Языки :: Окситан Окситанский язык
Аудио
 
 
   

30 LEIÇON 9  
  Novena leiçon (9)  
  L’occitan a l’escòla L'OCCITAN A L'ÉCOLE
     
1 Mas diga-me Andrieu, sabiás pas gaire parlar l’occitan l’an passat e aqueste an te’n tiras plan. Ont as aprés?(l). Mais dis-moi André, tu ne savais pas beaucoup parler occitan l'an dernier (passé) et cette année tu te débrouilles bien. Où as-tu appris ?
2 A l’escòla, amb un professor (2). A l'école avec un professeur.
3 I a donc de corses d’occitan al licèu ? (3) II y a donc des cours d'occitan au lycée ?
4 Per segur, e sèm de milièrs a presentar l’espròva d’occitan al bachelierat (4). Bien sûr, et nous sommes des milliers à présenter l'épreuve d'occitan au Baccalauréat.
5 Pas possible ! E as pas paur d’aver una marrida nòta ? Pas possible ! Et tu n'as pas peur d'avoir une mauvaise note ?
6 Pas brica ! I a pas que los punts que despassan dètz que comptan (5). Pas du tout ! Il n'y a que les points qui dépassent dix qui comptent.
7 Conta-me cossí se passan los corses d’occitan ! (6) Raconte-moi (conte-moi) comment se passent les cours d'occitan ?
8 Legissèm un pichon tèxte e lo professor nos explica las dificultats al tablèu negre (7) Nous lisons un petit texte et le professeur nous explique les difficultés au tableau noir.
9 Puèi, nos pausa de questions per veire s’avèm comprés e ensajam de respondre en occitan (8). Puis, il nous pose des questions pour voir si nous avons compris et nous essayons de répondre en occitan.
10 Enfin, atudam lo lum e lo mèstre nos projècta de diapositivas sus de tèmas tradicionals :
la cort de la bòria, una carrièra, una granda vila, un pòrt etc., o sus de questions modèrnas :
Fòs, la Granda Mota, lo Larzac... (9).

Enfin nous éteignons la lumière et le professeur nous projette des diapositives sur des thèmes traditionnels :
la cour de la ferme, une rue, une grande ville, un port etc ... ou sur des questions modernes :
Fos, la Grande Motte, le Larzac...

11 Al començament, aviam un pauc paur ; degun ausava pas parlar(lO). Au commencement, nous avions un peu, peur et personne n'osait parler.
12 Mas Loïs, qu’es sortit d’en Cevenas, parlava correntament, tan plan coma tu. Nos entraïnèt e ara es a qual parlarà lo primièr (11). Mais Louis, qui est né dans les Cévennes, parlait couramment, aussi bien que toi. Il nous a entraînés et maintenant c'est à qui (auquel) parlera le premier.
13 De còps, lo professor ditz : «Mas òm se creiriá dins la cort d’una bòria ».
Puèi, ajusta en risent : «Se la polalha parla occitan, aquò va plan » !
Parfois le professeur dit : «Mais on se croirait dans la cour d'une ferme».
Puis il ajoute en riant : «Si la basse-cour (la volaille) parle occitan, à la bonne heure (cela va bien)».

Exercice en provençàl. EXERCICE

- 1 L’occitan es la lenga naturala d’Occitània.
- 2 Lo francés i èra gaire parlat avant la guèrra de Catòrze.
- 3 L’occitan s’estúdia tornamai dins leis escòlas e nòstra lenga pren tornar la plaça qu’auriá jamai degut pèrdre.
- 4 Nòstrei grands èran punits s’un còp parlavan « patés ».
- 5 Es pèr aquò qu’ara n’i a qu’an vergonha de parlar la lenga nòstra.
- 6 Fau èstre fièr d’ensenhar e de parlar l’occitan, aquela lenga qu’a civilisat l’Occident e que deu viure pèr tot jamai.

1. L'occitan est la langue naturelle de l'Occitanie.
2. Le français y était peu parlé avant la guerre de Quatorze.
3. L'occitan est étudié (s'étudie) à nouveau dans les écoles et notre langue reprend (prend à nouveau) la place qu'elle n'aurait jamais dû perdre.
4. Nos grands-parents étaient punis quand ils parlaient «patois».
5. C'est pour cette raison (ça) que maintenant, il y en a qui ont honte de parler notre langue.
6. Il faut être fier d'enseigner et de parler l'occitan, la langue qui a civilisé l'Occident et qui doit vivre à (pour) tout jamais.

