Языки :: Окситан Окситанский язык
Аудио
 
 
   

78

LEIÇON 29

 
  Vínt-e-novena leiçon (29)  
  Lo bòsc LE BOIS.
     
1 Uèi, vos prepausi d’anar veire Joanon qu’a de mòbles regionals plan polits. Nos espèra a dètz oras (1). Aujourd'hui, je vous propose d'aller voir «Jeanou» qui a des meubles régionaux admirables. Il nous attend à 10 heures.
2 Sètz prèstes, alara en rota. Prenem la corcha, poirem veire aital un bòsc que vos i mostrarai los arbres que butan dins lo païs (2). Vous êtes prêts, alors en route. Prenons le raccourci, nous pourrons voir ainsi un bois où (que... i...) je vous montrerai les arbres qui poussent dans le pays.
3 Lo grand, a drecha, es un olm. Son boès es plan dur, òm se’n servis pas gaire per far de mòbles, que te rosiga los autisses ; se’n fasiá de botons de carretas (3). Le grand, à droite, c'est un orme. Son bois est très dur, on ne s'en sert pas beaucoup pour faire des meubles, parce qu'il (te) «ronge» les outils. On en faisait (il s'en faisait) des moyeux de charrettes.
4 Los qu’an las fuèlhas denteladas, coma aquel d’aqui, son de garrics. I a lo garric e lo rove, que ven mai gròs. Lo sieu boès es tanben plan dur, se’n fa de fustas, de pondes, de mòbles (4). Ceux qui ont les feuilles dentelées, comme celui-ci, ce sont des chênes. Il y a le chêne kermès et le chêne vert, qui devient (vient) plus gros. Son bois est aussi très dur, on en fait (il s'en fait) des poutres, des planchers, des meubles.
5 Quand es plan vièlh, es talament dur qu’i podèm espintar de tachas o de clavèls a pro pena. Passam alara lo clavèl dins de graissa, o alara, tot simplament, pels pials ; òm pòt alara l’espintar (5). Quand il est très vieux, il est tellement dur qu'on peut (nous pouvons) y enfoncer des «tatches» ou des clous très difficilement (à grand peine). On passe (nous passons) alors le clou dans de la graisse, ou bien, tout simplement, dans (par) les cheveux; on peut alors l'enfoncer.
6 Pels pials, mas perqué ? Dans (par) les cheveux, mais pourquoi ?
7 Perqué los pials son totjorn un pauc graissuts. Aquò evita de se prene un topinon de graissa. Parce que les cheveux sont toujours un peu gras. Cela évite de prendre avec soi (de se prendre) un petit pot de graisse.
8 Aquel d’aquí, es un sause e aquel d’ailà, un fraisse. Aqui un vèrnhe, es un boès que poirís pas dins l’aiga. Es aquò que se met dins las fondacions d’ostals e de glèisas ; la de Sant-Africa es aital bastida sus de vernhàs (6).

Celui-ci, c'est un saule et celui-là, un frêne. Voilà un aulne, c'est un bois qui ne pourrit pas dans l'eau. Pour cette raison (c'est ça qu') on en met (il s'en met) dans les fondations des maisons et des églises ; celle de Saint-Affrique est bâtie ainsi sur de l'aulne.

