Языки :: Окситан Окситанский язык
Аудио
 
 
   

81

LEIÇON 30

 
  Trentena leiçon (30)  
  Lo brave Joanon, sa bòria e sos mòbles LE BRAVE «JEANOU», SA FERME ET SES MEUBLES.
     
1 Adieu, Joanon ; soi vengut amb los amics del Nòrd que te parlèri. Venèm veire ta bòria e tos mòbles (1). Bonjour, «Jeanou»; je suis venu avec les amis du Nord dont (que) je t'ai parlé (parlai). Nous venons voir ta ferme et tes meubles.
2 Alara, se compreni plan, sètz pas venguts que per veire mos mòbles ancians ? Alors, si je comprends bien, vous n'êtes venus que pour voir mes meubles anciens ?
3

Mas non, Joanon; sèm venguts veire d’antiquitats regionalas e coma as pas encara mai de cent ans, sèm pas venguts per tu, qu’ès pas encara una antiquitat!

Mais non, «Jeanou»; nous sommes venus pour voir des antiquités régionales et comme tu n'as pas encore plus de 100 ans, nous ne sommes pas venus pour toi puisque tu n'es pas encore une antiquité !
4 Bon, e ben aquò m’empacharà pas de beure amb la joventut.
Aladonc tu, Guilhèm, qu’as pas pus de vint ans, auràs pas que d’aiga.
Aquò t’aprendrà a far lo degordit ! (2)
Bon, et bien cela ne m'empêchera pas de boire avec la jeunesse.
Donc toi, «Guilhem», comme (que) tu n'as pas plus de 20 ans, tu n'auras que de l'eau.
Ça t'apprendra à faire le malin !
5 D’aiga, mas me vòls tuar, Joanon ! De l'eau, mais veux me tuer, «Jeanou» !
6 Mas non, Guilhèm, teni tròp a ta vida. Mais non, «Guilhem»; je tiens trop à ta vie.
7 Alara, me balhèsses pas d’aiga, mas d’aigardent (3). Alors, ne me donne surtout pas de l'eau, mais de l'eau de vie.
8 Tè ! l’as aqui ton riquiqui coquin ; amb ta maissa, te’n sortisses totjorn, pintairàs (4). Tiens, le voici ton «riquiqui» (petit verre d'alcool) coquin ! Avec ta «blague», tu t'en sors toujours, ivrogne.
9 Caldriá que sachèsse se sètz venguts per veire ma bòria e de mòbles o per beure un còp ?
Pel moment, vesi pas que de gargantas que « badan ».
Venètz amb ieu, anam veire lo bestial (5).

Il faudrait que je sache (susse) si vous êtes venus pour voir ma ferme et des meubles ou pour boire un coup ?
Pour le moment, je ne vois que des gosiers qui «badent».
Suivez-moi (Venez avec moi), nous allons voir les animaux (le bétail).

10 Vesètz las vacas dins la prada, n’ai pas que tres ara.
La de drecha m’a vedelat.
Fau pusìèu la cabra dempuèi un parelh d’ans (6).
Vous voyez les vaches dans la prairie, je n'en ai que trois maintenant.
Celle de droite (m') a vêlé.
J'élève plutôt des chèvres (je fais plutôt la chèvre) depuis deux ans (une paire d'ans).
11 Tè ! Me semblava que la fasiás dempuèi mai longtemps ! Tiens, il me semblait que tu la faisais depuis plus longtemps !
12 A tu cabrassa ! Quanta lenga qu’as, mon paure Guilhèm ! (7) Grosse (ou vilaine) chèvre toi-même ! Quelle langue (que) tu as, mon pauvre «Guilhem»!
13 Dins lo temps, aviái de pòrcs e de truèjas.
Mas la femna trapèt que sentissiá tròp missant.
Aviái de buòus tanben, per laurar, e qualques fedas.
Vendèri tot (8).
Autrefois (Dans le temps), j'avais des porcs et des truies.
Mais ma (la) femme a trouvé (trouva) que (ça) sentait trop mauvais (méchant).
J'avais des bœufs aussi, pour labourer, et quelques brebis.
J'ai tout vendu (je vendis tout).
14 E lo paròt, l’as encara ? (9) Et le bélier, tu l'as encore ?
15 Lo teni estacat, qu’es dangeirós lo bogre : pensa pas qu’a trucar (10). Je le garde (tiens) attaché, (parce) qu'il est dangereux le bougre : il ne pense qu'à donner des coups de tête.
16 E ara, dintrem a l’ostal ! Et maintenant, rentrons (à la maison) !

