Языки :: Окситан Окситанский язык
Аудио
 
 
   

196

LEIÇON 75

  Setanta cinquena leiçon (75)

La Venús d’Avinhon La Vénus d'Avignon
   
1 — Sis uelhs d’ent'ant, fons e verdaus,
Si grands uelhs purs vos dison : d’aut !
Un pauc risèntas, un pauc moquetas,
Tèndri, se duerbon si boquetas ;
Si dènts, pus blancas que lo lach,
Brilhan... Chut ! qu’arriba : vètz-la !
Tot just s’a quinze ans, la chatona.
1. Ses yeux d'enfant, profonds et verts, ses grands yeux purs
vous disent : Va ! Un peu souriantes, un peu boudeuses, tendres,
ses lèvres s'entrouvrent ; ses dents, plus blanches que le lait, brillent... Chut ! (qu')elle arrive : voyez-la ! Elle a quinze ans à peine, la jeune fille.
2 — Passes plus, que me fas morir,
O laissa-me te devorir
De potonas !
2. Ne passe plus, car tu me fais mourir, ou laisse-moi te dévorer de baisers.
3 — Arratge, son peu negrinèu
S’estropa a trenèla’, en anèus ;
Un velós cremesin l'estaca ;
Foitat dau vènt, de roge taca
Sa cara bruna e son còu nus :
Diriatz qu’es lo sang de Venús,
Aqueu riban de la chatona.
Vagabonde, sa chevelure noire, se retrousse en torsades, en boucles; un velours cramoisi l'attache;
fouetté par le vent, il tache de rouge son visage brun et son cou nu : on dirait le sang de Vénus, ce ruban de la jeune fille.
4 — Passes plus, que me fas morir,
O laissa-me te devorir
De potonas !
4. Ne passe plus, car tu me fais mourir, ou laisse-moi te dévorer de baisers.
5 — O ! quau me levarà la set
De la chata ?... A ges de corset :
Sa rauba, fièra e sèns plecs, mòlla
Son joine sen que non tremòla
Quand marcha, mai s’arredon
ís
Tan ferme, que subran fern
ís
Vòstre còr davant la chatona.
5. Oh ! qui m'ôtera la soif de la jeune fille ? ... Elle n'a point de corset : sa robe, fière et sans plis, moule son jeune sein qui ne tremble pas quand elle marche, mais s'arrondit si ferme, que soudain frémit votre cœur devant la jeune fille.
6 — Passes plus, que me fas morir,
O laissa-me te devorir
De potonas !
6. Ne passe plus, car tu me fais mourir, ou laisse-moi te dévorer de baisers.
7 — Camina, e la creiriatz volant :
Sota la gràcia e lo balanç
Dau fresc cotilhon, se devina
Anca ardida e cambas divinas,
Tot son còs ufanós enfin ;
Mai se vèi que si petons fins
E si cavilhas de chatona.
7. Elle marche, et vous croiriez qu'elle vole : sous la grâce et le balancement de la fraîche jupe, on devine hanche hardie et jambes divines, tout son corps triomphant, enfin; mais on ne voit que ses fins petits pieds et ses chevilles de jeune fille.
8 — Passes plus, que me fas morir,
O laissa-me te devorir
De potonas !
8. Ne passe plus, car tu me fais mourir, ou laisse-moi te dévorer de baisers.
9— A mon còu, si bèu braç tan doç,
Li crosèsse un jorn toti dos !
Sa man pòrta pas ’ncar la baga :
Pòu venir, lo nòvi, que paga
Amé castèus, diamants, tresòrs,
L’embandís ! Vòu ligar son sòrt
Am’un fiu d’amor, la chatona...
9. A mon cou, ses beaux bras si doux, puisse-t-elle un jour les croiser tous les deux ! Sa main ne porte pas encore la bague : il peut venir, le fiancé qui paye avec châteaux, diamants, trésors, elle le chasse ! Elle veut lier son sort avec un fil d'amour, la jeune fille !
10 — Passes plus, que me fas morir,
O laissa-me te devorir
De potonas !
10. Ne passe plus, car tu me fais mourir, ou laisse-moi te dévorer de baisers !
11 — Vòle pas, vòle plus t’amar !
M’es en òdi de trelimar
Pèr tu tan bèla e tan marrida.
Te crèigues pas tant, Esperida,
Brèu de carn ròsa e de peus bruns,
Que podriá, mon ponh, metre en frum
Come una moissala ! Chatona,
11. Je ne veux pas, je ne veux plus t'aimer ! Il m'ennuie de te convoiter, toi si belle et si mauvaise. Ne t'enorgueillis pas tant, Espérite, brin de chair rose et de cheveux bruns, que mon poing pourrait broyer comme un moucheron ! Jeune fille.
12— Passes plus, que me fas morir,
O laissa-me te devorir
De potonas !
12. Ne passe plus, car tu me fais mourir, ou laisse-moi te dévorer de baisers.
13— La nuech fau d’estrangi pantais :
M’escapes antanlèu que t’ai ;
Te corre après, jamai t’ajonhe.
Vese de luenh badar ton jonhe
Come una flor que s’espandís :
Sèmpre quand tòque au paradís,
Un diable te rauba, ò chatona !
13. La nuit, je fais d'étranges rêves : tu m'échappes dès que je t'ai : je te poursuis sans jamais t'atteindre. Je vois de loin s'ouvrir ton corsage comme une fleur qui s'épanouit : toujours, quand je touche au paradis, un démon te dérobe, ô jeune fille !
14 — Passes plus, que me fas morir,
O laissa-me te devorir De potonas !
14. Ne passe plus, car tu me fais mourir, ou laisse-moi te dévorer de baisers !
15— D’abòrd qu’en tèrra non se pòu
Estre amorós sènsa aver paur,
Anem-nos-en dins lis estèlas ;
Auràs lo tralutz pèr dentèla,
Auràs li nivols pèr ridèus,
E jogarai come un cadèu
A ti pichòts pès, ma chatona !
15. Puisque sur la terre on ne peut être amoureux sans avoir peur, allons-nous en dans les étoiles; tu auras la lumière pour dentelles, tu auras les nuées pour rideaux, et je jouerai comme un jeune chien à tes petits pieds, ma jeune fille.
16— Passes plus, que me fas morir,
O laissa-me te devorir
De potonas !
16. Ne passe plus, car tu me fais mourir, ou laisse-moi te dévorer de baisers.
   
