Языки :: Окситан Окситанский язык
Аудио
 
 
   

147

LEIÇON 57

 
  Cinquanta setena leiçon (57)  
  Al perruquièr CHEZ LE (au) COIFFEUR
     
1 Dempuèi que viatjam per l’Occitania, lo pel a pas oblidat de butar.
Del temps que Marineta nos fa lo manjar, nos poíríam l’anar far copar, que començam de far vergonha.
Semblarem d’ipís coma se ditz, se contunham (1).
Depuis que nous voyageons à travers (par) l'Occitanie, nos (les) cheveux n'ont pas oublié de pousser.
Pendant (Du temps) que Marinette nous prépare le repas (fait le manger), nous pourrions aller nous les faire couper, (étant donné) que nous commençons à (de) faire honte.
Nous ressemblerons à des hippies comme on dit (il se dit), si nous continuons.
2 Venes, Guston ? Viens-tu, «Gustou»?
3 Oc, qu’ai besonh de rasar tanben (2). Oui, (étant donné) que j'ai également besoin d'être rasé.
4 Se sortisses, Guston, ne profitaràs per me crompar d’aiga de Colonha o de lavanda, de la que sentis bon. Si tu sors, «Gustou», tu en profiteras pour m'acheter de l'eau de Cologne ou de lavande, de celle qui sent bon.
5 Es malurós, amb las femnas, pòdes pas metre lo nas defòra sens qu’ajan quicòm a te demandar. Enfin, ganham lo cèl... C'est malheureux, avec les femmes, tu ne peux pas mettre le nez dehors sans qu'elles aient quelque chose à te demander. Enfin, nous gagnons le ciel...
6 Perqué roscalhas de longa, Guston, que lo portaràs çaquelà mon botelhon. Pourquoi ronchonnes-tu sans cesse, Gustou, puisque tu la porteras malgré tout, ma petite bouteille.
7 Rondini per çò que, se sortissiái en te fasent riseta, es pas un botelhon d’aiga de Colonha que me demandariás, mas una barrica. Je grogne parce que, si je sortais en te faisant risette, ce n'est pas une petite bouteille d'eau de Cologne que tu me demanderais, mais une barrique.
8 A tu barrica : qu’ès tan gròs que me sembla que pòrtas un pichon ! (3) Barrique toi-même; tu es si gros qu'il me semble que tu attends un enfant (que tu portes un petit)!
9 Vèni, Joanon, qu’amb la femna auriam pas jamai lo darrièr. Viens, «Jeanou»; (qu')avec ma (la) femme, nous n'aurions jamais le dernier (mot).
10 Adieu, Paul, venèm per la barba e lo pel. Nos faràs una copa modèrna, per far jove. Bonjour, Paul, nous venons pour la barbe et les cheveux. Tu nous feras une coupe moderne, pour faire jeune.
11 Assetatz-vos davant la glaça, vos anam plan penchenar. Asseyez-vous devant la glace, nous allons vous faire une belle coiffure (bien vous peigner).
12 Alara, Guston, te tròbas polit coma aquò ? T’ai perfumat, que sentiguèsses a lavanda (4). Alors, «Gustou», tu te trouves joli comme cela? Je t'ai parfumé, (pour) que tu sentes (sentisses) la (à) lavande.
13 Per ma fe, m’i fas pensar, Dieu m’abirme ; anavi oblidar lo botelhon de la Marineta ! (5) Par exemple (Par ma foi), tu m'y fais penser, «Dieu m'abirme», j'allais oublier la petite bouteille de Marinette.
14 E ben ara, podèm tornar a l’ostal per dinnar, que mon ventronèl, que siái rasat o non, aquò li fa una « bèla camba ». Eh bien maintenant, nous pouvons rentrer (tourner) à la maison pour déjeuner («dîner» en français du «Midi»), parce que mon gentil petit ventre, que je sois rasé ou non, cela lui fait une «belle jambe».
15 E se deman volèm anar a-s-Albi, nos cal prene de fòrças (6). Et si demain nous voulons aller à Albi, il nous faut prendre des forces.