Exercice en limousin (lemosin). EXERCICE
- 1 Joanton aima los braves muebles ancians (1).
- 2 Mos amics lo vòlen anar veire (2).
- 3 Guilhem tròba que l’aiga rolha los budeus, e que fau beure dau vin per se portar plan (3).
- 4 A la campanha, ofren la gota; n’i a que son famosas (4).
- 5 I a mas los monges per ne'n far cle melhoras
- 6 Una gobeletada de bon vin fai lo jorn plasent e fin (5).
-1 .Jeanou aime les jolis meubles anciens.
-2. Mes amis veulent aller le voir.
-3. «Guilhem» trouve que l'eau rouille les boyaux et qu'il faut boire du vin pour bien se porter.
-4. A la campagne, on offre (ils offrent) la goutte; il y en a qui sont fameuses.
-5. Il n'y a que les moines pour en faire de meilleures.
-6. Un plein verre de bon vin fait le jour divin (joli ne rimerait pas).

NOTES

(1) Bòria «ferme», syn. bòrda «ferme, métairie» ; mas «ferme, hameau».
(2) La joventut «jeunesse» signifie plutôt «l'ensemble des jeunes» alors que jovença indique le «fait d'être jeune».
Ont es ma jovença ? «Où est ma jeunesse» ? ; aquí i a de joventut «ici, il y a de la jeunesse».
Joventut var. joventura (Prov.). On entend parfois, à la place de joventut ou de jovença, le mot junessa qui est emprunté au français.
(3) Le subjonctif imparfait sert d'impératif d'insistance.
Parles pas (subj. présent) signifie «ne parle pas»;
parlèsses pas (subj. imparfait) signifie «et surtout ne parle pas».
N'oubliez pas que l'impératif négatif «ne...pas» est formé à l'aide du subjonctif, en occitan.

Le subj. imparfait est d'emploi régulier en occitan, pour respecter la concordance des temps (bien connue en ancien français).
En français moderne on dira très peu, il faudrait que je vinsse. Cela serait affecté. Seule la troisième personne, il faudrait qu'il vînt est parfois employée. En occitan, il faut donc TOUJOURS respecter cette concordance des temps.
On dira ainsi : caldría que venguèsse/-èssi, -guèsses, -guèsse/guès, -guèssem (ou guessiam en Provence), -guèssetz (ou -guessiatz en Provence), -guèssen/-èsson.

(4) Pintaire «buveur», pintairàs «ivrogne»; -às (suf. péjoratif).
On dit aussi ibronhe mais ce terme est un emprunt au français.
«Ivre» se dit èbri. Familièrement, on dit bandat ou pintat, mots fréquents dans le français d'Occitanie : «il est bandé, pinte» (es bandat, pintat).
(5) Sachèsse, var. saupèsse, sapièsse, sabèsse.
Ici, on pourrait dire aussi : caldriá saber «il faudrait savoir».
Badar «regarder bouche regarder bouche bée», «bader» en fr. du «Midi».
(6) Vedèl «veau» (pron.
-ou budèl en Lang.); la vedèla «la génisse».
(7) Cabrassa: cabra «chèvre» avec le suf. (fém. ici) -assa, péjoratif.
(8) Truèja,var. trueia, tr
òja; syn. maura.
(9) Paròt ou peròt «bélier», jogar a truca-paròts «jouer à truque-béliers» est un jeu de «tête» qui consiste à foncer l'un vers l'autre tête baissée et à se «trucar» (cogner la tête) comme le font les béliers qui se battant;
paròt, syn. aret, marre/arran; un truc «un coup, une ecchymose», différent de truc «mont»

(10) Bogre ou bolgre désignait au Moyen Age les Bulgares Bogomiles, dont la religion est en grande partie à l'origine du catharisme. Ce terme signifie donc à l'origine «hérétique». Dangeirós, var. dangieirós.

 

(1) Joanton, lang. Joanon. En limousin Joanon est le dim. féminin, en lang. Joaneta.
(2) Vòlen, lang. volòn.
(3) Los budeus, syn. lang. las tripas.
(4) Ofren, lang. offrisson.
Remarquez la 6ème pers. du présent des verbes du 2ème et 3ème groupe (finale -ir, -er, -e) qui est en -en (lim.) et non en -on (comme en lang.)
(5) Gobelatada, syn. lang. veirat (lang.), esclopat (Rg.), caliçada (lang., Gasc. or.).