Языки :: Окситан Окситанский язык
Аудио
 
 
   

27 LEIÇON 8  
  Ochena leiçon (8)  
  D’amics devon arribar DES AMIS DOIVENT ARRIVER
     
1 As trobat la letra de nòstres amics ? Voldriái ben saber a quina ora arribaran (1). As-tu trouvé la lettre de nos amis ? Je voudrais bien savoir l'heure de leur arrivée (à quelle heure ils arriveront).
2 Alara, los me cal anar quèrre a la gara a doás oras. Prendrai l’autò, ara qu’es reparada (2). Je dois donc (alors) aller les chercher à la gare à deux heures. Je prendrai la voiture (ou l'auto), puisque maintenant elle est réparée.
3 La daissarai luènh de la gara, per la poder acantonar facilament. Se tròba pas jamai de plaça davant la gara (3). Je la laisserai loin de la gare, pour pouvoir la garer facilement. Il n'y a (Il ne se trouve) jamais de place devant la gare.
4 Despacha-te de te preparar, se volèm pas èstre en retard. Dins dètz minutas, partissèm (4). Dépêche-toi de te préparer, si nous ne voulons pas être en retard. Dans dix minutes, nous partons.
5

L’autò marcha plan, arribarem a l'ora a la gara. Me vau garar a drecha, darrièr aquela autò.
Es un pauc luènh, mas soi pas segur de trapar un autre canton (5).

L'auto marche bien, nous arriverons à l'heure à la gare. Je vais me garer à droite, derrière cette voiture.
C'est un peu loin, mais je ne suis pas sûr de trouver un autre coin.
6

Tè ! lo trèn arriba. Baste l’ajan pas mancat!

Tiens, le train arrive. Pourvu qu'ils ne l'aient pas manqué !
7 Non, davalan ailà, al fons del cai. Son cargats coma d’ases. Los anam ajudar(6)

Non, ils descendent là-bas, au fond du quai. Ils sont chargés comme des ânes. Nous allons les aider.

8 Adieu Guston, bonjorn Marineta, avètz fach bon viatge ? E lo pichon Andrieu, es pas tròp lasson ? (7) Bonjour, (Adieu) «Gustou», Bonjour Marinette, avez-vous fait (un) bon voyage ? Et le petit André, il n'est pas trop fatigué ?
9 Non, va plan. Res que de veire una gara occitana vos reviscòla. Non, ça va bien. Le seul fait devoir (Rien que devoir) une gare occitane vous ragaillardit.
10 Poirem donc partir en viatge lèu. Veiretz que vos planheretz pas d’èstre venguts. Nous pourrons donc partir en voyage bientôt. Vous verrez que vous ne regretterez pas d'être venus (vous ne vous plaindrez pas).

Exercice en provençàl. EXERCICE

- 1 Ai trobat mon autò ; es garada davant la gara.
- 2 Me siáu despachat d’anar quèrre meis amics que son venguts ambé lo tren.
- 3 Anarem faire ensems un grand viatge pèr l’Occitània.
- 4 Meis amics li dison Guston e Marineta, èran fòrça cargats a la gara.
- 5 Lo tren vai (va) lèu, l’autò tanbèn.

1 J'ai trouvé ma voiture ; elle est garée devant la gare.
2 Je me suis dépêché d'aller chercher mes amis qui sont, venus avec le train.
3 Nous irons faire ensemble un grand voyage à travers l'Occitanie.
4 Mes amis s'appellent Guston et Marinette, ils étaient très chargés à la gare.
5 Le train va vite, ma voiture aussi.

Variantes provençales :
-2. siáu var. de soi; meis var. de mos 3. Occitània, var. de Occitania ; -5. tanbèn var. de tanben.