— Lo planh de l’Uganaud vièlh. La complainte du vieil huguenot
1 — Avètz rason, amics; l’Occitania es Beutat, Amor e Poesia, mas es tanben una tèrra de malur. Escotatz lo poèta provençal, Carles Camprós nos parlar, dins un de sos poëmas de la Resisténcia, d’un paure uganaud que sos enemics li cremèron l’ostal (1). 1. Vous avez raison, (mes) amis; l'Occitanie est Beauté, Amour et Poésie, mais elle est aussi une terre de malheur. Écoutez le poète provençal Charles Camproux nous parler, dans un de ses poèmes de la Résistance, d'un pauvre huguenot à qui ses ennemis ont brûlé la maison (que ses ennemis... lui ont...).
2 — Aquí en provençal Lo planh de l’Uganaud vièlh :
Mai per de que m’an cremat l’ostau ?
Mai per de que m’an tuat la bèstia ?
Ai seguit ta volontat celèstia
Dieu de Dieu ! e m’an cremat l’ostau ! (1)
2.Voici' la complainte du vieil huguenot (provençal):
Mais pourquoi m'ont-ils brûlé ma (la) maison ?
Mais pourquoi m'ont-ils tué ma bête ?
J'ai suivi ta volonté céleste
Dieu de Dieu ! et ils m'ont brûlé ma maison !
3 — Que son venguts faire, Dieu de Dieu,
Dins nòstri vaus ambé si mans de guèrra ?
De qu’aviam besonh di causas fèras
Per viure benastrucs, Dieu de Dieu ? (2)
3. Que sont-ils venus faire, Dieu de Dieu, dans nos vallées avec
leurs mains de guerre ?
Qu'avions-nous besoin de choses cruelles,
Pour vivre heureux, Dieu de Dieu ?
4— Ai pas jamai ren fach en degun
Per toti rajan toti li sòrgas
Ai jamai cresegut li messòrgas
Jamai ren cercat polha en degun (3).
4, Je n'ai jamais rien fait à personne
Pour tous jaillissent toutes les sources,
Je n'ai jamais cru les mensonges, - Jamais cherché querelle à personne.
 
