Языки :: Окситан Окситанский язык
Аудио
 
 
   

152

LEIÇON 59

 
  Cinquanta novena leiçon (59)  
  La guèrra dels castèls LA GUERRE DES CHÂTEAUX
     
1 Guilhèm, coma es pas encara tròp tard, aimariam que nos parlèsses ara dels autres Albigeses, los de la Crosada. Que faguèron los senhors dins los castèls? (1) «Guilhem», comme il n'est pas encore trop tard, nous aimerions que tu nous parles (parlasses) maintenant des autres Albigeois, ceux de la Croisade. Qu'ont fait (firent) les seigneurs dans leurs (les) châteaux ?
2 E ben, quand los crosats aguèron pres Besièrs e Carcassona, se n’anèron atacar los castèls, l’estiu de dotze cents dètz. Eh bien, quand les Croisés eurent pris Béziers et Carcassonne, ils sont allés (allèrent) attaquer les châteaux, (pendant) l'été de 1210.
3 Mas comencèron per metre lo sèti davant Menèrva. Es un vilatge que conserva encara la siá personalitat, quilhat sus son rocàs. Mais ils ont commencé (commencèrent) par mettre le siège devant Minerve. C'est un village qui conserve encore sa personnalité, perché sur son rocher.
4 Èra plan defendut per de muralhas solidas. Mas Simon de Montfòrt o sabiá. Alavetz, deçidiguèt de bombardar amb de trabucs per roïnar la paura vilòta. Il était bien défendu par de solides murailles. Mais Simon de Montfort le savait. Alors, il a décidé (décida) de bombarder avec ses trébuchets (grandes catapultes) pour ruiner la pauvre petite ville.
5 Pauc a pauc, las teuladas bordelèron, los barris merletats foguèron escabassats. Peu à peu, les toits se sont écroulés (s'écroulèrent), les remparts crénelés ont été (furent) arasés.
6 L’aiga venguèt a mancar, sofrissián de la calor e tanben de la malautiá. L'eau s'est mise (vint) à manquer, ils souffraient de la chaleur et aussi de (la) maladie.
7 Fin finala, dobriguèron las pòrtas de la vila. Merièrva èra tombada. Los crosats dintrèron dins la glèisa que podètz miralhar encara, e la purifiquèron, que disián que los catares èran lo Diable. Aluquèron un grand fuocàs e los catares se traguèron dins lo lenhièr en gardant dins lo còr la fe en Dieu e l’amor de lor patria (2). Finalement (Fin finale), ils ont ouvert les portes de la ville. Minerve était tombée.. Les Croisés sont entrés dans l'église que vous pouvez admirer encore, et ils l'ont purifiée (purifièrent), (parce) qu'ils disaient que les cathares étaient le Diable. Ils ont allumé un grand feu horrible et les cathares se jetèrent dans le bûcher en gardant dans leur (le) cœur la foi en Dieu et l'amour de leur patrie.
8 Quand aprenguèron la redicion de Menèrva, de senhors prenguèron paur, coma Pèire-Rogièr de Ventajor que se sometèt sul còp, sens combatre, a Montfòrt que li rasèt lo castèl. Ne demòra uèi que de clapasses. Quand ils ont appris la reddition de Minerve, des seigneurs ont pris peur, comme Pierre-Roger de Ventajou qui s'est soumis sur l'heure, sans combattre, à Monfort qui lui rasa son château. Il n'en reste que des tas de pierres aujourd'hui.
9 D’autres castèls ensagèron de resistir coma Tèrmes e Puèg-Verd. D'autres châteaux ont essayé de résister comme Termes et Puy-Vert.
10 Per prene Tèrmes, Simon de Montfòrt aviá una armada que comptava de Franceses, de Bèlges, d’Alemands. Pour prendre Termes, Simon de Montfort avait une armée qui comptait des Français, des Belges, des Allemands.
11 Tèrmes, los Occitans èran segurs que lo podrián pas prene, qu’es quilhat sus un rocàs mai naut que lo de Menèrva. Termes, les Occitans étaient sûrs qu'ils ne pourraient pas le prendre, puisqu'il est perché sur un rocher plus haut que celui de Minerve.
12 Contunha, Guilhèm, contunha ! Continue, «Guilhem», continue!

Exercice en gascon. EXERCICE
- 1 La visita deus castèths d’Occitania que comencèc bèth temps a.
- 2 Au sègle tretzen, los crosats, qui èran de plan brave monde, que vengón véser los qu’i vivèn deguens.
-3 Coma los qui i demoravan non pensavan pas parièr com eths, los crosats que lancèn pèiras sus las murralhas tà las traucar.
- 4 Los crosats qui èran de monde plan organisats, en tot lançar pèiras suus Occitans, qu’aprestavan tanben lenhèrs entà cramar los catares qui n’avèn plan besonh.
- 5 Se quauqu’un non pensa pas parièr com tu, çò de miélhor tà que cambie d’idèa, qu’ei enqüèra de'u hèr cramar sus un brave huec !
— 1. La visite des châteaux d'Occitanie commença il y a longtemps.
— 2. Au XlIIème siècle, les Croisés, qui étaient de bien braves gens, vinrent voir ceux qui vivaient dans ces châteaux (qui y vivaient dedans).
— 3. Comme ceux qui y habitaient n'avaient les mêmes idées qu'eux (ne pensaient pas pareil comme eux), les Croisés lancèrent des pierres sur les murailles pour les trouer.
— 4. Les Croisés, qui étaient des gens (monde) bien organisés, tout en lançant (lancer) des pierres sur les Occitans, préparaient aussi des bûchers pour faire rôtir (brûler) les cathares qui en avaient bien besoin.
— 5. Si quelqu'un ne pense pas (pareil) comme toi, la meilleure façon de le faire changer d'idée (ça de meilleur jusqu'à ce qu'il change d'idée), c'est encore de le faire brûler sur un bon feu!
Var. gasc.:

-1. Castèth(s), lang. castèl(s).
Bèth temps a, lang. bèl temps a, syn. i a plan longtemps.
-2. Vengón, lang. venguèron.
Vivèn, lang. vivián.
Lancèn, syn. lang. escampèron.
Lenhèr(s), lang. lenhièr(s).
-5. Miélhor, lang. melhor.
Hèr, lang. far.

NOTES
(1) Remarquez le subj. imparfait parlèsses après le conditionnel aimariam (concordance des temps).
(2) Fuocàs: comme le nom est précédé de l'adjectif grand, le suf. -às a donc une valeur essentiellement péjorative, que l'on ne peut traduire que par un adjectif comme par exemple «horrible».