Языки :: Окситан Окситанский язык
Аудио
 
 
   

102

LEIÇON 39

 
  Trenta novena leiçon (39)  
  Lo medecin LE MÉDECIN
     
1 Ièr, a Carcassona, te cobriguères pas coma o te disiái, e ara ès enraumassat. As trapat de fèbre e patisses a marchar. Me’n vau quèrre lo medecin (1). Hier, à Carcassonne, tu ne t'es pas couvert comme je te le disais, et maintenant tu es enrhumé. Tu as «attrapé» de la fièvre et tu as de la peine à marcher. Je m'en vais chercher le médecin.
2 Non, que me potingarà e qu’après serai encara mai malaut. Balha-me una tisana de frigola. amb d’aigardent dedins e deman serai garit (2). Non, (qu')il me bourrera de remèdes et (qu')après je serai encore plus malade. Donne-moi une tisane de thym avec de l'eau-de-vie (dedans) et demain je serai guéri.
3 Auràs ton aigardent mas tanben lo medecin. Ça-que-la, Batiston es partit lo quèrre. Seran aquí dins un momenton (3). Tu auras ton eau de vie mais aussi le médecin. D'ailleurs, Batistou est parti le chercher. Ils seront là dans un petit moment.
4 Tè ! Arriban. Bonjorn, doctor. Anatz plan ? Tiens, ils arrivent. Bonjour, docteur. Vous allez bien?
5 Que non ! Soi vengut pr’amor de vos, que rabali un raumàs del diable. Oh (que) non! Je suis venu parce que c'était vous (pour l'amour de vous), (étant donné) que je tiens (traîne) un rhume du diable.
6 Vos tanben doctor ? Me’n vau vos dire çò que vos caldriá per vos garir.
Daissatz-me totas aquelas potingassas que vos crèban l’estomac e lo fetge.
Marineta, pòrta la gota pel doctor, que lo devèm sonhar coma cal, lo pauròt (4).
Vous aussi, docteur ? Je (m'en) vais vous dire ce qu'il vous faudrait pour vous guérir.
Laissez-moi tous ces remèdes affreux qui vous crèvent l'estomac et le foie.
Marinette, apporte la goutte pour le docteur; (que) nous devons le soigner comme il faut, ce (le) pauvre ami.
7 Cambiaràs pas tu, coquinasson ! Marineta, cal totjorn escotar l’òme. Pòrta-nos la gota, que n’avèm plan besonh per garir ! (5) Tu ne changeras pas toi, cher grand coquin ! Marinette, il faut toujours écouter son mari (l'homme). Apporte-nous la goutte, (que) nous en avons bien besoin pour guérir !
8 E ben mon vièlh, aviatz rason. Me sentissi melhor. Aquò te reviscolariá un mòrt! Eh bien, mon vieux, vous aviez raison... je me sens mieux ! Ça (te) remettrait un mort sur pied !
9 Alara, avant de partir, demandatz una botelha a Marineta : per vos plan garir, ne prendretz tres còps per jorn. Al reveire, doctor ! Alors, avant de partir, demandez une bouteille à Marinette :pour bien vous guérir, vous en prendrez trois fois par jour. Au revoir, docteur !
10 Al reveire, Batiston ; per segur, vos sabètz sonhar a la campanha ! Au revoir, «Batistou»; vraiment (pour sûr), vous savez vous soigne à la campagne!

Exercice en gascon. EXERCICE
- 1 L’ome de la Marineta qu ei malaut, qu’a la frèbe.
- 2 Lo Batiston qui éi brave se’n va cercar lo mètge entà que’u balhe potingas.
- 3 Mes lo malaut que’s vòu suenhar a la soa manièra.
- 4 Com lo mètge n’avè pas poscut se guarir eth-medish dab las potingas, que l’aconselha bravament de préner la soa pontinga miraculosa : aiga-ardent.
- 5 Lo mètge... qui’s vòu guarir lèu, que demanda a la Marineta que’u pòrte aquera brav.a potinga.
—1. Le mari de Marinette est malade, il a de la fièvre.
—2. (Le) «Batistou» qui est gentil (brave) s'en va chercher le médecin pour lui donner des remèdes.
—3. Mais le malade veut se soigner à sa manière.
—4. Comme le médecin n'avait pas pu se guérir lui-même avec ses remèdes, (qu')il lui conseille grandement (bravement) de prendre son médicament miraculeux: l'eau-de-vie.
—5. Le médecin... qui veut vite se guérir, (que) demande à (la) Marinette de lui porter (qu'elle lui porte) ce bon (brave) remède.
Var. gasc.:
-1. Frèbe, lang. fèbre; cf. gasc. et lang. occid. craba, lang. or. cabra «chèvre».
-2. Suenhar, lang. sonhar.
-4. Eth-medish, lang, el-meteis; meteis «même» a été remplacé par le gallicisme «mème(s)», dans la langue parlée.
-5 . Vòu, lang. vòl.
-6. Que’u, lang. que li.

NOTES
(1) Le mot occitan mètge «médecin» a été supplanté par medecin; doctor: la forme doctur est francisée.
(2) (Se) potingar est un verbe très expressif qui signifie «(se), bourrer de remèdes» (oc. potinga «remède», de oc. p
òt «lèvre» donc «ce que l'on avale par les lèvres»). On dit fréquemment en français d'Occitanie «(se) poutinguer». Potingaire «personne qui prend (ou médecin qui donne) trop de remèdes».
Frigoia, var. frigol, fribola; syn. pòta.
(3) Remarquez le dim. momenton, de moment. Un mómentonàs signifiera «un moment relativement long». Cf. note 5 coquinasson.
(4) Le suffixe -òt, affectif (comme -on), montre que le «pauvre» docteur est estimé et aimé, le traduire par le mot ami n'est pas exagéré. On pourrait dire aussi pauron (avec suf. affectif -on).
(5) Ici, nous avons avec coquinasson un double suffixe: -às aug. et péjoratif, -on dim. et affectif. Ce mot est donc sémantiquement extrêmement riche; le traduire par «cher grand coquin» rend assez bien le sens, mais non l'expressivité, étant donné qu'il faut dans ce cas trois mots français pour traduire à peu près un seul mot occitan.