Языки :: Окситан Окситанский язык
Аудио
 
 
   

158

LEIÇON 61

 
  Seissanta unena leiçon (61)  
  La Gasconha LA GASCOGNE
     
1 Pas pus lèu qu’avèm passat Tolosa, los paisatges de la Gasconha començan. Es sustot un païs de colinas, a las rotas en esquina d’ase coma o podètz veire (1). Dès qu'on a dépassé (passé) Toulouse, les paysages de la Gascogne commencent. C'est surtout un pays de collines, aux routes en dos d'âne, comme vous pouvez le voir.
2 Sèm ara a Gimont, venètz veire lo vièlh mercat plan conservat. Nous voici à (nous sommes maintenant à) Gimont, venez voir son (le) vieux marché bien conservé.
3 Avèm de chança, es juste jorn de mercat. Nous avons de la chance, c'est précisément (juste) jour de marché.
4 Venètz ençai : gaitatz aquel fustatge, pausat sus de pilièrs en pèira. Es una sinfonia de linhas endevengudas, coma dison lo polit monde (2). Venez par ici; regardez cette charpente, posée sur des piliers en pierre. C'est une symphonie de lignes harmonieuses, comme disent les gens bien (le joli monde).
5 Quin contraste amb lo bramadís dels mercants ! (3) Quel contraste avec les cris des marchands!
6 Marineta, te voliás pas crompar un capèl de solelh ? Gaita aquel d’aquí, en palha. Non, pas aquí, darrièr lo coconièr (4). Marinette, tu ne voulais pas (t')acheter un chapeau de soleil? Regarde celui-là, en paille. Non, pas là, derrière le marchand d'œufs.
7 Lo vesi, mas la fòrma es pas pro modèrna. Veirai endacòm mai (5). Je le vois, mais la forme n'est pas assez moderne. Je verrai ailleurs.
8 Sabes, te fariá tan plan coma la pascada qu’as sul cap (6). Tu sais, il te ferait aussi bien que la «pascade» que tu as sur la tête.
9 I coneisses pas res ; es de la darrièra mòda mon capelon (7). Tu n'y connais rien; il est à (de) la dernière mode mon chapeau mignon.
10 La darrièra mòda ! Me fa sovenir del que portava la tanta Joaneta en mila nòu cents vint-e-cinc ! La dernière mode! Il me rappelle (me fait souvenir de) celui que portait (la) tante Jeannette en 1925!
11 Fantons, vos trigossaretz dins l’autò. Se partissèm pas, nos poirem pas arrestar a Auch (8). Les enfants, vous vous chipoterez dans la voiture. Si nous ne partons pas, nous ne pourrons pas nous arrêter à Auch.
12 Auch es una vila plan anciana, que s’ape-lava Elimberrum en ibère, es a dire « vila nòva ». Deu lo sieu nom d’ara al pòble que i demorava alara, los Auscii. Auch est une très ancienne ville, qui s'appelait Elimberrum en ibère, c'est-à-dire «ville neuve». Elle doit son nom actuel (de maintenant) au peuple qui y habitait alors, les Auscii.
13 Aquí la catedrala, venètz veire la bancariá, es renommada per tota la França. Voilà la cathédrale, venez voir ses (les) stalles, elles sont renommées dans (par) toute la France.
14 E ben, èran coquinasses dins lo temps, gaita-me l’escrinceladura d’aquel setador : es un òme que se penja e que remira son detràs en se risent (9). Eh bien, ils étaient drôlement coquins autrefois, regarde (-moi) la sculpture de ce siège: c'est un homme qui se penche et qui contemple son derrière en (se) riant.
15 Sabètz, Auch, se ditz qu’es lo païs de d’Artanhan. Pareis que montava los escalièrs d’aquesta catedrala a chaval.
Es plan polit tot aquò, mas per ieu, çò melhor en Gasconha, es lo fetge d’auca. Padenat o en consèrva, es famós ! (10)
Vous savez, Auch, on dit (il se dit) que c'est la patrie (le pays) de d'Artagnan. Il paraît qu'il montait les marches de cette cathédrale à cheval. C'est bien joli tout ça, mais pour moi ce (qu'il y a de) mieux en Gascogne, c'est le foie d'oie. Grillé à la poêle ou en conserve, c'est fameux!
16 Mon paure Guston, quina cultura ! Aimar melhor lo fetge gras qu’una catedrala ! Mon pauvre «Gustou», quelle culture! Préférer le foie gras à une cathédrale!
17 Per segur que l’aimi la cultura. Ne fau cada jorn a l’òrt ! (1) Bien sûr que je l'aime, la culture. J'en fais chaque jour dans mon (au) jardin!

