Языки :: Окситан Окситанский язык
Аудио
 
 
   

191

LEIÇON 74

  Setanta quatrena leiçon (74)

Catòia  
Òc soi Catòia. Catòia l’Enfarinat. Oui, je suis «Catòia», «Catòia l'Enfarinat».
Jamai soi pas estat coma los autres. Jamai. Perqué soi Catòia. E tanben perqué soi Enfarinat. Jamais je n'ai été comme les autres. Jamais. Parce que je suis «Catòia». Et aussi, parce que je suis «Enfarinat».
A Sant-Genièis, degun sap pas que soi Catòia. Degun sap pas que soi Enfarinat. Mas ieu o sabi. A Saint-Geniès, personne ne sait que je suis «Catòia». Personne
ne sait que je suis «Enfarinat». Mais, moi, je le sais .
Ieu Amans, Baptista, Blasi Codomièr. Moi, Amans, Baptiste, Biaise Coudoumier.
Codomièr soi a Sant-Genièis. Encara mai Amans. E m’agrada d’èsser Amans. Sant Amans primièr evesque de Rodés... A Saint-Geniès, je suis Coudoumier. Encore plus Amans. Et cela me plaît d'être Amans. Saint Amans, premier évêque de Rodez...
Al meu païs la miá maire m’apelava Manson. Dans mon (Au mien) pays, ma mère m'appelait «Mansou».
Me coneissiái pas d’autre nom : Manson. Je ne me connaissais pas d'autre nom : «Mansou».
Mas quand anèri a l'escòla. La miá maire m’auriá volgut metre a l’escòla per Pascas. Lo mèstre me volguèt pas. Calguèt esperar lo mes d’octòbre : un temps de devalada, un jorn de vent d’autan e de castanhas. Mais quand je suis allé à l'école. Ma mère aurait voulu me mettre à l'école pour Pâques. L'instituteur ne m'a pas voulu. Il a fallu attendre le mois d'Octobre : un temps d'automne, un jour de vent d'autan et de châtaignes.
   
A Sant-Genièis coneisson pas lo vent d’autan. Al meu païs lo Segalar... A Saint-Geniès, ils ne connaissent pas le vent d'autan. Dans mon pays le Ségalar...
La miá maire me carguèt la blodeta negra tota nòva.
Me donèt la saqueta amb tres chaudèls banuts dedins.
Me prenguèt per la man.
Ma mère m'a mis (chargé) ma petite blouse noire toute neuve.
Elle m'a donné mon petit sac avec trois échaudés cornus dedans.
Elle m'a pris par la main.
Dins la cort de l’escòla, tanlèu nos veire arribar, los autres enfants quitèron de s’amusar. E nos agachavan. Ieu sarravi las mans de la miá mamà. Dans la cour de l'école, dès qu'ils nous ont vu arriver, (sitôt nous
voir arriver), les autres enfants ont cessé de s'amuser. Et ils nous
regardaient. Moi, je serrais les-mains de ma maman.
Anèrem trobar lo mèstre al seu burèu per escriure lo meu nom sus sabi quines registres. Nous sommes allés trouver l'instituteur dans son bureau pour inscrire mon nom sur je ne sais quels registres.
Lo meu nom... A ! lo meu nom. Mon nom... Ah ! mon nom !
La miá maire me daissèt dins la cort sens gausar me potonejar. Los autres nos agachavan. Me teniái contra la paret, la saqueta dels chaudèls jol braç. La miá maire se n era anada. Ma mère m'a laissé dans la cour, sans oser m'embrasser.
Les autres nous regardaient. Je me tenais contre le mur, mon
petit sac d'échaudés sous le bras. Ma mère s'en était allé.
« Catòia... Catòia lo pichon... Catòia... ». «Catòia... le petit Catòia... Catòia».
Qual cridèt lo primièr ? Totes los enfants èran aquí que m’enrodavan e me guinhavan del det : Qui a crié le premier ? Tous les enfants étaient là, (qui) ils m'entouraient et me montraient du doigt :
« Catòia... ». «Catòia...»
   
