Языки :: Окситан Окситанский язык
Аудио
 
 
   

189

LEIÇON 73

  Setanta tresena leiçon (73)

  La Crosada LA CROISADE
1 Amb lagremas es en jòi recebut Avec des larmes il est reçu en «Jòi»
2 Car lo Jòi que repaira es granat e florit (1). - Car le «Jòi» qui reparaît est graine et fleuri
3 E se ditz l’un a l’autre : « Ara avèm Jèsus-Christ
E lo lugan e l’estela que per nos relusis
Que veicí nòstre sénher, que cresiam perit;
Per aquò Prètz e Paratge qu’èran ensevelits
- Et chacun dit à l'autre (Et se dit l'un à l'autre) :
«Maintenant nous avons Jésus-Christ (avec nous)
— Et l'étoile du matin et l'astre (l'étoile) qui pour nous resplendit,
-Car (que) voici notre seigneur, que nous croyions anéanti (péri);
- Et ainsi (Par cela) «Prètz» (Valeur, Mérite) et «Paratge» (Egalité totale entre tous) qui étaient ensevelis
4 Son vivents, restaurats e sanats e garits,
Que lo comte es intrat a Tolosa per la relevar
E per Franceses destruire e per Prètz enansar (2);
Per trastotas las tèrras an tornat trobar lo parlar
— Sont vivants, restaurés, assainis et guéris,
- Puisque le comte est entré à Toulouse pour la relever
— Et pour les Français détruire et pour «Prètz» élever;
-Partout (Dans toutes les terres) les hommes (ils) ont retrouvé la parole
  E escridan : « Tolosa ! Que Dieu la dirigc e la garde - Et s'écrient : « Toulouse ! Que Dieu la dirige et la garde
  E li balhe Valor, la secorre la garde e la protege !
E li done poder e fòrça de reparar sas pèrtas
E de Paratge deliurar e de Jòi enlusentir » (3).
— Et lui donne Valor (Valeur), la secoure la garde et la protège !
- Et lui donne (le) pouvoir et (la) force de réparer ses pertes,
— (Et) de délivrer «Paratge» et de faire resplendir «Jòi».

  — Aquï un estrach del ritual catare, escrich al sègle tresen, que presenta los principis d'aquesta religion : son crestians, que creson en Jèsus-Christ e en l’Evangèli; considèran lo monde reialme del Mal, coma l’òbra del Diable ; recèrcan la puretat espiritala (catare es un mot d’origina que vòl dire « pur »): Voici un extrait du rituel cathare, écrit au XlIIème siècle, qui présente les principes de cette religion : ils sont chrétiens puisqu'ils croient en Jésus-Christ et en l'Evangile; ils considèrent le monde, royaume du Mal, comme l'œuvre du Diable; ils recherchent la pureté spirituelle (cathare est un mot d'origine grecque qui veut dire «pur») :
  ...Mas aissí coma la santa paraula de Dieu nos ensenha e los sants apòstols e los nòstres fraires espiritals nos o anoncian, que nosautres degitem tota desirança de la carn e tota lagesa, e fasam la volontat de Dieu, lo perfach ben complit, mas nos, servitors negligents non fasèm solament la volontat de Dieu enaissí coma se convendriá, mas soventament acomplissèm los desirs de la carn e las curas del sègle, si qu’als nòstres esperits nosèm... entre los crestians sèm pecadors... Mais tandis que la sainte parole de Dieu nous enseigne, ainsi que les saints apôtres et que nos frères spirituels nous l'annoncent, que nous nous rejetions tout désir de la chair et toute souillure, et fassions la volonté de Dieu, (c'est-à-dire) ce qui est la perfection (le parfait) bien accompli, (mais)- nous, serviteurs négligents, non seulement nous ne faisons pas la volonté de Dieu ainsi qu'il conviendrait, mais souvent nous accomplissons les désirs de la chair et les tâches du siècle (de la terre et non celles de Dieu), si bien qu'à nos esprits nous nuisons... entre les chrétiens nous sommes pécheurs...
  O tu, sant e bon Senhor, totas aquelas causas qu’a nosaustres endevènon, al nòstre sens e a la nòstra pensada, a tu las manifestam, Sanh Senhor, e tota la moltesa dels pecats pausam en la misericòrdia de Dieu e en la santa orason e en lo sant Evangèli, car nombroses son los nòstres pecats... O toi, saint et bon Seigneur, toutes ces choses qui arrivent à nous, à (au) notre esprit et à notre pensée, à toi nous les confessons (manifestons), Saint Seigneur, et toute la multitude des péchés nous la plaçons (posons) en la miséricorde de Dieu et en la sainte oraison et dans le saint Evangile, car nombreux sont nos (les nôtres) péchés...
  O Senhor, juja e condamna los vices de la carn ; non ajas mercés de la carn, nada de corrupcion, mas aja mercés del esperit, pausat en preson, e administra a nos jorns e oras e venias e dejuns e orasons e presicacions, enaissí coma es costuma de bons crestians, que nos non siám jujats, ni condamnats al Jorn del Judici coma los felons... O Seigneur, juge et condamne les vices de la chair; n'aie pas pitié de la chair, née de (la) corruption, mais aie pitié de l'esprit, qui est (posé) en prison, et accorde-nous (administre à nous) jours et heures et génuflexions et jeûnes et oraisons et prédications, (ainsi) comme c'est (la) coutume des (de) bons chrétiens, afin que nous ne soyons pas jugés, ni condamnés au Jour du Jugement comme les félons ...

NOTES
Il s'agit d'une des plus belles pages, de la Chanson de la Croisade (écrite au XlIIème siècle), qui présente Raymond VI (aidé par la Provence et l'Aragon), rentrant victorieux à Toulouse après que le peuple s'est soulevé contre les croisés de Simon de Montfort.
A ce moment, la Croisade paraît finie, et les vertus occitanes (Prètz, Paratge, Valor, J
òi etc.) peuvent à nouveau resplendir.

(1) Granat «qui porte du grain» (oc. gran «grain»).
(2) Enansar «mettre en avant, relever, élever» de enans/enant (adj. et nom) «en avant; succès, progrès»; terme de sens approchant, enaussar/enautar «élever, rehausser».
(3) Notez la traduction de re-: an tornat trobar«ils ont retrouvé», que vous avez déjà vu à plusieurs reprises.
Vous avez une série de subj. présents, indiquant le souhait, comme en français : dirige (de dirijar); garde (de gardar); balhe (de balhar); protege.