Языки :: Окситан Окситанский язык
Аудио
 
 
   

47 LEIÇON 16  
  Setzena leiçon (16)  
  Lo païs ont viviá Paratge LE PAYS OU VIVAIT «PARATGE»
     
1 Coma o vos disiái, lo sistèma politic en tèrra doc repausava sus la nocion de Paratge. Aquò voliá dire que totes los òmes devián èstre pars.
Per plan comprene aquel fach, cal rapelar que lo poder dels senhors feudals èra alara fòrça mens absolut dins lo « Miègjorn » que dins lo « Nòrd ».
Comme je vous le disais, le système politique en terre d'oc reposait sur la notion de «Paratge». Cela voulait dire que tous les hommes devaient être égaux. Pour bien comprendre ce fait, il faut rappeler que le pouvoir des seigneurs féodaux était alors beaucoup moins absolu dans le «Sud» que dans le «Nord».
2 Fòrça tèrras occitanas èran possedidas en alòdi, es a dire que lo proprietari dependiá pas de degun (2).

De nombreuses terres occitanes étaient possédées en alleu c'est-à-dire que leur (le) propriétaire ne dépendait de personne,

3 Coma cadun podiá crompar de tèrras aital segon aquel principi, venguèron alara de mai en mai nombrosas e asseguravan donc una egalitat vertadièra de totes, davant la proprietat privada (3). Comme tout le monde (chacun) pouvait acheter de telles terres (des terres ainsi) selon ce principe, elles sont devenues (venues) alors de plus en plus nombreuses et elles assuraient donc une égalité réelle (véritable) de tous, devant la propriété privée.
4 En mai d’aquò, al regard de la lèi, i aviá pas de grandas diferéncias entre un òme e una femna, per çò qu’una femna podiá possedir de tèrras, exercir plan de professions e subretot eiretar, çò que se podiá pas pensar al nòrd de I,èira (4). De plus (en plus de cela), au regard de la loi, il n'y avait pas de grandes différences entre un homme et une femme, puisque une femme pouvait posséder des terres, exercer de nombreuses professions et surtout hériter, ce qui était inconcevable au Nord de la Loire.
5 Mas alara, i aviá pas ça-que-la de nòbles d’un costat, de borgeses e de païsans de l’autre ? Mais à cette époque (alors), n'y avait-il pas malgré tout des nobles d'un côté, des bourgeois et des paysans de l'autre ?
6 Es vertat. Mas i aviá tanben l’òrdre de la Cavalariá, que son importància s’arrestèt pas de créisser, e que repausava sus Paratge. C'est vrai (vérité). Mais il y avait aussi l'ordre de la Chevalerie, dont (que) l'importance ne cessa de croître, lequel (qui) reposait sur «Paratge».
7 E ben ara, tu, Guilhèm, parla-nos dels Cavalièrs... Eh bien maintenant, toi, «Guilhem», parle-nous des Chevaliers....

Exercice en gascon. EXERCICE
- 1 L’Occitania qu’èra la tèrra de Paratge.
- 2 Qu’ei a díser que dens lo païs d’òc, l’egalitat qu’èra un principi.
- 3 Los òmes que podèn crompar tèrras, las hemnas tanben.
- 4 Lo maridatge d’Alienòr d’Aquitània dab Enric II d’Anglatèrra qu’estoc a l’origina de la Guèrra de Cent Ans.
- 5 Dens lo Mieijorn, las hemnas que podèn eretar, com los òmes.
- 1. L'Occitanie était la terre de Paratge.
- 2. C'est-à-dire que dans le pays d'oc, l'égalité était un principe.
- 3. Les hommes pouvaient acheter des terres, les femmes aussi.
- 4. Le mariage d'Alienor d'Aquitaine avec Henri II d'Angleterre fut à l'origine de la Guerre de Cent ans.
- 5. Dans le Midi, les femmes pouvaient hériter, comme les hommes.
gasc. - 2. Que énonciatif typique du gascon. - 2. ei, Lang. es; díser, Lang. dire ; dens, Lang. dins. -4.dab, Lang. amb. - 5. Mieijorn, Lang. Miègjorn ; com, Lang. coma.

NOTES
(1) Setzen : la forme sezième est francisée.
(2) Degun, var. degus, deguns.

(3) Crompar, var. comprar (avec métathèse du -r-).

(4) Femna est pron. fénno (Lang.) , fémo (Prov.) ; var. hemna (Gasc).