Языки :: Окситан Окситанский язык
Аудио
 
 
   

140

LEIÇON 54

 
  Cinquanta quatrena leiçon (54)  
  D’al Brèç a la Tomba DU BERCEAU A LA TOMBE
     
1 Alara escotatz lo començament de D’al Brèç a la Tomba, de l’abat Besson :
L’ostal que soi nascut n’es pas riche ni paure;
Nòu i avèm espelit, e nòu i podiam claure,
E i avèm pas patit, mai que dins un castèl,
Los potons, l’aiga fresca e lo pan del cantèl (1).
Écoutez donc (alors) le début(commencement) de Du Berceau à la Tombe, de l'abbé Bessou.
La maison où (que) je suis né n'est ni riche ni pauvre; neuf, nous y avons éclos, et neuf nous y pouvions contenir, et nous n'y avons pas souffert, plus que dans un château, du manque de baisers, d'eau fraîche et de pain de la miche.
2 Çai aviá sèt frairons quand ieu çai arribèri;
Podiái ben, me diretz, demorar decont èri ?
Aital rasona pas l’obrièr trabalhador ;
Il y avait ici sept mignons petits frères quand moi j'y suis arrivé; je pouvais bien, me direz-vous, rester là où j'étais ?
... Ainsi ne raisonne pas l'ouvrier travailleur,
  E perqué Dieu o vòl, dins lo nòstre Avairon,
Las nòras dels paisans, pilièrs de las familhas,
Brèçon, d’un mème brèç, quatre enfants e cinc filhas (2)...
et parce que Dieu le veut, dans (le) notre Aveyron, les brus des paysans, piliers des familles, bercent en même temps (d'un même berceau) quatre garçons (enfants) et cinq filles....
3 Viva lo Segalar ! Viva la tèrra sansa
Que beu per sos enfants la rosada del cèl
E lèva lo segal e lo froment rossèl ! (3)
Vive le Ségalar ! Vive la terre saine qui boit pour ses enfants la rosée du ciel et produit le seigle et le froment doré !
4 Viva los ostals plens de fraires e de sòrres
Degordits, estirats e verds coma de pòrres,
Que dòrmon sus la palha e creisson dins los camps !
Viva los ostals plens ! e viva los paisans !...
Vive les maisons pleines de frères et de sœurs, dégourdis, grands (étirés) et verts comme des poireaux, qui dorment sur la paille et grandissent dans les champs ! Vive les maisons pleines ! et vive les paysans !...
5  « Que fa’quí mai, Catin ? ço fa lo paure paire,
Sèm paures, sèm roinats, o se’n manca pas gaire,
E de dròlles totjorn !... A la bontat de Dieu !
I a quinze besengons que piéutan dins lor niéu
Ambe lo bèc dubèrt per prene la becada... (4).
Que faire d'autre ici, «Cathy»? (cela) fait le pauvre père. Nous sommes pauvres, nous sommes ruinés, ou peu s'en faut (ou il ne s'en manque guère),
et des enfants toujours ! ... A la bonté de Dieu!
Il y a quinze petites mésanges qui piaulent dans leur nid avec leur (le) bec ouvert pour recevoir (prendre) la becquée...
6 E besenga jamai s’es pas desesperada,
E cap de besengons s’es pas acantelit. »
E ben ! que ne disètz ? qué i a de pus polit
Qu’aquel rasonament ambe la Providença ? (5)
Et mésange jamais ne s'est désespérée, et pas un seul petit de mésange n'a dépéri. «Eh bien ! qu'en dites-vous ? qu'y a-t-il de plus beau (joli) que ce raisonnement avec la Providence ?
7 Atanben Lo qu’amont benesís la semença
Lo fará pas mentir d’aver parlat aital :
Veirá pas los escuts plòure dins son ostal,
Mas li mancará pas de pan de torta bruna
Per noirir sos enfants, sa pus bèla fortuna,
E dirá de cadun, dusqu’al darrièr vengut:
Aussi Celui qui là-haut bénit la semence cela ne le fera pas mentir d'avoir parlé ainsi :

il ne verra pas les écus pleuvoir dans sa maison, mais il ne lui manquera pas du pain de tourte brune
pour nourrir ses enfants, sa plus belle fortune,
et il dira de chacun, jusqu'au dernier venu :

  « Coratge ! çai avèm un novèl revengut ! » (6) «Courage ! nous avons chez nous (ici) un nouveau revenu !»