Compreniái pas encara qual èra Catòia. Del meu det pichon los guinhèri tanben. Je ne comprenais pas encore qui était «Catòia». Avec (De) mon petit doigt, je les ai montrés aussi
E cridèri coma eles : et j'ai crié, comme eux :
« Catòia... ». «Catòia...».
Piquèron de las mans totes. Sautèron coma de falords. Se sarrèron encara mai de ieu. Ils ont tous frappé dans leurs mains. Ils ont fait des bonds comme des fous. Ils s'approchèrent encore plus de moi :
« Catòia. Catòia... Lo Catoion... ». «Catòia, Catòia... Le Catouiou...».
Alara comprenguèri ieu. Èri ieu Catòia. Mas perqué èri ieu Catòia ? Me virèri contra la paret e plorèri. Alors j'ai compris, moi : c'était moi (j'étais moi) «Catòia». Mais pourquoi moi, étais-je Catòia ? Je me suis tourné vers (contre) le mur et j'ai pleuré.
Lo mèstre venguèt ben per me consolar. Mas cossi me portariá solaç, el ? Èri Catòia... L'instituteur est bien venu pour me consoler. Que pouvait-il faire pour moi (pour me porter assistance, soulagement), lui ? J'étais «Catòia»...
Quand sortiguèrem a onze oras, la miá maire m’esperava al canton de la cort. Anèri a ela los uèlhs confles, sens poder parlar, aufegat de glops... Quand nous sommes sortis à onze heures, ma mère m'attendait au coin de la cour. Je suis allé vers (à) elle, les yeux gonflés, sans pouvoir parler, étouffé de sanglots et de larmes...
Me potonegèt emai los autres nos agachèsson que passavan en se trufant. Elle m'a embrassé, bien que les autres nous regardent (regardassent) (tandis) qu'ils passaient en se moquant.
— T’agradas pas a l’escòla ? Me demandèt ela. Mas de que as, paure Manson ? - Tu ne te plais pas à l'école ? M'a-t-elle demandé, (elle). Mais qu'as-tu pauvre «Mansou»?
— Catòia... bretonegèri ieu. Catòia... — «Catòia»... ai-je bredouillé (moi). «Catòia»...
   
Alara ela de me prene a bèl braçat e de me portar a l'ostal coma un nenon. Alors elle m'a pris (elle de me prendre) dans ses bras tout contre elle et elle m'a porté (de me morter) à la maison comme un bébé.
E sonèt lo meu paire, tanlèu arribar, e lo pepin vièlh. Cridava, la miá maire, e me sarrava amb encara pus de vam. Et elle a appelé mon père, dès son arrivée (sitôt arriver) et mon vieux grand-père. Elle criait, ma mère, et elle me serrait avec plus de force encore :
— Partirai d’aicí, bramava. Partirai sola, se cal. Dins un païs que degun nos conesca pas... «Je partirai d'ici, criait-elle. Je partirai seule, s'il le faut. Dans un pays où (que) personne ne nous connaisse...»
Lo meu paire se calava. Lo pepin vièlh quitèt lo capèl. Aqueles pels blancs tan longs sus las espallas. Doçament lo pepin parlèt : Mon père se taisait. Mon vieux grand-père a quitté son (le) chapeau. Ces cheveux blancs si longs sur ses (les) épaules. A voix basse, (doucement), mon grand-père a parlé :
« Soven-te, femna, e tu tanben Amans, per tant que patiscatz, Nòstre Sénher a mai patit... » «Souviens-toi, femme, et toi aussi, Amans, pour autant que tu souffres; Notre Seigneur a souffert davantage...».
Lo pepin se senhèt. Nosautres amb el. Puèi tornèt pausar son capèl sus sos pels d’Enfarinat... (Le) Grand-père s'est signé. Nous autres avec lui. Puis il a reposé
son chapeau sur ses cheveux d'«Enfarinat».
   
