Языки :: Окситан Окситанский язык
Аудио
 
 
   

59 LEIÇON 20  
  Vintena leiçon (20)  
  Lo Clapàs (1) MONTPELLIER
     
1 I sèm sul Larzac. Cresiái que la Còsta Roja s’acabariá pas jamai. Podètz veire ques pas tan pelat qu’aquò. Vesètz, aicí de civada e aquí de blat. Que vos disiái !

Nous y sommes sur le Larzac. Je croyais que la Côte Rouge ne finirait jamais. Vous pouvez voir qu'il n'est pas tellement pelé (pas, tant pelé que cela). Vous voyez (il y a) ici de l'avoine et là du blé. Qu'est-ce que je vous disais !

2 Voliatz veire de fedas ? N’avètz ailà, amb lo pastre e lo sieu can. A pas qu’un mot a dire, en occitan, lo gos te l’escota coma un òme, e de còps, mai qu’un òme (2). Vous voulez voir des brebis ? Vous en avez là-bas, avec le berger et son chien. Il n'a qu'un mot à dire, en occitan naturellement, et son (le) chien (te) l'écoute comme un homme et parfois, plus qu'un homme.
3 Tè ! Aquí, a man esquèrra, lo camin que mena a la Cobertoirada que foguèt la ciutat dels Templièrs. Ara restauran tot dins l’estil del païs. D’artistas e artesans i vivon e i trabalhan coma dins lo temps (3). Tiens, voici, à (main) gauche, le chemin qui mène à la Convertoirade qui a été la cité des Templiers. Maintenant, on y restaure (ils restaurent) tout dans le style du pays. Des artistes et des artisans y vivent et y travaillent comme autrefois (dans le temps).
4 L’Escaleta passada, sèm dins la plana. Aqui, es plan simple, i a pas que de vinhas e de vin. Finalament, Montpelhièr es aquí ; agachatz la pancarta (4). Passé l'Escalette (passée), nous sommes dans la plaine. Là, c'est tout simple, il n'y a que des vignes et du vin. Finalement, voici Montpellier (est là), regardez la pancarte !
5 O sabiatz, vos, que Montpelhièr aviá l’escòla mai anciana d’Euròpa, qu’èra celèbra dès lo sègle detzen ? Es aquí qu’estudièt Rabelais e un fum de grands òmes coma Paul Valèri (5). Vous le saviez, vous, que Montpellier avait l'école la plus ancienne d'Europe (qui était) célèbre dès le Xème siècle ? C'est ici qu'a étudié Rabelais et de nombreux grands hommes comme Paul Valéry.
6 Arribam al Peiron, amb son esplanada e l’estatua de Loïs Catòrze, que los colombs i an cagat dessús per li far un polit capelon que s’enraumassèsse pas, lo pauròt ! Aqui, fa freg l’ivèrn, t’i bufa una cisampa del diable, se cal plan cobrir ; que son braves aquels aucelons ! (6) Nous arrivons au Peyrou, avec son esplanade et sa (la) statue de Louis XIV, sur laquelle ont «fait» les pigeons (que les pigeons y ont «fait» dessus), pour lui faire un joli petit chapeau tout mignon afin qu'il ne s'enrhume (s'enrhumât) pas, le pauvre ! Ici, il fait froid l'hiver, il (t')y souffle un grand vent du diable, il faut bien se couvrir ; qu'ils sont gentils ces petits oiseaux !
7 Aici, es la plaça de la Comedia, qu’apelam l’Uòu, a causa de sa fòrma. En fàcia, i aviá la paura gara de Palavàs, que son pichon trèn es mòrt. Quand lo preniam, nos fissavan los moscals, mas èrem uroses. Ara, lo trobam de manca (7). Ici, c'est la place de la Comédie, que nous appelons l'Oeuf, à cause de sa forme. En face il y avait la gare de Palavas aujourd'hui disparue (pauvre) dont (que) le petit train est mort. Quand nous le prenions, nous étions piqués par les moustiques, mais nous étions heureux. Il manque maintenant (Maintenant, nous le trouvons de manque).
8

Uèi, per anar far lo cabús a Palavàs, cal prene l’autobús o l’autò. E lo dimenge, per tornar a Montpelhièr lo ser, al luòc de cantar dins lo trenon, cal far de longa lo frena-quicha un darrièr l’autre (8).

Aujourd'hui, pour aller faire un (le) plongeon à Palavas, il faut prendre le car ou la voiture. Et le dimanche, pour revenir à Montpellier le soir, au lieu de chanter dans le joli petit train, il faut avancer par à-coups continuellement (de longue).

9 Tè ! Sèm dins la carrièra de l’Agulhariá, que i demòra de polit monde ! Tiens, nous sommes dans la rue de L'Aiguillerie, où habite du beau monde !
10 Nos caldriá pas oblidar de veire qualques ostals nòbles, que valon los del « Marais » de París.

Il ne nous faudrait pas oublier de voir quelques hôtels particuliers, qui valent ceux du Marais de Paris.