Vaxiantes provencales
— 3. leis var. de las ;
— 4. nòstrei var. de nòstres;
— 6. Fau syn. de cal. Le prov. connaît la var. cau.


NOTES
(1) Aqueste an, syn. ongan (augan / angan).

(2) On dit : mèstre (d'escòla) s'il s'agit d'un instituteur; syn. regent.

(3) Cors «cours», pluriel corses, avec un -e- de transition ; cf. leçon 8 note 1.

(4) Per segur ou de (tot) segur «bien sûr».
Segur signifie «sûr» ou «certain». Un ôme segur «un homme sûr (en qui l'on peut avoir confiance)» ; soi / si
ái segur que ... «je suis sûr ou certain que ...».
Sèm var. sièm, èm ; siam (Prov.).

(5) Pas brica, syn. pas ges.
  Pour traduire "seul" on peut employer sol : soi sol «je suis seul». Mais comme adverbe, seul ou seulement se traduisent surtout par : res / ren que ; i a pas que.

(6) Cossí «comment» (meilleure graphie que consí) est différent de coma «comme».
  Nous avons vu, leçon 8 note 3, que des verbes, du type de portar à cause de l'alternance d'accent, ont leur -o prononcé soit -ou-, soit -o- (écrit -ò-). Toutefois, dans les parlers centraux, quand ce -o- est suivi d'un -n- ou d'un -m- (ex. contar, comptar) ce -o- est toujours pron. -ou.

(7) tablèu, var. tablèl. Pichon, syn. pichòt. Ils indiquent une nuance affective, à cause de leur suf. dim. mais aussi affectif, -on ou -òt.

(8) Puèi, var. puòi, puèis; puèi est pron. pyèy ou pèy. Veire «voir», var. véser (Gasc); véder (Béarn.).

(9) Lo lum «la lumière (surtout la source lumineuse, lampe, etc.); la lutz «la lumière, la clarté». Le mot lumièra, que l'on entend parfois, est emprunté au français.

(10) Ausar, var. gausar.

(11) Le comparatif d'égalité est simple : tant (tan devant cons.) ... coma «aussi ...que» ; es tan grand coma tu «il est aussi grand que toi» ; inégalité : es pas tan grand coma tu «il n'est pas aussi grand que toi». On entend aussi la var. (pa:) tan(t) ... que. Es (pas) tan grand que tu ; tan est souvent pron. ta ,
Comparatif d'infériorité : mens ... que «moins ... que» : es mens sabent que lo mèstre «il est moins savant que le professeur (ou maître)».

Sortir de dans le sens de «être originaire de», s'emploie au passé composé : es sortit de Millau «il est originaire de Millau» ;
mais sortiguèt de Millau l'an passât «il est sorti (il sortit) de Millau l'an dernier (passé)».
Syn. es nascut en Cevenas, «il est né dans les Cévennes».

Imparfait, conjugaison (verbes en -ar 1er groupe) ;
aimar «aimer» : aimavi/-e, -vas/-es, -va, -àvem, -àvetz, -van (-bon) (Lang.) / -van (-von) (Prov.)/ aimavan (en Gasc, avec le -v- pron. comme le -w- anglais) ;/ eimavan (-van) (Limousin).

2ème et 3ème groupes, verbes en -ir et -e / -er :
finir «finir» ; saber/ saupre «savoir» ; Lang. : finissi
ái, sabiái, -iás, -iá, -iam, -iatz, -ian (pron. yon; yen (Hér.)); var. -iáun, pron. yòou (M.C., Alb., Quer. Sar., Bit.), que l'on peut écrire aussi -ian : (Sar., Bit., le -a- est pron. -é-).

Finales prov. : -iau, -ias, -ia, -iam, iatz, -i
án : finissáu «je finissais» etc., disiau «je disais» (pron. dizyéou), etc.

Les verbes en -ir- se conjuguent presque tous (et même tous dans les parlers Or. et en Narb.) avec le suf. -iss-.