5 — Is aubetas vesiái lo solèu
Que, Nòstre Dieu, cantava ta glòria,
Quand èra vèspre darrièr la bòria,
Totjorn sonavas nòstre solèu (4).
5. A l'aube de chaque jour -(Aux petites aubes) je voyais le soleil -Qui, Seigneur (Notre Dieu), chantait Ta gloire, -Quand c'était (le) soir derrière ma (la) ferme, -Toujours Tu rappelais (vers Toi) notre soleil.
6 — I aviá que ton bofe sus li monts
E sot li castanhièrs l’aiga clara
Que nos davalava de la Barra,
Lo liure boíe tieu sus li monts (5).
6.11 n'y avait que Ton souffle sur les monts - Et sous les châtaigniers l'eau claire - Qui descendait vers nous et pour nous (nos) de la Barre, - Ton libre souffle sur les monts.
7 — L’aiga cantava per li valats
La santa libertat de la B
íblia
E lo mesprètz di causas risiblas,
Qu’avau s’emportavan li valats (6).
7. L'eau chantait dans (par) les vallons - La sainte liberté de la Bible - Et le mépris des choses risibles, - Qu'à la plaine emportaient (avec eux) les vallons.
8 — Mai per de que m’an cremat l’ostau ?
Mai per de que m’an tuat la bèstia ?
Ai seguit ta volontat celèsta :
Li bregands m’an cremat l’ostau !
8. Mais pourquoi m'ont-ils brûlé ma maison ? Mais pourquoi m'ont-ils tué ma bête ?
J'ai suivi ta volonté céleste : - Les brigands m'ont brûlé ma maison !
(Poëmas de la Resisténcia, Oc, 1.949) (Poèmes de la Résistance, Oc, 1949)
9 — Vesètz que n’i a encara, de poëtas en Occitania ! 9. Vous voyez qu'il y en a encore, des poètes en Occitanie !

NOTES
Théodore Aubanel est, après Mistral, le plus grand poète de la Provence. Bien qu'il fût «bon catholique», la sensualité présente dans ses poèmes le fit considérer comme un «renégat, un impie, un obscène». Il hésita longtemps avant de publier ses œuvres qui choquaient certains, considérablement. Pourtant, il était dans la ligne des Troubadours qui présentaient dans leurs œuvres un Amour total, sensuel et mystique. Selon ses propres paroles, cette Vénus d'Avignon est un «hymne à la beauté vivante, à ces types parfaits qui vous apparaissent quelquefois dans une foule et passent, comme un rêve, vous laissant tout ébloui. Il y a, dans Avignon, une admirable jeune fille du peuple, blanche comme lis, d'une beauté merveilleuse et d'une grâce infinie. On la dit très sage. Je ne sais pas même son nom; mais ce que je sais, c'est que chaque fois — trop rarement — que je la rencontre, c'est pour moi un charme suprême. De là, le titre de Vénus d'Avignon donné à cette pièce qui pourrait tout aussi bien s'appeler autrement». (Th. Aubanel, Lettre à Marie Jenna, le 17 janvier 1869).

La première édition de ce poème fut publiée en graphie dite «mistralienne». Les héritiers de Th. Aubanel, ayant accepté que ses œuvres soient transcrites en graphie occitane classique, permirent ainsi à tous les Occitans non Provençaux, jusqu'alors forts gênés par la graphie, de comprendre et d'apprécier ce très grand poète, qui méritait bien que son œuvre dépassât le Rhône.
Voici un exemple de cette graphie dite « mistralienne», que vous pourrez comparer à la graphie occitane classique :
... A moun c
òu, si bèu bras tant dous,
Li crousèsse un jour touti dous !
Sa man porto panca la bago
Póu veni, lou nòvi, que pago
Emé castèu, diamant, tresor,
L'embandis ! Vòu liga soun sort
Em'un fiéu d'amour, la chatouno...

Pour un Gascon, un Auvergnat ou un Limousin, dont la prononciation est souvent fort différente de celle que l'on entend sur les bords du Rhône, ce texte écrit ainsi est très difficilement compréhensible : si un Français de Lille ou de Strasbourg écrivait comme il prononce, pensez-vous qu'un Bordelais ou un Avignon-nais pourrait comprendre un texte écrit par l'un d'eux ? Pour un Languedocien, dont le parler est assez proche du provençal d'Aubanel, ce passage est, dans l'ensemble, compréhensible.
Toutefois, si l'on ne possède pas une traduction de ce texte écrit ainsi, il est parfois impossible de savoir si l'on est en présence d'un singulier ou d'un pluriel, (puisqu'ils ne sont pas différenciés par la graphie), ce qui est tout de même gênant; le vers suivant illustre parfaitement cette anomalie : «Emé castèu, diamant, tresor» (vers 5).
Quant au mot écrit panca (vers 3) il est totalement incompréhensible.
Dans d'autres textes, on éprouve parfois bien des difficultés à distinguer un participe passé d'un infinitif ou d'un verbe conjugué, puisque rien ne marque les différences.
A vouloir trop simplifier une graphie, on risque de gêner considérablement non seulement
l'intercompréhension mais aussi la simple compréhension.