = Ich habe nicht gekonnt.
Je n'ai pas apprécié la soupe = Ich habe die Suppe nicht gemocht.
Rappelons enfin que möchte (= voudrais) n'est pas un septième verbe de modalité mais le Konjunktiv II de mögen = apprécier (ich mag).

Les auxiliaires de mode attribuent un mode particulier à l'action / l'événement / l'état exprimé par le verbe : est-ce ma volonté, mon devoir, une contrainte... ?
Soll ich gehen oder darf ich bleiben? = Dois-je m'en aller ou ai-je le droit de rester ?
Essayons de mettre un peu d'ordre dans la confusion des sentiments de ce jeune homme, obsédé par un seul désir : saisir la main de sa bien-aimée !
Soll ich ihre Hand ergreifen, wie es mir mein Freund geraten hat?: Dois-je saisir sa main comme me l'a conseillé mon ami ? (sollen = devoir : conseil / volonté d'une autre personne / instance...).

Kann ich ihre Hand ergreifen, ohne daß es die anderen bemerken? : Puis-je saisir sa main sans que les autres le remarquent ? (können = pouvoir : avoir la capacité / possibilité...).

Ich will ihre Hand halten, aber ihr scheint das nicht zu gefallen : Je veux tenir sa main, mais cela ne semble pas lui plaire (wollen = vouloir : ma propre volonté...).

Ich möchte ihre Hand ergreifen, doch mir fehlt der Mut : Je voudrais saisir sa main, cependant le courage me manque (möchte (Konjunktiv 2 de mögen)) = (voudrais) expression d'un désir / souhait...).

Ich muß ihre Hand ergreifen, sonst bin ich verloren! ; Il me fait saisir sa main sinon je suis perdu ! (müssen = devoir : nécessité / contrainte...).

Sie sagt, daß sie es nicht mag, wenn man ihre Hand hält : Elle dit qu'elle n'apprécie pas qu'on lui tienne la main (mögen = apprécier, bien aimer...).

Wenn wir verlobt sein werden, darf ich viel/eicht ihre Hand halten = Quand nous serons fiancés, je pourrai (j'aurai l'autorisation de) peut-être tenir sa main (dürfen : avoir l'autorisation / le droit...).

b) La négation de sollen - müssen - dürfen
Les dix commandements nous prescrivent par l'emploi de sollen ce que nous devons / ne devons pas faire selon la volonté de Dieu : Du sollst Deinen Nächsten lieben" = Tu dois aimer ton prochain. Du sollst nicht stehlen" = Tu ne dois pas voler.
Méfiez-vous de celui qui vous dit : Sie müssen nicht stehlen". La négation de müssen signifie seulement qu'il n'y a pas nécessité ou contrainte : "Vous n'êtes pas obligé de voler, mais si cela vous tente... !"
(Sie müssen nicht stehlen = Sie brauchen nicht (zu) stehlen.)

Attention aux tentations ! L'injonction par sollen n'est peut-être pas suffisante, mieux vaut carrément interdire : du darfst nicht stehlen - tu n'as pas le droit de voler.

c) Emploi qui divergent du "sens premier"
Souvent, les auxiliaires de mode expriment une opinion du locuteur,
wollen: Er will in zwei Wochen Deutsch gelernt haben = Il prétend avoir appris l'allemand en deux semaines.
müssen: Er muß einen Trick gefunden haben = Il a forcément trouvé un truc, il faut croire que..., je suis certain que...
sollen: Er soll sogar fließend sprechen - D'après ce qu'on dit il parle même couramment.
dürfen: Das darf doch nicht wahr sein! = (J'espère que) ça n'est pas vrai !
mögen: Er mag erzählen, was er will! = Qu'il raconte ce qu'il veut. J'estime qu'il peut raconter ce qu'il veut.
möchte: Sagen Sie ihm, er möchte mich mal anrufen! = ... qu'il veuille bien me téléphoner. Demande très polie pour éviter un sollen trop direct.

 
26