Exercice en gascon. EXERCICE
- 1 La Gasconha qu’ei un beròi païs.
- 2 Que s’i minja de bon hitge d’auca.
- 3 Lo Guston que s’estima mei minjar hitge d’auca que non pas trufas boridas.
- 4 Non podetz pas visitar la Gasconha sens vos arrestar a Auch ende visitar la beròia catedrala.
- 5 La Gasconha qu’ei lo païs deu rugbí; un dimenge, s’avetz leser, anatz véser ua partida.
- 6 Se lo sorelh vos atuca, avetz pas qu’a vos crompar un capèth de palha.
- 7 E benlèu quauque trufandèr que vos dirà, a manièra de ríser : « L’as pagat lo capèth ? »
-1. La Gascogne est un beau pays.
-2. On y mange (qu'il s'y mange) du bon foie d'oie
-3. (Le) «Gustou>> (que) préfère manger du foie d'oie que des pommes de terre bouillies.
-4. Vous ne pouvez pas visiter la Gascogne sans vous arrêter à Auch pour visiter la belle cathédrale.
-5. La Gascogne est le pays du rugby; un dimanche, si vous avez le temps (avez loisir), allez voir une partie.
-6. Si le soleil vous «assomme», vous n'avez qu'à acheter un chapeau de paille.
-7. Et peut-être que quelque plaisantin vous dira, pour s'amuser (manière de rire) : «Tu l'as payé le chapeau? ».
Var. gasc.
-1. Hitge, lang. fetge : (h- gasc. =f
- lang.).
-6. Atuca, var. lang. assuca.
-7. Trufandèr, lang. trufandièr, var. trufet, de trufar «se moquer».

NOTES
(1) Pas pus lèu, syn. tanlèu «aussitôt», qui est souvent suivi d'un participe passé comme en français; tanlèu sortit de Postal... «sitôt sorti de la maison .. .».
On peut l'employer suivi de que, également comme en français: tanlèu que venguèt - .. «dès qu'il vint, est venu ...».

Colina syn. montet «petit mont», truquet «tertre» etc., tepe «monticule, tertre»; s
èrre «plateau, colline» est un mot dont la racine est pré-indo-européenne, néolithique, d'origine ouralo-altaïque, comme sa variante sèrra «montagne allongée». Cf. dans l'introduction, le paragraphe réservé aux origines de l'occitan.
(2) Ençai, syn. empr'aquí.
Endevenir, var. adevenir «s'harmoniser, s'accorder, être assorti».
Endevengut ou adevengut «harmonieux, bien assorti».
(3) Bramadís, var. aug. bramadissa «cris continus, répétés».
Mercant, pron. parfois marcant, a été remplacé bien souvent par le français marchand, notamment en Prov.
(4) Coconièr est un mot très expressif, dérivé de l'occitan cocon «œuf» (pron. koukou). Le féminin coconièra désigne soit la «marchande d'œufs» soit la «femme du marchand d'œufs».
(5) Fòrma; var. forma «moule à fromage, etc.».
Le mot forma, entre autres sens, désigne un «moule à fromage» mais aussi parfois le «fromage (lui-même)».
(6) Pascada cf. leçon 52, note 1.
(7) Capelon: ici, -on a une valeur non pas dim. mais affective. Le mot signifie exactement (mon) «chapeau que j'aime» et s'oppose à la critique de «Gustou».
(8) Partèm, var. partissèm. Ce verbe peut se conjuguer avec le suffixe -iss-: présent, parti ou partissi «je pars»; imparfait partiái ou partissiái «je partais». Passé simple partiguèri ou même partiquèri «je partis, je suis parti». L'infinitif est partir ou partre.
Fantons, pluriel de fanton, var. de enfantons, dérivé de enfant «enfant» + -on (suf. dim. et affectif).
(9) Pour désigner la sculpture ou la gravure sur bois, notamment celle que font les bergers avec leur couteau sur des outils, des meubles etc., on emploie le mot escrinceladura de escrincelar «graver, sculpter sur bois». On peut aussi employer le mot escultura, qui est un peu savant.
Setador, syn. sèti.
Se risent: le se signifie que l'homme rit pour lui-même et qu'il profite pleinement de son amusement. Tournure intraduisible en français par un seul mot. Pensez au français du «Midi»; cette pomme, je me la mange qui signifie «je la mange tout seul et en la savourant».
(10) Lo païs: le mot patria est aussi employé.
Un escalièr désigne «une marche (d'escalier)». Pour désigner un «escalier» on dit los escalièrs, plutôt que l'escalièr au singulier, qui s'entend toutefois,

La forme nord-occitane chaval (c- = ch-) a remplacé celle du sud-occitan caval. Toutefois, pour la jument, on dit cavala ou èga. Le niçard a conservé le c-: cavau.
Padenar
«passer à la poêle» de padena «poêle». En Provence, où la poêle se dit la sartan, on dira donc sartanar.
(11) Le mot òrt a une var. fém. òrta qui signifie «grand jardin (entouré d'une haie)».