Языки :: Окситан Окситанский язык
Аудио
 
 
   

201

LEIÇON 76

  Setanta seisena leiçon (76)

Telhard de Chardin  
   
1 — Coma l’avèm vist, l’Occitania es una tèrra de grands òmes. Escotam Pèire Pessemesse nos parlar de Pèire Telhard de Chardin : 1. Comme nous Favoris vu, l'Occitanie est une terre de grands hommes. Écoutons Pierre Pessemesse nous parler de Pierre Teilhard de Chardin :
2 — « ...Telhard de Chardin es occitan de naissença e d’aquel ponch de vista sa pròsa, de còps, ne pòrta testimònia, Dieu mercé, es un dels estilistes mai prodigioses que coneigui. Dejós sa pluma venon la biologia e la recerca paleontologista un diamant escrincelat, un movement perpetual de pensada e de passion. De tout segur, son ascendéncia occitana i es per quicòm. Puretat e romantisme apassionat per la fe, vaquí coma se pòt definir aquela marca del sabent, l’estile... -2. «... Teilhard de Chardin est occitan de naissance et de ce point de vue sa prose, parfois, en porte témoignage. Dieu merci, c'est un des stylistes les plus prodigieux que je connaisse. Sous sa plume, la biologie et la recherche paléontologique deviennent un diamant aux mille feux (bien taillé), un mouvement perpétuel de pensée et de passion. Sans aucun doute, son ascendance occitane y est pour quelque chose. Pureté et romantisme passionné pour (et par) la foi, voilà comme peut se définir cette marque du savant, le style...
3 — Sa filosofia se caracterisa per una confiança immensa en l’òme e una fe imbrandable en son devenir terrèstre, la nocion d’una evolucion tot entièra dirigida cap a l'òme e enfin, l’introduccion de la dialectica al mièg d’una construccion sensa decas...  —3. Sa philosophie se caractérise par une confiance immense en l'homme et une foi inébranlable en son devenir terrestre, la notion d'une évolution dirigée tout entière vers l'homme et enfin, l'introduction de la dialectique au centre (milieu) d'une construction sans fautes ...
4 — De còps, tala de sas demonstracions s’atroba coïncidir amb una idèa marxista desenvolupada per Hegel o un autre. Mas lo fons de sa pensada resta crestian coma cada etapa de son caminament espiritual e scientific. Aital, tenta, al fin de son òbra, una sintèsi enciclopedica del monde, una « Weltanschaung » nòva d’inspiracion catolica, la tresena despuèi la de Sant Tomàs d’Aquin e la de Pascal. Amb un gaubi qu’es de remarcar, s’ensaja de conciliar sciéncia e religion... -4. Parfois, il arrive qu'une de ses démonstrations coïncide avec une idée marxiste développée par Hegel ou un autre. Mais le fond de sa pensée reste Chrétien, comme chaque étape de son cheminement spirituel et scientifique. Ainsi, il tente, au fil de son œuvre, une synthèse encyclopédique du monde, une «Weltanschaung» (conception du monde) nouvelle d'inspiration catholique, la troisième depuis celle de Saint-Thomas d'Aquin et celle de Pascal. Avec une facture remarquable (qui est de remarquer), il essaie de concilier science et religion...» (Pierre Pessemesse, extrait d'un article intitulé Teilhard de Chardin, Vida Nova, 1960). Ce texte vous montre que l'occitan n'est pas seulement la langue de la terre, mais aussi celle de la philosophie.
   
