Языки :: Окситан Окситанский язык
Аудио
 
 
   

100

LEIÇON 37

 
  Trenta setena leiçon (37)  
  Escrivèm als amics ON ÉCRIT (nous écrivons) AUX AMIS
     
1 Sèm en Occitania dempuèi qualques jorns, avèm visitadas fòrça vilas coma Lorda, mas avèm pas encara enviadas de cartas postalas als amics (1). Nous sommes en Occitanie depuis quelques jours, nous avons visité de nombreuses villes comme Lourdes mais nous n'avons pas encore envoyé de cartes postales à nos (aux) amis.
2 Sèm talament plan aicí, que n’oblidariam la rèsta del monde. Nous sommes si bien ici, que nous en oublierions le reste du monde.
3 Aqui un burèu de tabat, lo tabaton es darrièr lo comptador, amb la tabatona (2). Voilà un bureau de tabac, le buraliste est derrière le comptoir, avec la buraliste.
4 Bonjorn, sénher; avètz de cartas del païs ? Bonjour, monsieur; vous avez des cartes du pays?
5 Per segur, las avètz sus aquela taula. Causissètz. Bien sûr (pour sûr), vous les avez sur cette table. Choisissez.
6 Ieu, aimi melhor de vistas de païsatges. Coma aquò, es un pauc de la region qu’enviam. Moi, je préfère (j'aime meilleur) des vues de paysages. Comme cela, c'est un peu de la région que l'on envoie (nous envoyons).
7 Ieu, son los costumes que m’interèssan.
Agachatz aquela joveneta, s’es braveta amb la longa rauba e lo d’avantal brodat.
E aquel pastron, amb la blòda, los esclòps, lo capèl negre e la cana de bois. Sembla un senhor dels Causses (3).
Moi, ce sont les costumes qui m'intéressent
Regardez cette jeune fille, si elle est mignonne avec sa longue robe et son (le) tablier brodé.
Et ce jeune berger, avec sa «blode» (blouse), ses sabots, son chapeau noir et sa canne en (de) buis! Il semble (être) un seigneur des Causses.
8 E ben, prengam de païsatges e de costumes. N’enviarem una partida e ne gardarem tanben, coma sovenirs. Eh bien, prenons des paysages et des costumes. Nous en enverrons une partie et nous en garderons aussi, comme souvenirs.
9 Avètz de timbres e d’envelòpas ? Ne voldriái dètz, amb un estilò a bilha tanben, que lo mieu es acabat. Vous avez des timbres et des enveloppes? J'en voudrais dix, avec un stylo à bille aussi, (étant donné) que le mien est fini (achevé).
10 Mercé plan, sénher, adieu-siatz (4). Merci bien, monsieur, au revoir.
11 Ara, las cal escriure. Venes amb ieu, Joanon? Maintenant, il faut les écrire. Tu viens avec moi, «Jeanou»?
12 Non que deman, Guston m’a dich qu'anariarn a Carcassona e vòli mandar de cartas de la Ciutat. Non parce que demain, «Gustou» m'a dit que nous irions à Carcassonne et je veux envoyer des cartes de la Cité.

Exercice en gascon. EXERCICE
- 1 Qu’èm talament plan en Occitania que nos desbrembam d’enviar cartas aus amics.
- 2 Las cartas que’s crompan au burèu de tabat ont demòra la marchanda de tabat.
- 3 Qu’i podem crompar cartas qui muishan los paisatges e los arrius beròis.
- 4 Que n’i a de beròias qui representan un pastor au miei deu tropèth d’auelhas.
- 5 Dens lor reiaume de la natura, los nòstes pastors que son com senhors.
- 1. Nous sommes tellement bien en Occitanie qu'on oublie (nous oublions) d'envoyer des cartes à nos (aux) amis.
- 2. Les cartes s'achètent au bureau de tabac où habite la buraliste.
- 3
. Nous pouvons y acheter des cartes qui montrent la beauté des montagnes et des ruisseaux (les...beaux).
- 4. Il y en a de belles qui représentent un berger au milieu de son troupeau de brebis.
- 5. Dans leur royaume de la nature, nos chers (les nôtres) bergers sont comme des seigneurs.
Var. gasc:
— 1.
Èm, var. de sèm présente aussi en lang.
— 2.Desbrembam, syn. lang. (d)oblidam.
— 3.Muishan, syn. lang. mòstran.
Arriu(s), lang. riu(s): (r- initial lang. = arr- en gasc).
— 4.Pastor, lang. pastre.
Miei, lang. mièg.
Tropèth, lang. tropèl.

NOTES
(1) Fòrça, syn. bravament de, un fum de.
Enviar; la var. envoiar (émbouya) est empruntée au fr.
Remarquez l'accord du part, passé visitadas. En occitan, la tendance à l'accord est générale, sauf quand cela heurte la logique.
(2) Notez la formation occitane tabaton, fém. tabatona. Parfois on entend le mot buralista, emprunté au fr.
Pour désigner la femme de quelqu'un, on ajoute le -a du féminin soit au prénom du mari (souvent employé avec le suf. -on) ou au nom du métier du mari. Ainsi, la femme de Paulon (Paul + -on suf. affectif) se verra fréquemment appelée la Paulona, la femme de Guston, la Gustona. La femme du menusièr «menuisier» sera appelée la Menusièra, etc.
Comptador, syn. comptoèr, emprunté au fr.
Lo comptador est «la chose qui permet de comptar (compter)»; cf.
l'escotador «la chose qui permet d'écouter» d'où «l'écouteur».
Ce suffixe -(a)dor, indiquant un objet qui permet de faire quelque chose, est très employé: cf. aussi fregedor «la chose qui donne le froid», donc «réfrigérateur», mocador «mouchoir», cagador «cabinets, WC» (la cuvette se disant la cagadoira (-adouyro-) (-(a)doira fém. de -(a)dor), pissador «pot de chambre». Ces trois derniers termes sont employés en fr. du «Midi», avec une nuance un peu comique. On francise alors leur orthographe: cagadou, etc.
(3) S'es, contraction de se es.
Attention au mot bois (bouys) qui signifie «buis» et non «bois», lequel se dit b
òsc (forêt) ou boès (coupé) comme nous l'avons vu leçon 29 note 4; lenha «bois de chauffage»; fusta «bois de construction; poutre».
(4) Adieu-siatz, var. adessiatz.