Языки :: Окситан Окситанский язык
Аудио
 
 
   

55 LEIÇON 19  
  Dètz-e-novena leicon (19)  
  Quand Leialtat viviá QUAND LOYAUTÉ VIVAIT
     
1 Ièr, vos parlèri de Paratge, qu’èra una règla essenciala pels cavalièrs e Trobadors occitans que, en plus d’aquò, devián recercar l'amelhoracion personala (1). Hier, je vous ai parlé de «Paratge», qui était une règle essentielle pour les chevaliers et Troubadours occitans qui, de plus (en plus, de cela), devaient rechercher l'amélioration personnelle.
2 Devian pensar mai que mai a créisser moralament e espiritualament e, per aquò far, èstre leials envèrs los autres. Devián donc fòrabandir tota Desleialtat. Ils devaient avoir pour but essentiel (penser plus que plus) de grandir (croître) moralement et spirituellement et pour cela (faire), être loyaux envers les autres. Ils devaient donc rejeter toute fourberie (Déloyauté).
3 En mai daquò, cadun deviá èstre fidèl a sos amics, e a sa dama, considerada coma sa para et sa castiadoira que deviá viure amb ela en acordança perfiècha, sens èstre un tiran o un gelós (2). De plus (en plus de cela), chacun devait être fidèle à ses amis et à sa dame, considérée comme son égale et sa «castiadouyre» avec qui il devait vivre (qu'il devait vivre avec elle) en parfaite harmonie, sans être un tyran ni un jaloux.
4 Deviá combatre Cobeitat per mostrar Larguesa a totes los òmes dins un esperit de convivencia. Es aital que se vesiá de senhors riches distribuïr de bens considerables (3). Il devait combattre Convoitise pour montrer Largesse à tous les hommes dans un esprit de coexistence tolérante. Il était ainsi courant de voir (c'est ainsi que se voyait) de riches seigneurs distribuer des biens considérables.
5 L’enemic èra donc pas un autre pòble mas lo Mal. L'ennemi n'était donc pas un autre peuple mais le Mal.
6 Es al nom d’aquela convivéncia que, a la plan celebra escòla de Montpelhièr, fins al començament del sègle tretzen, ensenhavan al prèp de catolics, de professors josieus e arabis. C'est au nom de cette coexistence tolérante que, à la très célèbre école de Montpellier, jusqu'au début du XIIIème siècle, enseignaient aux côtés (auprès) de catholiques, des professeurs juifs et arabes.
7 Aquel fach espantèt los crosats franceses venguts portar la guèrra sus nòstra tèrra per i exterminar pel fèrre e pel fuòc totes los qu’èran pas catolics, mai que mai los catares e aquò, curiosament, al nom de Jésus-Crist que diguèt: «Lo que se servís de l’espasa perirà per l’espasa ».

Ce fait a stupéfié les croisés français venus porter la guerre sur notre terre pour y exterminer par le fer et le feu tous ceux qui n'étaient pas catholiques, principalement les cathares et cela, curieusement, au nom de Jésus-Christ qui a dit : «Qui se sert de l'épée périra par l'épée».

8 Aquí donc aquela filosofia, que totes sos principis son los de l'Amor, amor de l’autre e amor de la Vertat, que sol permetiá d’aténher lo Jòi, es a dire lo gaug perfièch dins l’armonia umana, image de l’armonia de Dieu (4). Voilà donc cette philosophie, dont (que) tous les principes sont ceux de l'Amour, amour de l'autre et amour de la Vérité, qui seul permettait d'atteindre le Jòy, c'est-à-dire la joie parfaite dans l'harmonie humaine, image de l'harmonie de Dieu.
9 Mas resistiguèron pas ? Luchèron pas per salvar lor civilisacion ? (5) Mais n'ont-ils pas résisté ? N'ont-ils pas lutté pour sauver leur civilisation ?
10 Segur que luchèron, pendent vint ans, coma o veirem lèu. Mas va èstre mièja nuèch, lo fuòc s’atuda e los uèlhs se clucan. E deman, devèm visitar Montpelhièr (6). Bien sûr, (qu')ils ont lutté, pendant vingt ans, comme nous le verrons bientôt. Mais il va être minuit, le feu s'éteint et nos (les) yeux se ferment. Et demain nous devons visiter Montpellier.