Lo curat de Cucunhan LE CURE DE CUCUGNAN
1 — «...Era un long caminòl tot caladat de brasa roja. Trantalhant coma s'èri bandat, a cada pas trabucavi ; èri tot en aiga, cada pel de mon còs fasiá sa gota e pantugavi de la set... Mas, per ma fe, gràcia a las sandalas que lo brave sant Pèire m’aviá préstadas, me cremèri pas los pès. 1. «... C'était un long sentier tout pavé de braise rouge. Titubant comme si j'étais soûl, je trébuchais à chaque pas; j'étais tout en nage (en eau), je transpirais par tous mes pores (chaque poil de mon corps faisait sa goutte)... Mais, ma foi, grâce aux sandales que le bon Saint Pierre m'avait prêtées, je ne me brûlai pas les pieds.
2 — A pro pena de trabucar, balint-balant, vegèri a man esquèrra una pòrta, non, un portal, un portalàs, alandat coma la boca d’un grand forn. O ! paures enfants ! quin espectacle ! Aquí, vos demandan pas lo nom ; aquí, cap de registre. Per fornadas, a plena pòrta, se dintra aqui, mos cares fraires, coma dintratz a l’aubèrja lo dimenge. -2. A force de trébucher, cahin-caha, je vis sur ma gauche (à main gauche) une porte, non, un portail, un immense portail, ouvert comme la porte (la bouche) d'un grand four. Hélas ! mes pauvres enfants ! quel spectacle ! là, on ne vous demande pas votre nom; là, aucun registre. Par fournées, à pleine porte, on entre là, mes chers frères, comme vous entrez à l'auberge le dimanche.
3 — Tressusavi e çà-que-la èri raulit, tridolavi.
Lo pel se me quilhava sul cap. Sentissiái a rabinat, a carn rostida, quicòm coma la flaira que s’espandis per las carrièras de Cucunhan quand Alòi, lo faure, crèma per la ferrar la bata d’un vièlh ase. Perdiái l’alen dins aquel aire abrasat e pudent; ausissiái una orresca clamada, unis gemècs, unis renècs, unis brams !
—3. Je transpirais abondamment et cependant j'étais transi, je grelottais. Mes cheveux se dressaient sur ma tête. Je sentais le brûlé, la chair rôtie, quelque chose comme l'odeur qui se répand dans les rues de Cucugnan quand Eloi, le forgeron, brûle pour le ferrer le sabot d'un vieil âne. Je perdais le souffle dans cet air embrasé et puant; j'entendais une horrible clameur, des gémissements, des jurons, des cris !
4 — « E ben, tu ! Dintras o dintras pas ? me faguèt un diable banut en me ponchant amb sa foissina.
« — Ieu ? Dintri pas. Soi un amic de Dieu. «— Un amic de Dieu ?... Mas, bogre de tinhós ! qué venes quèrre aici ?
-4. Eh bien, toi ! Entres-tu ou n'entres-tu pas ? me cria (me fit) un diable cornu en me piquant avec sa fourche, — Moi ? je n'entre pas. Je suis un ami de Dieu. — Un ami de Dieu ?...Mais, espèce de teigneux ! que viens-tu chercher ici ?
5 — «— Veni... A ! me’n parletz pas, que las cambas me pòdon pas téner... Veni... Veni de luènh... simplament per vos demandar... si, si, per còp d’astre... auriatz pas aicí... qual-qu’un de Cucunhan... —5. — Je viens... Ah ! ne m'en parlez pas, car mes jambes flageolent (ne peuvent plus me porter)... Je viens... Je viens de loin... simplement pour vous demander... si, par hasard... il n'y aurait pas ici (vous n'auriez pas ici)... quelqu'un de Cucugnan...
« — A ! fòc del Cèl ! fas la bèstia, tu, coma se sabiás pas que tot Cucunhan es aici. Te, corbatàs, fai-te ença e gaita : veiràs cossí te los adobam aicí, tos famoses Cucunhanencs... -Ah ! sacrebleu (feu du ciel) ! tu fais l'idiot (la bête), toi, comme si tu ne savais pas que tout Cucugnan est ici. Tiens, sale corbeau, approche et regarde : tu verras comment nous les arrangeons ici, tes fameux Cucugnanais...
6 — « E vegèri, al mièg d’un remolin de flambas qu’espantava : -6. Et je vis, au milieu d'un épouvantable tourbillon de flammes :
Aquel branda-biassa de Polh-Galina que se pintava tan sovent e tan sovent socatissiá las piuses a la siá paura Claron. ce gueux de Coq-Géline qui se soûlait si souvent et qui si souvent battait (secouait les puces à) sa pauvre Clairon.
Vegèri la Catarineta, aquela gorrina de tilha amb son nas en l’aire... la que s’ajaçava soleta a la granja.. Vos’n sovenètz, dròlles ? Mas, anem, n’ai tròp dit. Je vis la Catherinette, cette garce de fille avec son air prétentieux (son nez en l'air)... celle qui couchait toute seule dans sa grange... Vous en souvenez-vous, les gars ?
Vegèri Pascal Det-de-pega, lo que fasiá l’òli amb las olivas de Monsen Julian. Vegèri Babeta l’espigaira, la que per aver pus lèu ligat la garba tirara dels tavèls a bèls punhats. Mais, allons, j'en ai trop dit. Je vis Pascal Doigt-de-Poix, celui qui faisait son huile avec les olives de Monsieur Julien. Je vis Babette, la glaneuse, celle qui pour avoir plus tôt lié sa gerbe, se servait aux dizeaux (tas) à pleines mains (poignées).
Vegèri Mèstre Grapasi, lo qu’oliava tan plan la ròda de sa carriòla. Je vis maître Grepasi, celui qui graissait (huilait) si bien la roue de sa brouette.
7 — E la Dalfina, que vendiá tan car l’aiga de son potz. -7. Et Delphine, qui vendait si cher l'eau de son puits.
E lo Tortilhard que, quand me trobava portant Nòstre-Sénher passava son camin amb la boneta sul cap e la pipa al bèc... fièr coma Artaban... coma s’aviá rencontrat un gos. Et le Tortillard qui, lorsqu'il me rencontrait portant la communion (le Bon Dieu : Notre Seigneur) passait son chemin, son bonnet sur la tête et sa pipe au bec... fier comme Artaban... comme s'il avait rencontré un chien.
E lo Colau amb sa Zeta, e Jacme, e Pèire, e Tòni... ». Esmogut, blanc de paur, l’auditòri gemèga, vesent dins l’infèrn tot alandat l’un son paire, l’autre sa maire, aqueste sa menina, aquel sa sòrre ...». Et «Coulau» avec sa Zette, et Jacques, et Pierre, et Antonin...» Ému, blanc de peur, l'auditoire gémit en voyant dans l'enfer grand ouvert qui son père, qui sa mère, celui-ci sa grand-mère, celui-là sa sœur ..,».
   
