Языки :: Окситан Окситанский язык
Аудио
 
 
   

93

LEIÇON 34

 
  Trenta quatrena leiçon (34)  
  Lorda LOURDES
     
1 Coma o me demandèretz, vos ai menats a Lorda. Son pelegrinatge es ara tan celèbre coma autres còps lo de Compostèla. Comme vous me l'avez demandé, je vous ai donc conduits (menés) à Lourdes; Son pèlerinage est de nos jours aussi célèbre que jadis celui de Compostelle.
2 Uèi matin, visitam la basilica. Es pas anciana mas es bèla, çò qu’es rare per una glèisa dicha modèrna (1). Ce matin, on visite (nous visitons) la basilique. Elle n'est pas ancienne mais elle est belle, ce qui est rare pour une église dite moderne.
3 Ara, nos cal seguir lo Camin de Crotz.
Agachatz aquestes que marchan descauces e aqueles d’aquí que montan de genolhons. Escotatz-me tanben aquelas preguièras (2).
Maintenant, il nous faut suivre le Chemin de Croix. Regardez ceux-ci qui marchent pieds nus et ceux-là qui montent à genoux. Écoutez (-moi) aussi ces prières.
4 Anem a la gròta de Bernadeta. Allons à la grotte de Bernadette.
5 Espiatz totes los malautes que demandan a la Verge de los garir. Quant monde ! Regardez bien tous les malades qui demandent à la Vierge de les guérir. Quel monde !
6 Los que sabon pas l’occitan se’n planhisson ; se devon contentar del francés, de l’alemand o d’una autra lenga. Ceux qui ne savent pas l'occitan le regrettent (s'en plaignent); ils doivent se contenter du français, de l'allemand ou d'une autre langue.
7 Mas perqué s’en planhisson, compreni pas brica ? Mais pourquoi le regrettent-ils, je ne comprends pas du tout ?
8 Perqué la Verge parla occitan ; o sabiatz pas ? Parce que la Vierge parle occitan; vous ne le saviez pas ?
9 La Verge Maria parla occitan ! Mas d’ont o tenètz aquò ? Mais d'où le tenez-vous (cela) ?
10 O sabi, perqué parlèt en occitan a Bernadeta : quand la pichona Gascona li demandèt qui èra, t’i respondèt : « Que sòi era Immaculada Concepcion » (3). Je le sais, parce qu'elle s'est adressée en occitan à Bernadette : quand la chère petite Gasconne lui a demandé qui elle était, elle (te) lui a répondu : «(Que) Je suis l'Immaculée Conception».
11 Es aquò que los qu’aprenon l’occitan fan lo melhor afar possible que, al Darrièr Jorn, poiran anar veire la Verge Maria e li explicar lors problemassons (4). C'est la raison pour laquelle (ça que) ceux qui apprennent l'occitan font la meilleure affaire possible car, au Dernier Jour, ils pourront aller voir la Vierge Marie et lui expliquer leurs petits problèmes.
12 Mas alara, compreni perqué tant de monde, que siá en França, en Alemanha, al Japon o endacòm mai, aprenon l’occitan : es a dire que, parlar I’occitan, es aver ja un pè dins lo Paradís ! (5) Mais alors, je comprends pourquoi tant de personnes (monde), que ce soit en France, en Allemagne, au Japon ou ailleurs, apprennent l'occitan : c'est que, parler l'occitan, c'est avoir déjà un pied dans le Paradis !

Exercice en limousin EXERCICE
- 1 La vila de Lorda es au pe daus Pireneus.
- 2 Dempuei lo segle passat, daus romieus van prejar davant la gròta miradosa (1).
- 3 Daus musulmans tanben i venen, perquè la Vierja Maria es la mair de Jesús, que prenen per un grand profeta (2).
- 4 A Lorda, un tròba fòrça malauts que demandan la garison.
- 5 N’i a tanben que prejan Maria que los oblude pas au Darnier Jorn (3).
- 6 A queu jorn, los qu’auran agut la bona idea d’aprener l’occitan lo regretaran pas, que se poclran far comprener de la Vierja Maria, que la parla plan la lenga nòstra (4).
- 1. La ville de Lourdes est au pied des Pyrénées.
- 2. Depuis le siècle dernier, des pèlerins vont prier devant la grotte miraculeuse.
- 3. Des musulmans y viennent aussi, parce que la Vierge Marie est la mère de Jésus, qu'ils considèrent (prennent) pour un grand prophète.
- 4. A Lourdes, on trouve de nombreux malades qui demandent leur (la) guérison.
- 5. Il y en a aussi qui prient Marie afin qu'elle ne les oublie pas au Dernier Jour.
- 6. Ce jour-là, ceux qui auront eu la bonne idée d'apprendre l'occitan ne le regretteront pas, parce qu'ils pourront se faire comprendre de la Vierge Marie qui le parle bien l'occitan (la... la langue notre).

NOTES
(1) Rare, var. savante rar.
(2) Seguir, var. sègre, siègre. Preguièra, var. pregària.
(3) Ce que est le que énonciatif, caractéristique du gascon.
Era, art. fém., var. pyrénéenne de la; oc. central: soi l'Immaculada Concepcion. I var. de li «lui».
(4) Problemasson : le terme est composé du mot problèma et de deux suf., -
às (aug. et péj.), -on (dim. et affectif). Le terme, au pluriel dans le texte, est donc d'une extrême richesse sémantique et signifie exactement : «problèmes graves (ou grands) sur des choses laides (fautes), (-às aug. et péj.) mais que l'on essaiera de faire admettre, en plaidant sa cause, comme petits et pas trop laids (même assez mignons) (-on dim. et affectif). Aucune autre langue au monde ne permet de nuancer et préciser autant sa pensée. Grâce à son système de suffixes, l'occitan peut donc EXPRIMER TOUTES LES NUANCES DU CŒUR ET DE L'ESPRIT. Autre exemple : un lapinonàs est un lapin jeune et mignon (-on, premier suffixe, donc le plus important, dim. et affectif), mais grand pour son âge (puisque jeune) et un peu «lourdaud» (-às suffixe aug. et péj.). Un lapinasson est un grand lapin un peu lourdaud (-às 1er suf.), qu'on aime bien malgré tout et jeune (-on suf. affec. et dim.). Darrièr Jorn ou Jorn del Judici. C'est par cette particularité extraordinaire (expression aussi complète que possible des moindres nuances de l'esprit et des sentiments) que l'occitan suscite l'admiration des linguistes du monde entier.
(5) Endac
òm (pron. parfois éndikon, éntakon etc. ) signifie «quelque part», var. enquicòm.
Endacòm mai ou enquicòm mai signifie «ailleurs». Le terme alhur, que l'on entend parfois, est emprunté au français (ailleurs). La forme vraiment occitane est alhors, syn. d'endacòm/enquicòm mai.
 
(1) Prejar, lang. pregar.
Venen, lang. venon (var. voir exercice de la leçon 30 note 2).
(2) Jesus, lang. Jèsus/jès,
Prenen
, lang. prenon (cf ci-dessus venen).
(3) Prejan, lang. pregan.
Oblude, lang. oblide; cf prumier, lang. primièr (alternance -u- lim., -i- lang.) exercice de la leçon 33 note 4.
(4) A queu, lang. a aquel.
Agut, par aphérèse se dit gu et non agu; (autre graphie 'gut).
Vierja, lang. Verge.
Comme pour la 6ème pers. du présent, le -an de la 6ème pers. du futur se prononce -an. Le limousin, pour cette finale en -an, a conservé la prononciation ancienne.