Exercice en gascon. EXERCICE
- 1 Lo Paratge qu’èra l’egalitat entre los chivalièrs occitans.
- 2 Tots que devèn èste leiaus envèrs los autes.
- 3 Los chivalièrs qu’avèn ua dama com castiadoira.
- 4 Eths tanben que devèn « castiar » la loa dama.
- 5 Que devèn pensar aus autes e pas a la Cobeitat.
- 6 Qu’i avè Arabis e Josius qui ensenhavan a Montpelhèr.
- 7 Los catars qu’aimavan la puretat.
- 8 Los crosats qu’avèn causit l’espasa e non pas l’Amor.
- 9 Aténher lo Jòi per l’Amor, qu’èra lo but deus chivalièrs e Trobadors occitans.
—1. Le «Paratge» était l'égalité entre les chevaliers occitans.
—2. Tous devaient être loyaux envers les autres.
—3. Les chevaliers avaient une dame comme «castiadoira».
—4. Eux aussi devaient «castiar» leur dame.
—5. Ils devaient penser aux autres et non à la «Cobeitat».
—6. Il y avait des Arabes et des Juifs qui enseignaient à Montpellier.
—7. Les cathares aimaient la pureté.
—8, Les croisés avaient choisi l'épée et non l'Amour.
—9. Atteindre le «Jòi» par l'Amour était le but des chevaliers et Troubadours occitans.

Var. gasc. -2. devèn, lang. devián ; autes, lang. autres. -3.avèn, lang. avián. -4. eths, lang. eles ; la loa lang. lor. — 6.avè, lang. aviá; Montpelhèr, lang. Montpelhièr (-èr gasc. = -ièr lang.).— 9. deus, lang. dels.


NOTES

(1) Ièr, var.jer (Gasc.)

(2) La dame était la «castiadoira» du troubadour et le troubadour le «castiador» de sa dame. Ce terme est issu de l'occitan castiar «châtier, corriger». Cela veut dire que le troubadour et sa dame devaient se corriger, se guider, se conseiller mutuellement, afin de rechercher ensemble l'amélioration (lo melhorament) dans la drechura «droiture». Ces termes de civilisation n'ont pas d'équivalent exact en français et dans les autres langues.

(3) Le mot d'ancien occitan ric a été remplacé, sauf en niçard, par le gallicisme «riche».
(4) Le mot «français» amour est un emprunt à l'occitan, comme le prouve son vocalisme. Le véritable mot français est ameur qui signifie encore dans les dialectes d'oïl (français) le «rut du taureau». Ce simple mot marque la différence entre l'amour élevé des Troubadours et l'amour pratiqué alors outre-Loire. N'oublions pas que Guilhem IX, comte de Poitiers et duc d'Aquitaine, le premier des Troubadours connus, considérait les Français de son temps comme des «barbares» : anc non ac (oc. mod. aguèt) Normand ni Francés dins mon ostau «il n'y eut jamais ni Normand ni Français dans ma maison» (chanson IV). Aténher, var. aténger.

(5) Resistir, var. resistar gallicisme. Luchar s'emploie aussi pour désigner les bœufs qui «luttent» en poussant contre le timon ; par extension de sens, il désigne des amoureux qui veulent tellement se serrer en marchant, qu'ils donnent l'impression de lutter l'un contre l'autre ; var. francisée lutar «lutter». Salvar, var. sauvar.

(6) Uèlh, var. uòlh. Clucar, var. clocax, clutar, cutar.