Языки :: Окситан Окситанский язык
Аудио
 
 
   

65

LEIÇON 23

 
  Vint-e-tresena leiçon (23)  
  Las vendémias LES VENDANGES
     
1 Ièr sul ser, mon vesin, Pèire, lo qu’a una vinha a Lodeva me telefonèt per nos convidar a venir veire los vendemiaires : tenètz-vos prèstes, partissèm dins una ora que siám pas en retard pel dinnar qu’es a miègjorn e pas a una ora coma a la vila (1). Hier vers (sur) le soir, mon voisin, Pierre, celui qui a une vigne à Lodève m'a téléphoné pour nous inviter à venir voir ses (les) vendangeurs. Préparez-vous (tenez-vous prêts), nous partons dans une heure, afin de ne pas être (que nous ne soyons pas) en retard pour le déjeuner (dîner) qui est à midi et non (pas) à une heure comme à la ville
2 Oblidam pas degun ? Alara en rota pel païs del vin. Nous n'oublions personne ? Alors en route pour le pays du vin.
3 I sèm. Agachatz Pèire, ailà, davant sa pòrta, que fuma la pipa. Sembla un santon amb sa barba bèla (2). Nous y voilà. Regardez Pierre, là-bas, devant sa porte, qui fume sa (la) pipe. Il ressemble à (semble) un santon avec sa grande et belle barbe.
4 Vej’aquí los convidats, un pauc mai vos esperavi. Devètz aver fach bon viatge, perqué sètz aquí ; venètz veire mos amics al trabalh. Voici mes (les) invités, j'ai failli vous attendre (un peu plus, je vous attendais). Vous devez avoir fait bon voyage, puisque vous êtes là; venez voir mes amis au travail.
5 Vesètz, copam los rasims que los vendemiaires meton dins lo banaston portat per un òme. Quand es plen, lo van vojar. N’i a que se servisson de semals que se pòrtan a dos, amb de semalièrs (3).

Vous voyez, on coupe (nous coupons) les raisins que les vendangeurs mettent dans la hotte portée par un homme. Quand elle est pleine, ils vont la vider. Il y en a qui se servent de comportes que l'on porte à deux, avec des «sémaliers».

6 Es pas tròp penible de trabalhar plegat en dos o de portar tot aquel rasim ? Aciuò me sembla un crebador (4). Ce n'est pas trop pénible de travailler plié en deux ou de porter tout ce raisin ? Pour moi, cela semble être un «crébadou».
7 Pensatz-vos, las vendémias, es pas un trabalh, es una tradicion. Gaitatz Loïseta que se fa mascarar de rasims pels fraires. Qu’es polida ! Es un pauc moqueta, mas ritz (5). Pensez-vous, les vendanges, ce n'est pas un travail, c'est une tradition. Regardez Louisette qui se fait barbouiller de raisins par ses (les) frères. Qu'elle est jolie ! Elle fait la moue, mais elle rit.
8

E puèi, dins las rengas, entre las socas, i a qualques potons de còps (6).

Et puis, dans les rangées, entre les souches, il y a quelques baisers parfois,

9 Venètz amb ieu, es ora de manjar. Anem, vendemiaires, a la sopa ! Venez avec moi, c'est (l')heure de manger. Allons, vendangeurs, à la soupe !
10 Prenètz de cambajon e de salsissòt : es de natural e del melhor. Fa tres meses qu eran dins la cendre e ara son fumats (7). Prenez du jambon et du saucisson: c'est du naturel et du meilleur. Il y a (fait) trois mois qu'ils étaient dans la cendre et maintenant ils sont fumés.
11 Mas manjatz coma d’aucelons. Cantatz amb nosautres, aquò vos obrirà l’engolidor. Aquel monde de la vila, sabon pas viure. Son totjorn preissats, prenon pas lo temps de manjar (8). Mais vous mangez comme de petits oiseaux. Chantez avec nous, ça vous ouvrira la «descente». Ces gens de la ville, ils ne savent pas vivre. Ils sont toujours pressés. Ils ne prennent pas le temps de manger.
12 Un veirat de vin sul Ròcafòrt e a la vinha, que nos espèra. Va ben plan de beure lo vin, mas cal pas oblidar de lo far (9). Un bon coup de vin sur le Roquefort et à la vigne : elle nous attend. C'est très bien (Ça va très bien) de boire le vin, mais il ne faut pas oublier de le faire.
13 Mercé, Pèire, nos sèm plan regalats. Se venes a l’ostal, oblides pas de t’arrestar (10). Merci, Pierre, nous nous sommes bien régalés. Si tu viens chez nous (à la maison), n'oublie pas de t'arrêter.
14 Tornamai la rota e enfin l’ostalon ont poirem tornar parlar d’aquela bèla jornada passada amb de monde que sabon viure e cantar en trabalhant (11). A nouveau la route, et enfin notre (chère petite) maison, où nous pourrons reparler de cette belle journée passée avec des gens (du monde) qui savent vivre et chanter en travaillant.