Exercice en gascon. EXERCICE
- 1 Quan òm va a l'armada, entau servici militar, òm se hè copar lo péu plan cort: qu’ac cau atau.
- 2 Los que se’u vòlen gardar per pòc mei long, que balhan l'estrea au perruquièr. Lo paure òme, que risca la plaça e dus jorns de preson !
- 3 Lo matin, en se levar, los òmes qu an besonh de rasar.
- 4 Se no’s vòlen pas rasar, que s pòden gardar la barba e atau semblan profètas o artistas.
- 5 Entà rasà’s, çò de prumèr que’s cau passar crèma a rasar o sabon a barba. E dab lo rasor, los mauagits que’s talhan.
- 6 Après, òm se pòt perfumar dab ua locion d’après-rasatge qui bota lo huec per las gautas mes hè ben.
- 7 Quan los òmes son plan rasats, qu’an dret au potet de la hemnòta.
-1. Quand on va à l'armée pour le service militaire, on se fait couper les cheveux bien courts; il faut qu'il en soit ainsi.
-2. Ceux qui veulent les garder (que se les veulent garder) un peu plus longs, (que) donnent la pièce (l'étrenne) au coiffeur. Le pauvre homme, (que) il risque sa place et deux jours de prison!
-3. Le matin, quand les hommes se lèvent (en se lever), ils ont besoin de se (ou se faire) raser.
-4. S'ils ne veulent pas se raser, ils (se) peuvent garder la barbe et ainsi ils ressemblent à (ils semblent) des prophètes ou des artistes.
-5. Pour se raser, il faut d'abord (ça de premier) se passer de la crème à raser ou du savon à barde. Et avec leur rasoir, les maladroits se coupent.
-6. Puis (Après), on peut se parfumer avec une lotion (d')après-rasage qui (te) met le feu aux (par les) joues mais fait du bien.
-7. Quand les hommes sont bien rasés, ils ont droit au baiser de leur femme bien-aimée.
—1. Entau, lang. pel.
Péu, lang. pel.
Qu’ac cau atau, lang. cal que siá aital/atal.

—2. Vòlen, lang. vòlon; vòlen se dit aussi en lang. (Toul., Pux.).
Per pòc mei long, , lang. un pauc mai long.
L’estiea, lang. estrena (chute du -n- intervoc. en gascon).
Dus, lang. dos.

—4. Pòden, lang. podon;,cf. ci-dessus -2 vòlen.

—5. Prumèr,lang. primièr.
Mauagit(s), lang. maladrech(es).
Talhan
, lang. copan (de préférence).

—6. Huec, lang. fuòc, fuèc (h- gasc. = f- lang.).
Hè ben, lang. fa/fai de ben.

—7. Dret, lang. drech/dreit (gasc. -et, lang. -ech/-eit).
Potet, lang. poton.
Hemnòta, lang. femnòta: (-òt(a), suf. affectif).

NOTES
(1) Vergonha, var. vergonja «honte».
(2) Ai besonh de rasar signifie exactement «j'ai de la barbe qu'il faudrait raser» donc «j'ai besoin de me raser» ou «de me faire raser».
(3) Notez les expressions: a tu (barrica)! «(barrique) toi-même!»; portar un pichon «porter un petit, être enceinte».
(4) Le subj. imparfait est obligatoire en Occitan, quand le verbe de la principale est au passé ou au conditionnel, même présent (concordance des temps): ici sentiguèsses. Ne l'oubliez pas.
(5) Dieu m'abirme juron rouergat très expressif, signifiant exactement «que Dieu me jette dans l'abîme». S'entend principalement à Saint-Affrique, dont les habitants sont surnommés pour cette raison, les Abirmats. Chaque village a ainsi en Occitanie son surnom collectif. Les Toulousains sont des Ramondins (sujets des Ramond) ; ceux de Camarès (Aveyron) los Manja-fetge «les Mange-foie» à cause de leur goût pour la bagarre» etc.
(6) A Albi, var. a-s-Albi, avec un -s- de prononciation.