9 Gaitatz-me plan lo gròs, es un noguièr. Pel menusièr, es lo rei dels arbres. Son boès es pas tan solide que lo del garric, mas es fòrça mai polit, que son gran es plan fin ; es de bon trabalhar. Regardez (-moi) bien le gros, c'est un noyer. Pour le menuisier, c'est le roi des arbres. Son bois est moins solide que celui du chêne, mais il est beaucoup plus joli à cause de son grain (que son grain est) très fin; il est facile à (de bon) travailler.
10 Malurosament, se’n copèt talament que ne demòra pas gaire. Pels mòbles, s’emplega tanben de cerièr. Es pas de bon trabalhar perqué espeta, mas sa color roja e la finessa del gran lo fan de còps aimar melhor que lo noguièr. Malheureusement, on en a tellement coupé (il s'en est coupé) qu'il n'en reste presque plus. Pour les meubles, on emploie aussi du cerisier. Il n'est pas facile à (pas de bon) travailler parce qu'il éclate, mais sa couleur rouge et la finesse de son grain le font parfois préférer au noyer.
11 Las cadièras son sovent fachas amb de fau. Les chaises sont souvent faites avec du hêtre.
12 Coma o vesètz, los òmes coneisson plan las qualitats e los defauts dels arbres. Comme vous le voyez, les hommes connaissent bien les qualités et les défauts des arbres.
13 E lo pibol, a qué servis ? Et le peuplier, à quoi sert-il ?
14 Lo pibol, se’n fa sovent de doèlas, de detrasses de mòbles ; se patina pas coma lo noguièr o lo cerièr, mas se cussona pas, sustot s’es borrut (7). Le peuplier, on en fait (il s'en fait) souvent des planches de voliges, des dos de meubles; il ne se patine pas comme le noyer ou le cerisier, mais il n'est pas attaqué par le ver, surtout s'il est «bourru» (couvert de «bourre», de duvet).
15 Coma lo lemps passa en parlant, arribam a l’ostal de Joanon. Comme le temps passe en parlant, nous arrivons chez «Jeanou» (à la maison de «Jeanou»).

Exercice en limousin (lemosin). EXERCICE

- 1 Los muebles son fachs emb lo bois daus aubres dau païs, mai que mai emb dau ròure, dau nogier e dau cirier (1).
- 2 Dins lo temps, se fasiá dau beu e dau solide.
- 3 Se copam pas un aubre quora se deu far, son bois se cussonará.
- 4 De tots los aubres, lo mai solide es lo jarric que fròja tot suau dins los terrens rocalhós (2).
- 5 Per i pincar un claveu o una tacha, fau tustar fòrt e mai d’un còp.

-1. Les meubles sont faits avec le bois des arbres du pays, surtout avec du chêne, du noyer et du cerisier.
-2. Autrefois (dans le temps), on faisait du beau et du solide.
-3. Si l'on ne coupe pas un arbre quand cela doit se faire, son bois sera attaqué par les vers du bois.
-4. De tous les arbres, le plus solide c'est le chêne qui pousse doucement dans les terrains rocailleux.
-5. Pour y enfoncer un clou ou une «tatche» (gros clou à tête carrée), il faut frapper fort et plus d'une fois.

NOTES

Dans cette leçon, vous avez vu un certain nombre de noms d'arbres. Vous pourrez ainsi les nommer en occitan quand vous voyagerez en Occitanie.
(1) Prepausar, var. perpausar «proposer».
(2) Notez l'emploi de que...i «où» : que vos i mostrarai littéralement «que je vous y montrerai». Toutefois, on pourrait dire aussi : ont vos mostrarai «où je vous montrerai».
Corcha «raccourci», dér. de même sens corchièira (Rg.).
(3) Olm est prononcé «oun, oul»; var.
òlme, olme, orme (lang.); òume (Prov.)
Dér. olmat/-mac «ormeau»; olmièra, olmeda «lieu planté d'ormes».
Autís «outil», var. utís.
Rosigar «ronger»; on pourrait dire aussi : que te capusa los autisses : capusar «couper les têtes (de
l'oc, cap «tête»), les pointes (d'une scie etc.)».
(4) Lo b
òsc «bois non coupé, forêt» est différent actuellement de boès «bois coupé», lequel est emprunté au français.
(5) Los pials (sing. lo pial) signifie «les cheveux, la chevelure».
Parfois le pluriel de pial est pialses (plur. redoublé); syn. lo pel «les cheveux, la chevelure».

(6) Lo vèrnhe est «l'aulne» alors que lo vernhàs est «le bois (coupé) de l'aulne». Vèrnhe, var. vèrn.

(7) Cusson «ver du bois», var. cosson, quisson, quesson; d'où cussonar, cossonar, quissonar ou quessonar «ronger, en parlant des vers du bois, des insectes»; cusson, sens dérivé, «avare».

 

(1) Mueble, lang. mòble.
Bois, -oi — se prononce -ouey.
Nogier, lang. noguièr.
Beu, lang. bèl (-l final = -u en limousin).
(2) Jarric, lang. garric (ja- nord-occitan = ga- lang.).
Fròja / frueja,syn. long, buta, creis.
(3) Pintar, syn. lang. espintar.
Claveu, lang. clavèl (cf. ci-dessus beu).