Exercice en provençal. EXERCICE
- 1 La guèrra, es una laida causa.
- 2 Dins la preïstòria, se batián a còps de calhaus e de bastons.
- 3 Mai leis òmes, que son fòrça intelligènts, se trachèron qu’aquò fasiá pas pron de mau e inventèron la podra ambé lo fusiu.
- 4 Amb aquò, valiá la pena de se batre.
- 5 Mai, se pensèron lèu que n’i aviá pas pron.
- 6 Adonc, fabriquèron de canons.
- 7 Puèi, coma se tuavan pas pron encara, fabriquèron de bombas ambé d'avions pèr leis mandar sus la tèsta dei vesins.
- 8 Fin finala, trobèron de qué se contentar : foguèt la bomba atomica.
- 9 Aquela si qu’es eficaça ! Te la mandas sus una vila que te vai pas, e i a plus ges, rèn qu’un polit pinhen qu’es l’escasènça d'una polida fotò.
- 10 Guston, eu, es pas tan colhon. Lo dimenge, se beu una botelha dei bònas ambé Marineta, qu’es son biais a eu de far la bomba !
- 1 .La guerre, c'est une chose horrible.
- 2. Pendant (dans) la préhistoire, on se battait (ils se battaient) à coups de cailloux et de bâtons.
- 3. Mais les hommes, qui sont très intelligents, s'aperçurent que ça ne faisait pas assez de mal et inventèrent la poudre et le fusil.
- 4. De cette façon (avec ça), ça valait la peine de se battre.
- 5. Mais, ils pensèrent rapidement que ça ne suffisait pas (que ce n'était pas assez).
- 6 Alors, ils fabriquèrent des canons.
- 7. Puis, comme ils ne se tuaient pas encore assez, ils fabriquèrent des bombes et des avions pour les envoyer sur la tête des voisins.
- 8. En définitive (fin finale), ils trouvèrent de quoi se contenter : ce fut la bombe atomique.
- 9. Celle-là, oui, (qu') elle est efficace ! Tu (te) l'envoies sur une ville qui ne te plaît pas (ne te va pas), et il n'y a vraiment plus rien, qu'un beau champignon qui fournit (est) l'occasion d'une belle photo.
- 10. «Guston», lui, n'est pas si bête. Le dimanche, il (se) boit une bonne bouteille (une bouteille des bonnes) avec Marinette, (que) c'est sa façon à lui de faire la bombe!
Var. Prov. —9. i a plus ges, lang. i a pas res pus.

NOTES
D'al Brèç a la Tomba est le chef-d'œuvre de l'abbé Justin Besson (1845-1918), né d'une famille rurale, surnommé le Mistral rouergat. En effet, avec une langue d'une richesse et d'une beauté exceptionnelles, il a conté l'âme profonde du Rouergue. En 1902, il fut élu félibre majoral du Rouergue, aux fêtes félibréennes de Béziers, tenues sous la présidence de F. Mistral. Peu d'écrivains ont manié leur langue avec autant de cœur et de génie.
Afin de garder l'authenticité de cette page connue de tous les Aveyronnais, l'enregistrement a été effectué avec l'accent rouergat.
(1) Aiga, pron. aigo (oc. central), ayo (nord lang.) et même oyo.
Pan, pron. pa (oc. central), po (nord lang); a + n =o (nord lang.)
(2) Decont, dér. de ont. Van, pron b
òou (Rg.).
(3) Lo Segalar,région du Nord-Aveyron. Sansa, var. de sana. Segal, var. sial, segle «seigle». Rossèl sens exact «d'un blond roux».
Oc. visca «vive»; la var. viva est empruntée au fr. Pòrre, var. de pòr.
(4) Ço, var. rgt. de ço.
Paire «père», var. francisée pèra. Même chose pour maire, var. francisée mèra «mère»; fraire «frère», var. francisée de sens spécialisé frèra «frère (religieux)». Même remarque pour sor, sorre «sœur», var. francisée sur «sœur (religieuse)». Il vaut mieux éviter ces gallicismes, principalement dans la langue écrite.
Besenga, var. de mesenga
Pieutar, var. de pitifar.
Niéu, ar. de nis, niu.
Degordits, etc. : -ts est pron. -tch dans le Rouergue.
(5) S'acantelir, var. de s'acantir «s'exténuer, s'épuiser, dépérir
(par manque de travail ou de nourriture)».
(6) Atanben, var. de tanben.
Fará, var. en nord-lang. et en nord-oc. de farà. Même remarque pour toutes les 3èmes pers. du futur, veirá, mancará, dirá.
Torta «tourte, gros pain de campagne».
«Chez» se dit en cò de/a cò de/cò de; en çò de (Gasc).
Sopar «dîner». En Occitanie, on déjeune le matin (dejunar «prendre son petit déjeuner»); on dîne à midi (dinnar «déjeuner»); on soupe le soir (sopar «dîner»). Le système occitan est bien plus logique puisque déjeuner et dîner sont tous deux issus du latin disjejunare (tout comme dejunar et dinnar) qui signifie «sortir du jeûne», ce qui rend le mot français dîner sémantiquement curieux.