Exercice en limousin (lemosin). EXERCICE
- 1 Los vendenhaires se sierven de banastas per portar lo rasim(l).
- 2 Quo pesa, una banasta, mas una manaucha quo pesa enquera mai (2).
- 3 Au dinnar, tot lo monde chanta e beu de bon vin (3).
- 4 Dins las vinhas, los òmes s’amusan a bochardar las femnas emb dau rasim (4).
- 5 Bochardan principalament las domaiselas que fan mina de roscalhar.
- 6 Se vendenha en setembre (5).
- 7 Las vendenhas son una granda festa dins tot lo païs (6).
- 8 Lo pair, la mair, los frairs, las sòrs, tota la familha vendenha (7).
- 1. Les vendangeurs se servent de hottes pour porter le raisin.
- 2. C'est lourd, une hotte, mais une comporte, c'est encore plus .lourd.
- 3. Au repas de midi, tout le monde chante et boit du bon vin.
- 4. Dans les vignes, les hommes s'amusent à barbouiller les femmes avec du raisin.
- 5. Ils barbouillent principalement les demoiselles qui font semblant de «rouspéter».
- 6. On vendange en septembre.
- 7. Les vendanges sont une grande fête dans tout le pays.
- 8. Le père, la mère, les frères, les sœurs, toute la famille vendange.

NOTES

(1) Sul ser; on aurait pu dire aussi : ièr sera ou ièr al ser «hier (au) soir»; syn. ièr sul vèspre, de vèspre.
Dinnar, var. disnar.
(2) Semblar signifie «sembler» mais aussi «ressembler». On retrouve cette particularité dans le français du «Midi»; on entend fréquemment des phrases du type suivant : «tu semblés le diable avec ton chapeau» (tu ressembles au...).
Le mot français «santon» est emprunté à l'occitan.
(3) Vojar «verser», var. vuejai, vujar; voidar.
Semai, syn. lairan.
Semalièrs, syn. pals (Rg.) «barres pour porter les comportes».

(4) Crebador «toute chose qui vous crève (repas, etc.); vous éreinte (travail, etc.)». Mot intraduisible en français : en français d'Occitanie, on dit d'ailleurs crébadou.
(5) Pels pour per los : l'occitan emploie moins souvent le possessif que le français : as pas vist l'
òme ? «tu n'as pas vu mon mari? ». Le possessif n'est employé que s'il est vraiment nécessaire à la compréhension; ne l'oubliez pas.
(6) Renga syn. rengada.
(7) Salsiss
òt, var. saussissòt, saussisson.
Cendre est masc. ou fém.; var. cenre.
(8) Nosautres; formes réduites : nosauts, nautres; aucèl, var. ausèl (ouest), ausèth (Gasc), aucèu (Prov.).
Engolidor, var. degolidor. Preissar ou pressar «presser».
(9) Veirat signifie exactement «un plein verre»; le suffixe -at/-ada (fém.) indique fréquemment le contenu, comme -é(e) en français; carretada «charretée». On pourrait dire aussi «un esclopat (sabot plein) sul Ròcafòrt ...».
Esperar signifie «espérer» mais aussi «attendre».

(10) Oblidar «oublier», dér. de même sens doblidar, desoblidar; ensoblidar (Rg.); syn. demembrai, debrembar.
(11) Ostalon: le suffixe -on est dim. mais aussi affectif, ne l'oubliez pas. L'expression «les gens» se traduit le plus souvent par lo monde, suivi du pluriel puisqu'il s'agit d'un singulier collectif ; monde, var. mond.
 

(1) Vendenhaire, lang. vendemiaire.
Sierven, lang. servisson.
2) Quo, lang. aquò.
Manaucha, syn. lang. semal.
(3) Chantar, lang. cantar «chanter» (cha- = ca- du lang.).
Au, lang. al.
(4) Notez la prononciation s'amuzan, lang. s'amuzon/-zou(n).
Brochardar, syn. lang. mascarar.
Dau, lang. de : le limousin joint l'article à de, comme le français.
(5) Vendenhar, lang. vendemiar.
(6) las vendenhas, lang. las vendemias.
(7) Lo pair, la mair, los frairs, lang. lo paire, la maire, los fraires (avec un -e-).

Notez la pron. de la finale de la 6ème pers. du présent, -an (comme c'est écrit) et non -on, var. - ou(n) (Lang.) : s'amusan (4), bochardan et fan(5).
N final prononcé : bon (3), son (7).