Языки :: Окситан Окситанский язык
Аудио
 
 
   

171

LEIÇON 66

 
  Seissanta seisena leiçon (66)  
  La borrèia a la velhada LA BOURRÉE A LA VEILLEE
     
1 Los amics, calem nos ! Claudon lo cabretaire ven d’arribar amb sa cabreta.
Nos va jogar qualques borrèias que vos faran oblidar lo ròk e lo jèrk ; cresètz-me !
Mes (les) amis, un peu de silence (taisons-nous) ! «Claudou» le «cabrétayre» vient d'arriver avec sa «cabrette».
Il va nous jouer quelques bourrées qui vous feront oublier le rock et le jerk, croyez-moi !
2 Anatz, los Auvernhasses, totes en plaça per la dança e que la borrèia comence. A tu, Claudon ! (1) Allez, les Auvergnats, tous en place pour la danse et que la bourrée commence. A toi, «Claudou» !
3 Quand èri tot pichon, ma maire me bragava, dempuèi que soi grandon, me bragui soleton.
Aquela pola blanca, pichona, pichonèla, aquela pola blanca que passa per l’ostal;
que passa per l’ostal, pichona, pichonèla, que passa per l’ostal, va careçar lo gal !
Quand j'étais tout petit, ma mère me culottait; depuis que je suis grandet, je me culotte tous seulet.
Cette poule blanche, «pitchoune, pitchounelle», cette poule blanche qui traverse (passe par) la maison ;
qui traverse la maison, «pitchoune pitchounelle» qui traverse la maison, va caresser le coq !
4 Alara los amics, qué ne pensatz d’aquel enavant ? Alors mes (les) amis, que (qu'en) pensez-vous de cette ambiance ?
5 Aquò me fa trefolir ; Terré òu ! Quin ritme ! Agachatz Guston, que fa la crosada amb un veire sus cada man e un autre sul cap (2) (4). Cela me fait trépigner d'impatience; Oh la la ! Quel rythme ! Regardez «Gustou», qui fait la «crousade» (croisée) avec un verre sur chaque main et un autre sur la tête.
* dessin de cette leçon en page 321
6 Mas vesi que presatz tanben nòstra musica, que bolegatz sus vòstra cadièra. Anem, venètz dançar amb nosautres la tornejaira (3) (4). Mais je vous que vous appréciez aussi notre musique, puisque vous vous agitez sur votre chaise. Allons, venez danser avec nous la «tournejaïre».
7 Sètz pas lasses ? E ben ! jòga la montanharda, Claudon ; e sautatz un pauc ; e los esclòps, fasètz-los-me clapar.
Que sètz moligasses ; anem, levatz-lo aquel pè, missaras ! (4)
Vous n'êtes pas fatigués? Eh bien ! joue la «montagnarde», «Claudou»; et sautez un peu; et les sabots, faites-les (moi) claquer. Comme (Que) vous êtes mous; allons levez-le ce pied, marmottes !
8 A, l’Auvèrnha ! Qu’aimariái la conóisser melhor ! Ah, l'Auvergne ! Que j'aimerais la connaître mieux !
9 Tornatz l’an que ven, o regretaretz pas! Revenez l'an prochain ( (re)tournez l'an qui vient) vous ne le regretterez pas !

Exercice en auvergnat. EXERCICE
- 1 Aquel qu’aima pas de dançar coneis pas lo plaser de viure.
- 2 En Auvernha an la borrèia, en Provença an la farandòla.
- 3 S’i bolega pas tant coma per la borrèia, aquò’s quicòm d autre.
- 4 Aquò’s lo galobet que fa la musica amb lo tamborin.
- 5 Aquels que jògan se sònan lo galobetaire e lo tamborinaire.
- 6 Lo galobet se ten de la man gaucha tant que se jòga del tamborin de la man dreita.
- 7 A la fin d’una vesprada los provençaus chantan sovent la Copa Santa de Frederic Mistral. Aquò’s una mena de chant nacional.
—1. Celui qui n'aime pas danser ne connaît pas le plaisir de vivre.
—2. En Auvergne, ils ont la bourrée, en Provence, ils ont la farandole.
—3. On n'y bouge pas autant que pour la bourrée, c'est différent (quelque chose d'autre).
—4. C'est le «galoubet» qui fait la musique, avec la tambourin.
—5. Ceux qui jouent s'appellent le «galoubétaïre» et le «tambourinaire».
—6. On tient le «galoubet» (se tient) de la main gauche, pendant qu'on joue du tambourin (se joue) de la main droite.
—7. A la fin d'une soirée, les Provençaux chantent souvent la Coupo Santo (Coupe Sainte) de Frédéric Mistral. C'est un peu comme un chant national (pour eux).
Var. auv.

—1. Aquel qu’(aima), lang. lo qu’(aima).
—4. Fa, var. auv. fait.
—6. Dreit(a), var. de drech(a) présente en lang. occid.
—7. Provençau(s), lang. provençal(s).
Chantan
, lang. cantan; chant, lang. cant.

NOTES
(1) Auvetnhàs, var. auvernhat.
(2) Terré ou terré
òu, exclamation très expressive et très «sonore».
(3) Bolegar «bouger, remuer, agiter». Tous les Occitans connaissent le fameux bolega ! (pron. boulégo) «remue!», que
l'on crie (même en parlant «français») à celui qui tient le sac des pions à «la quine» (le quine en français de Paris), afin que la chance tourne. A Montpellier, on crie aussi monta-lo! «monte-le (le pion gagnant)» !
(4) La crosada : bourrée à trois figures; elle se danse à quatre personnes qui se crosan «se croisent» régulièrement.
La tornejaira : bourrée à cinq figures, où les danseurs et danseuses tornejan «tournoient».
La montanharda : bourrée à deux figures, où les couples forment un cortège.
Les bourrées sont jouées par ded «cabretayres».
La «cabrette», d'origine celtique, est une sorte de cornemuse. Les bons danseurs font claquer leurs sabots sur le sol à intervalles réguliers.
Les bourrées sont des danses très rythmées, passionnantes et particulièrement entraînantes, principalement quand elles sont dansées par des amateurs passionnés.
Certains danseurs exceptionnels parviennent à danser avec un verre plein sur chaque main et une bouteille sur la tête. Cet exploit est très rare.