Языки :: Окситан Окситанский язык
Аудио
 
 
   

108

LEIÇON 40

 
  Quarantena leiçon (40)  
  La Crosada contra los Albigeses LA CROISADE CONTRE LES ALBIGEOIS
     
1 Ai profitat de çò qu’avèm un malaut per far venir Peironet que nos va parlar de la Crosada contra los Albigeses. J'ai profité de ce que nous avons un malade pour faire venir «Peirounet» qui va nous parler de la Croisade contre les Albigeois.
2 Cars amics, vos vau parlar del drama de la civilisacion occitana : aital, en dotze cents nòu comencèt aquela Crosada que s’èra promés de destruire l’eretgia catara (1). Chers amis, je vais vous parler du drame de la civilisation occitane : ainsi, en 1209 a commencé cette Croisade qui visait à (s'était promis de) détruire l'hérésie cathare.
3 Los senhors del Nòrd, comandats per Simon de Montfòrt, venguèron envasir lo nòstre païs. De catares, n’i aviá. Mas aquela eretgia èra una de per las autras (2). Les seigneurs du Nord commandés par Simon de Montfort, sont venus envahir (le) notre pays. Des cathares, il y en avait. Mais cette hérésie était une parmi les autres.
4 Mas alara, Peironet, perqué aver causit de combatre aquela d’aquí ? Mais alors, «Peirounet», pourquoi avoir choisi de combattre celle-là ?
5 Perqué lo temps de la conquista aviá sonat. En dotze cents nòu, los crosats començan per roinar Besièrs e tuan a pauc près tota sa populacion ; lo flume n’èra roge de sang. Parce que le temps de la conquête avait sonné. En 1209, les Croisés commencent par ruiner Béziers et tuent à peu près toute sa population ; le fleuve en était rouge de sang.
6 Mas perqué los crosats faguèron aquò ? Mais pourquoi les croisés ont-ils fait cela?
7 Perqué Besièrs refusèt de lor liurar los qualques catares que s’i trobavan. Puèi, pauc a pauc, ataquèron las autras vilas, ont avián metut lo sèti (3). Parce que Béziers a refusé de leur livrer les quelques cathares qui s'y trouvaient. Puis, peu à peu, ils ont attaqué les autres villes après y avoir mis le siège (où ils avaient mis le siège).
8 Mas Ramond Sièis de Tolosa, qu’aviá vist lo dangièr aumentar, apelèt lo rei Pèire d’Aragon, son bèlfraire, que venguèt amb son armada. Mais Raimond VI de Toulouse, voyant le danger augmenter, a fait alors appel au roi Pierre d'Aragon, son beau-frère, qui est venu avec son armée.
9 La batalha foguèt liurada en dotze cents tretze a Murèth, mas foguèt una victòria francesa ; lo rei d’Aragon i perdeguèt quitament la vida (4). La bataille fut livrée en 1213 à Muret, mais ce fut une victoire française; le roi d'Aragon y perdit même la vie.
10 Pr’aquò, lo comte de Tolosa resistiguèt encara longtemps e, quand moriguèt, sas tèrras occitanas li semblavan deliuradas. Toutefois, le comte de Toulouse a résisté encore longtemps, et quand il est mort, ses terres occitanes lui paraissaient libérées.
11 Mas, coma lo rei de França Loïs Uèch decidiguèt alara de dirigir personalament aquela crosada, Ramond VII, que son païs èra tròp estripat per suportar una novèla guèrra deguèt acceptar en dotze cents vint-e-nòu lo tractat de Meaux que disiá que las tèrras de Tolosa serián restacadas a la França se, un jorn, los comtes de Tolosa avián pas pus d’eretièr (5). Mais comme le roi de France, Louis VIII a décidé alors de diriger personnellement cette croisade, Raimond VII, dont le pays était trop ravagé pour supporter une nouvelle guerre, a dû accepter en 1229 le Traité de Meaux, selon lequel (qui disait que) les terres de Toulouse seraient rattachées à la France si, un jour, les comtes de Toulouse n'avaient plus de descendant (héritier).
12 Alara, quand en dotze cents setanta un sa filha Joana e son òme Anfós lo Segond, fraire de Sant Loïs, moriguèron sens enfant, las tèrras del comtat de Tolosa devenguèron francesas. « Amor e Paratge », foguèron remplaçats per «Desleialtat e Cobeitat » coma lo diguèt lo poëta qu’escriguèt la Cançon de la Crosada. Alors, lorsque en 1271 sa fille, Jeanne, et son mari, Alphonse II, frère de Saint-Louis, moururent sans enfant, les terres du comté de Toulouse sont devenues françaises. «Amour et Égalité» ont été remplacés par «Fourberie et Cupidité» comme Ta dit le poète qui a écrit la Chanson de la Croisade,

Exercice en gascon. EXERCICE
- 1 En Occitania que i avè catars.
- 2 Las tèrras deus Occitans qu’interessavan mei los barons francés que non pas la fe.
- 3 Que comencèn per rueinar Besièrs tà espaurir las autas vilas : atau, que’s renderén sense resistir, ça disèvan.
- 4 Los comtes de Tolosa qu'estón coratjoses.
- 5 Los còssos e lo pòble de Tolosa que’us aidèn hèra dens la luta per la libertat.
- 6 Au cap de vint ans de guèrra, lo païs qu’èra rueinat.
- 7 Cobeitat qu’avè vençut Amor.
—1. En Occitanie (qu')il y avait des cathares.
— 2. Les terres des Occitans (qu')intéressaient plus les barons français que (non pas) la foi.
— 3.Ils ont commencé par ruiner Béziers pour faire peur aux autres villes: ainsi, elles se rendraient sans résister, disaient-ils.
— 4. Les comtes de Toulouse furent courageux.
— 5. Les consuls et le peuple de Toulouse les aidèrent beaucoup dans la lutte pour la liberté.
— 6. Après vingt ans de guerre, le pays était ruiné.
— 7. «Cobeitat» avait vaincu «Amor».
Var. gasc.:

-2. Mei, lang. mai.

-3. Comencèn, lang. comencèron.
, syn. lang. per.
Atau, lang. atal/aital.
Disèvan
, lang. disián.
Renderén, lang. rendrián.

-4. Estón, lang. foguèron.
-5. Còssos, lang. cònsols.
Lus, lang. los.
Aidèn (aidar), lang. ajudèron (de ajudar).
Hèra, lang. fòrça.

NOTES
(1) S'èra promés de, syn. gaitava de.
Destruire, var. destruir, destruisir.
(2) Envasir, var. envàïr.
Catare, var. savante catar.
Una de per ou una demest las autras.
(3) Refusar, var. refudar. Sèti, var. francisée sièti.
(4) Batalha «bataille», syn, batèsta.
Perdeguèt, var. perdèt.
(5) Deure, var. dever.