Языки :: Окситан Окситанский язык
Аудио
 
 
   

102

LEIÇON 38

 
  Trenta uechena leiçon (38)  
  Carcassona CARCASSONE
     
1 Arrèsta-te un pauc pus luènh, sul puèg, que poscam agachar la Ciutat de Carcassona (1). Arrête-toi un peu plus loin, sur la hauteur (puy), que nous puissions regarder la Cité de Carcassonne.
2 Gaitatz-me aquela vista. Vesètz los barris e las torres quilhadas cap al cèl ? (2) Regardez (-moi) cette vue. Voyez-vous les remparts et les tours dressées vers le ciel (tête vers)?
3 Vesètz las teuladas ? N’i a que son en ardesa e d’autras en teule. Quand Viollet-le-Duc restaurèt la Ciutat, al sègle passat, cobriguèt las doèlas amb d’ardesas grisas, perqué aquò fasiá mai polit, a çò que cresiá (3). Vous voyez les toitures? Il y en a qui sont en ardoise et d'autres en tuile. Quand Viollet-le-Duc a restauré la Cité, au siècle dernier (passé), il a couvert les planches de voliges avec des ardoises grises, parce que cela faisait plus joli, selon lui (à ce qu'il croyait).
4 Mas ara, quand cal tornar cobrir una teulada al Païs-Bas s’emplèga de teules e pas pus d’ardesas, (iue dins lo païs de Carcassona, i aviá pas d’ardesa. Mas se Viollet-le-Duc cometèt qualques fautas, oblidetz pas que salvèt la Ciutat de Carcassona de la roïna totala. Se n’èra pas ocupat, ne demorariá pas que de clapasses. Se’n cal sovenir (4). Mais maintenant, quand il faut refaire (recouvrir) une toiture dans le Bas-Languedoc (au Pays-Bas), on emploie (il s'emploie) des tuiles et non plus des ardoises, (étant donné) que dans le pays de Carcassonne, il n'y avait pas d'ardoise. Mais si Viollet-le-Duc a commis quelques fautes, n'oubliez pas qu'il a sauvé la Cité de Carcassonne de la ruine totale. S'il ne s'en était pas occupé, il n'en resterait que des tas de pierres. Il faut s'en souvenir.
5 Arrèsta-te sus la plaça, cap drech a la pòrta Sarrasina. Pareis qu’es aquí que Carlemanhe auriá escagassat los Sarrasins (5). Arrête-toi sur la place, en face de la porte Sarrasine. Il paraît que c'est ici que Charlemagne aurait écrasé («escagassé» en français du «Midi») les Sarrasins.
6 Agachatz lo valat en passant sul pontet. Vesètz, i a doás rengas de muralhas. Coma aquò, se l’enemic aviá passat la primièra, li caliá encara encambar la segonda per poder dintrar dins la vila (6). Regardez le fossé en passant sur le petit pont. Vous voyez, il y a deux rangées de murailles. Comme cela, si l'ennemi avait franchi (passé) la première, il lui fallait encore franchir (enjamber) la seconde pour pouvoir entrer dans la ville.
7 Anam montar la carrierassa, que mena al castèl. Es plan conservat perqué Viollet-le-Duc l’oblidèt pas, el tanpauc, qu’èra pas pus qu’un castelàs. I a un pichon musèu d’antiquitats dedins; val d’èstre vistalhat (7). Nous allons monter la grand-rue, qui mène au château. Il est bien conservé parce que Viollet-le-Duc ne l'a pas oublié, lui non plus, (alors) qu'il n'était plus qu'un château en ruines. Il y a un petit musée d'antiquités à l'intérieur (dedans); il vaut une visite (d'être visité).
8 Tè, vesètz aquel membre, es aquí que Simon de Montfòrt faguèt morir lo paure Trencavel, vescomte de Carcassona, que defendèt son païs contra los crosats. Tiens, vous voyez cette pièce, c'est ici que Simon de Montfort a fait mourir le pauvre Trencavel, vicomte de Carcassonne, qui a défendu son pays contre les croisés.
9 Ara, podèm agachar la glèisa gotica. Sèm arribats a la bona ora, que lo solelh comença de virar ; los vitralhs devon èstre plan esclairats. Maintenant, nous pouvons regarder l'église gothique. Nous sommes arrivés à la bonne heure, au moment où (que) le soleil commence à descendre (tourner). Les vitraux doivent être bien éclairés.
10 Qué vos disiái ? Nos diriam a Chartres. Admiratz aquelas colors. Semblan las colors del Paradís ! Qu'est-ce que je vous disais? On se dirait (Nous nous dirions) à Chartres. Admirez ces couleurs. On dirait les (elles ressemblent aux) couleurs du Paradis!
11 Sabi ben qu’es bèla la Ciutat de Carcassona, ne’n partiriam pas, mas avèm de camin per tornar venir. Amb aquò, me sentissi pas plan. Me demandi s’ai pas trapat quicòm ; benlèu es la tracièra que me trapa ! (8) Je sais bien qu'elle est belle la cité de Carcassonne, nous n'en partirions pas, mais nous avons du chemin pour rentrer (re-venir). De plus (Avec cela), je ne me sens pas bien. Je me demande si je n'ai pas «attrapé» quelque chose; peut-être est-ce la «tracière» qui me saisit!