Lo caçaire de sarris LE CHASSEUR D'ISARDS
1 — ..., lo caçaire devarèc dins la vath. Un an viscoc pas que d’aqueth fromatge miraculós que trobava pas jamèi entamenat, cada còp que volèva minjar. N avèva perdut lo gost de la carn ; e benlèu lo de caçar... Los sarris èran uroses ! Tornavan àuger hisança en l’òme, au punt que devaravan dinca dins la vath. ...Un ser que lo caçaire èra a la fenèstra, un sarri vengoc pròche de sa casa. Se pensèc : « Lo poirí tuar d’ací estant. N’èi pas jamèi avut nat a portada coma ’quò». 1.... le chasseur descendit dans la vallée. Pendant un an, il ne vécut que de ce fromage miraculeux qu'il ne trouvait jamais entamé chaque fois qu'il voulait manger. Il en avait perdu le goût de la viande; et peut-être celui de chasser... Les isards étaient heureux ! Ils reprenaient (revenaient avoir) confiance en l'homme, au point de descendre jusque dans la vallée... Un soir que le chasseur était à la fenêtre, un isard vint près de sa maison. Il se dit (pensa) : «Je pourrais le tuer d'ici même. Je n'en ai jamais eu qui soit (de si) à portée comme cela».
2— Lo caçaire angoc quèrre son arbaleta, penjada dempús un an a una punta deu chambranle. Ajustèc, dambe son adreça qu’avèva pas perduda, la bèstia que passava sens se maufisar de ren, e la tüèc... Se n’aprestèc un polit talhon ende sopar. En tot lo minjar, lo gostava, coma nòsta prumèra mair, la fruta defenduda. 2. Le chasseur alla chercher son arbalète, suspendue depuis un an à une pointe du chambranle. Il ajusta, avec son adresse qu'il n'avait pas perdue, la bête qui passait sans se méfier de rien, et la tua... Il s'en prépara un beau morceau pour souper. Tout en mangeant, il le dégustait, comme notre première mère, le fruit défendu.
3 — Lo caçaire angoc a la linìanda, mès en sin que la dierbèva, un gròs gatàs negre, qu’avèva los uèlhs e las mans d’un òme, ne sortiscoc coma un lambret, en s’emportar lo fromatge a mòsses. Sautèc per la fenèstra demorada dubèrta e disparescoc e lo fromatge dambe eth. 3. Le chasseur alla à l'armoire, mais en même temps qu'il l'ouvrait, un énorme chat noir, qui avait les yeux et les mains d'un homme, en sortit comme un éclair, en emportant le fromage dans sa gueule. Il sauta (par) la fenêtre restée ouverte et disparut et le fromage avec lui.

NOTES
(1) Ce texte d'André Dupuy est extrait d'une émission radiophonique.
Vous apprécierez le naturel de la langue.
 
Var. gasconnes : 1 devarèc, lang. davalèt; vath, lang. val. viscoc, lang. visquèt; aqueth, lang. aquel; jamèi, lang. jamai; voleva, lang. voliá; minjar, var. de manjar, présente aussi en lang.; avèva, lang. aviá; tornavan àuger, hisança, lang. tornavan aver fisança; devaravan, lang davalavan; dinca dins la vath, lang. dusca dins la val; vengoc, lang. venguèt; pensèc, var.de pensèt presente aaxssi en lang. occid.; n’èi pas jamèi avut, lang. n’ai pas jamai agut/ abut.
—2. angoc, lang. anèt/anguèt; dempús, lang. dempuei; maufisar, lang. mesftsar; prumèra mair, lang. primièra maire; fruta, var. de frucha, présente aussi en lang.
-3.dierbèva, lang. dobrissiá/ durbissiá; sortiscoc, lang. sortiguèt; disparescoc, lang. dispareguèt/ disparesquèt; eth, lang. el.