11 Aquò per exemple ! Lo cèl èra clar e ara trona. Fasiá tròp de calor, las moscas bronzinavan e èran missantas ; aquò anonça l’auratge. Enfin, es ora de dintrar. Adieu Clapasson ! (9) (Ça) Par exemple ! Le ciel était clair et voici qu'il tonne (maintenant, il tonne). Il faisait trop chaud (de chaleur), les mouches bourdonnaient et étaient méchantes, ce qui annonce l'orage. Enfin, c'est l'heure de rentrer. Adieu Montpellier cher à mon cœur !

Exercice en gascon. EXERCICE
- 1 Montpelhèr qu’ei ua de las mei bèras vilas d’Occitania.
- 2 Que la voi visitar dab amics.
- 3 Que’m cau préner l’autò, per’mor Montpelhèr qu’ei lonh.
- 4 Bèth temps a, ende anar a Palavàs que’s podèva préner lo petit trèn.
- 5 Que i a ostaus nòbles plan restaurats.
- 6 Au Peiron, los colombs qu’an hèit un «capèth» a l’estatua de Loïs Catòrze.
- 7 Que vos i hè un hred qui pela, quan lo vent boha.
- 8 Non vos desbrembetz pas que Montpelhèr ei la vila de França mens polluïda.
- 1. Montpellier est l'une des plus grandes villes d'Occitanie.
- 2. Je veux la visiter avec des amis.
- 3. Je dois prendre ma voiture (il me faut prendre l'auto) car Montpellier est loin.
- 4. Autrefois, pour aller à Palavas, on pouvait prendre le petit train.
- 5. Il y a des hôtels particuliers bien restaurés.
- 6. Au Peyrou, les pigeons ont fait un «chapeau» à la statue de Louis XIV.
- 7. Il y fait un froid très vif (il vous y fait un froid qui pèle) quand le vent souffle.
- 8. N'oubliez pas (ne vous oubliez pas) que Montpellier est la ville de France la moins polluée.

Var gasc.: - 1.bèras, lang. bèlas. -2. voi, lang. vòli. — 3. lonh, lang. luènh/luònh. -4. bèth, lang. bèl ; ende, syn. lang. per ; podèva, lang. podiá. — 6. heit, lang. fach/fait; capèth lang. capèl. - 7. , lang. fa/fai; hred, lang. fred ; quan, lang. quand ; boha, lang. bofa. Remarquez notamment le h gascon qui correspond à un f en lang. (-6,-7).


NOTES

(1) Lo Clapàs «le rocher», surnom occitan de Montpellier ; oc. clapàs «rocher ; tas de pierres», racine kl- «pierre», préhistorique, néolithique et d'origine proche-orientale.

(2) Can, var. canh ; syn, gos. ; cadèl «jeune chien». On entend aussi le mot chin (pron. tchi) qui est un gallicisme.
(3) Le mot occitan ciutat «ville» se retrouve dans le nom de lieu La Ciotat.
(4) I a pas que «il n'y a que», syn. i a ren que. Pancarta, var. plancarda.
(5) Un fum de, syn. plan de, força.
(6) Beaucoup de mots français commençant par un -s- se retrouvent presque identiques en occitan ; toutefois, cet s- est précédé d'un e-, d'où estil, estatua. Voilà pourquoi on entend en français du «Midi», «estyle, estatue». Remarquez encore le suf. dim. et affectif -on dans capelon, aucelons.

(7) Uòu, pron. uòou, ou yòou; var. ueu (Gasc). Moscal-/ /moissal «moucheron, moustique», syn. bigal/bigard. Paure au sens de «défunt» est très familier en occitan : Se son paure paire lo vesiá ! «Si son père (qui est mort) le voyait !».

(8) L'occitan, lorsque le besoin s'en fait sentir, peut créer une expression correspondant exactement à ce qu'il veut dire comme ici : frena-quicha, var. frena-cacha «freine-accélère». Le vocabulaire de l'occitan n'est pas limité par une langue dite officielle, qu'il conviendrait de ne pas «améliorer» ou «enrichir», comme c'est souvent le cas du français officiel qui, alors démuni, adopte des mots, notamment anglais, en grand nombre.
L'occitan, langue vivante au sens premier du terme, peut se passer de ces emprunts aux langues étrangères par ses possibilités, toujours parfaitement vivantes, et créer des mots immédiatement. Ainsi, un «building» se dira en occitan un ostalaràs «maison grande et laide», Quichar, cachar «appuyer» d'où «accélérer». Remarquez le mot trenon, dim. affectif de tren + -on (suf. dim. et affectif).

(9) Bronzinar est un mot très expressif et à peu près intraduisible : «brounziner» en français du «Midi» . Les oreilles «bronzinan», l'eau qui fait du bruit (également.) Bronzinar s'emploie aussi quand on «entend des coups de tonnerre longs et répétés» ; bronzina, cal dintrar ! «Ça brounzine, il faut rentrer !». Tronar «tonner» ; lo tron/tròn «le tonnerre» ; una tronadissa «un long roulement de tonnerre».