Exercice en gascon. EXERCICE
- 1 Deu puei estant, que’s pòt véser la Ciutat de Carcassona.
- 2 Sos teules n’èran pas cobèrts de lausas mes de teulas.
- 3 Au sègle passat, sas murralhas n’èran sonque rueinas ; que las restaurèc Viollet-le-Duc.
- 4 Qu’ei agradiu de’s passejar entremiei las doas murralhas, per l’èrba.
- 5 Que’s cau pas desbrembar de vesitar la glèisa avant de tornar devarar a l’autò.
- 6 La Ciutat de Carcassona qu’estoc la patria deus Trencavèls.
- 1. De la hauteur, on peut (que se peut) voir la Cité de Carcassonne.
- 2. Ses toitures n'étaient pas couvertes de «lauses» mais de tuiles.
- 3. Au siècle dernier, ses murailles n'étaient que ruines, lesquelles furent restaurées par Violet-le-Duc (que les restaura...).
- 4. Il est agréable de se promener entre les deux murailles dans (par) l'herbe.
- 5. Il ne faut pas oublier de visiter l'église avant de redescendre à la voiture (l'auto).
- 6. La Cité de Carcassonne (que) fut la patrie des Trencavel.
Var. gasc.:
-1. Puei, lang. puèg.
-2. Teule, lang. teulada. En íang. teule signifie «tuile».
-3. Rueinas, lang. roïnas.

NOTES
(1) Puèg, var. puòg.
Poscam, var. poguem. Nous avons déjà vu, leçon 27 note 4, cette alternance de formation -squ-/-gu-.
(2) Barri signifie «rempart» mais aussi «faubourg» (près des remparts à l'origine).
Cap al est beaucoup plus occitan que vers lo (cèi) qui est aussi possible. La var. lo cièl est empruntée au fr.
(3) Ardesa, var. ardaisa; ardesar «ardoiser»; var. ardaisar. Mot différent de lausa «pierre plate pour couvrir les toits».
(4) Clapàs est un mot pré-indo-européen (préhistorique) méditerranéen; sa racine kl- «dur, pierre», var. kal-, est d'origine proche-orientale et néolithique.
(5) Escagassar est un mot très expressif qui signifie exactement «donner à quelque chose la forme d'un excrément, aplatir complètement»; (cf. cagar «faire ses besoins»). Toutefois, le mot n'est pas du tout vulgaire; il est employé couramment en français d'Occitanie: «escagasser» un chapeau, une voiture (détériorer complètement) etc.
(6) Pontet, syn. pontilh «petit pont».
(7) Castelàs: le suffixe -às, aug. mais aussi péj., a aussi le sens dérivé de «en ruines» (parce que une maison en ruines est plus laide qu'une maison en bon état). Un ostalàs signifie donc «une maison grande, laide, ou en ruines»; idem pour castelàs.
Antiquitat, d'où antiquitaire «antiquaire», var. antiquari (anticari graphie d'Alibert).
(8) La tracièra est le fait de devenir traça/trace, c'est-à-dire «malingre, chétif, vieux et fatigué, usé»: mot très expressif, sans correspond en français; fr. du «Midi» «tracière»; syn. vielhum.