— Letra d’Enric Quatre. LETTRE D'HENRI IV
A nòstres cars e ben amats los jurats de nòstra val d'Ossau, — lo Rei Senhor sobiran. 1. A nos chers et bien-aimés (les) jurés de notre vallée d'Ossau, - le Roi Seigneur souverain.
Cars e ben amats, vos avèm ci-devant mandat de nos far aver e trasméter sièis marres e dos canhs mastins que avèm ordonat méter en nòstra bòrda de Durança, a que ne vos ètz encara sociats d’obedir. -2. Chers et bien-aimés, nous vous avons ci-devant demandé de nous faire avoir et transmettre six béliers et deux chiens mâtins que nous avons ordonné de mettre dans notre métairie de Durance; à cela, vous ne vous êtes pas encore soucié d'obéir.
A-d-aquesta causa, avèm ben volgut far la presenta recarga per vos díser que vos non falietz, incontinent après que l’auretz recebuda, de nos trasméter losdits marres e canhs, e los deliurar au filh deu vaquèr qui garda nòstre bestiar, qui los condusirà a nòstra dita bòrda de Durança. E atant pregam lo Creator, cars e ben amats, vos tenga en sa guarda. —3. Pour cette affaire (chose), nous avons bien voulu faire la présente recharge pour vous dire que vous ne manquiez pas, immédiatement après l'avoir reçue (que vous l'aurez reçue), de nous transmettre les dits béliers et chiens et de les livrer (délivrer) au fils du vacher qui garde notre bétail, qui les conduira à notre dite métairie de Durance. Et nous prions le Créateur, chers et bien-aimés, de telle sorte qu'il vous tienne en sa garde.
A Nerac lo VIII en jorn de april 1.585. A Nérac, le 8 avril 1.585.
Enric Henry.

NOTES
A
Jean Boudou publia en 1966 ce livre, Catòia, aux éditions LO LIBRE OCCITAN, qui connut un grand succès. Jean Boudou vient de nous quitter. L'Occitanie perd l'un de ses meilleurs romanciers du XXème siècle.

Les Enfarinats (Enfarinés) sont des catholiques qui, après avoir refusé pendant toute la Révolution, la Constitution Civile du Clergé, n'acceptèrent pas de se soumettre au Concordat signé par le Pape et Napoléon I.
Ils se couvraient la tête de farine dont la blancheur symbolisait pour eux la pureté de leur doctrine. Ils considéraient qu'ils étaient les vrais catholiques et estimaient que le reste de l'Église, était la proie du Démon.
Dans ce livre de Jean Boudou, le mot Catòia est la déformation du mot catolic (katoulik) dans la bouche d'un Enfarinat bègue, ancêtre d'Amans, le héros. Toute la famille porte depuis lors ce surnom.
 
Cet ouvrage raconte la triste fin des derniers «Enfarinés», après la disparition du dernier prêtre réfractaire, «leur» dernier prêtre. Cette œuvre nostalgique symbolise la dépersonnalisation de l'Occitanie et l'aliénation des Occitans, souvent étrangers sur leur propre terre, comme Catòia dans son village.

De plus, beaucoup d'Occitans, en lisant cette première page du livre de Jean Boudou, se souviennent de leur première journée de classe, où seuls, comme abandonnés, on se moquait d'eux quand ils prononçaient un mot de «patois». Eux aussi ont connu le drame de Jean Boudou, à qui il était interdit de parler la langue des Troubadours sur les bancs de «l'école».
 
B
Henri IV, le roi de France occitan, ne parlait qu'en béarnais avec ses amis et ses sujets. Le français était pour lui une langue étrangère, qu'il n'utilisait qu'avec des interlocuteurs ne connaissant pas l'occitan.
Var. béarnaises. —2.(tras)méter, lang. (tras)méter, lang. var. de sètz, présente aussi en lang. -3. dfser, lang. dire; bestiar, lang. bestial.