NOTES

(1) Pron. outchéno, var. parlée uétchéno.
  «Quel? », interrogatif de quantité, se traduit par quin/quant? .
  Le passé composé est construit comme en français, avec l'auxiliaire être ou avoir. Toutefois le verbe être se conjugue avec lui-même : soi estat «j'ai été». C'est pour cette raison qu'on entend parfois en Occitanie : «je suis été» ; Ai trobat «j'ai trouvé» ; soit partit «je suis parti». Pour l'emploi de ce temps, cf. leçon 3 phr. 4.
  Le pluriel s'obtient, comme en français, en ajoutant un -s : amic «ami», amics «amis». Toutefois, quand le mot est terminé par un -s au singulier, on ajoute -es : rocàs «rocher», rocasses «rochers». On trouve souvent des pluriels redoublés : ostal «maison», pluriel ostals ou ostalses ; pial «cheveu» pluriel pials ou pialses, qui sont des var. locales. Tot, plur. totes, var. locale tots, plur. redoublé totses «tous».
  Amies : la finale -cs, prononcée -ks en Gasc. occid., se dit dans le Lang. -ts ou -s (Lang. or.) ou encore -itch dans une partie du Lang. et du Massif Central. En nord-occitan et en Provençal, on pron. ami.
  Saber, var. saupre, saure.

(2) Le futur est formé de l'infinitif = : -ai, -às, -à (á dans le M. C), -em, -etz, -an (pron. an), ou var. -áun, pron. òou (Alb., Bit., M.C.), que l'on peut aussi écrire -an. -An s'écrit aussi -àn.
  Lorsque un verbe conjugué est suivi d'un ou de deux infinitifs, on place assez généralement les pronoms lo «le», la «la», nos «nous» etc. avant les verbes. Cette tournure existait en ancien français ; cf. l'expression ancienne, je le viens voir. Toutefois, en occitan, on peut employer aussi l'ordre du français actuel, mais cela fait un peu francisé ; donc los me cal anar quèrre ou me cal anar los quèrre. Même remarque pour la poder acantonar phrase 3 (poder l'acantonar), me vau garar phrase 5 (vau me garai), los anam ajudar phrase 7 (anam los ajudar).
  Alara «alors, donc». On pourrait dire aussi donc / doncas, dans cette phrase.

(3) Daissar, var. laissar, donc daissarai, laissarai «je laisserai».
  Ne... jamais se dit pas jamai en occitan.
  Le -t final des adverbes en -ment n'est pas prononcé, comme aussi celui des participes présents : en cantant se dit en kantan.
  Garer peut se dire garar ; mais on dit de préférence acantonar «mettre, garer (dans un coin)», mot dérivé de canton «coin» ; autre syn. foraviar/forviar (Rg., Hér.).
  Certains verbes ayant un -o- prétonique (pron. -ou-) à l'infinitif, ont ce -o- qui se prononce -
ò- aux formes où il est tonique, (déplacement de l'accent) : trobar «trouver» ; tròbi, tròbas, tròba «je, tu, il trouve»; trobam, trobatz «nous trouvons, vous trouvez» tròban «ils trouvent». Idem pour poder (podi etc.).
  Cette règle de pron. concerne aussi les noms dérivés dont le -o- accentué perd l'accent, lequel frappe alors le suffixe ; cf. leçon 43 n° 2.

(4) Se var. si, un peu moins fréquente : si volèm est donc possible.
  En retard : l'occitan èstre en retard signifie «être en retard, manquer (le train)» etc. ; tardièr «(arriver) tard, (finir) tard» (et non «en retard»),

(5) Darrièr, var. darrèrs, (pron. darrè devant cons. et darrèz devant voy.).
Trapar, syn. de trobar.
Soi var. s
òi, siái (pron. syoy), som (Lang.) ; siáu (pron. syéou) (Prov.).
(6) Ailà, var. alai, ailai, alà ; syn. anlai, enlai. Ailabàs «là-bas (au loin)». Ailamont «là-haut (au loin)».

(7) Adieu s'emploie pour saluer quelqu'un que l'on tutoie ; pron. adiou / adyéou. Si l'on vouvoie quelqu'un, on emploie plutôt bonjorn (à l'arrivée) et adieu-siatz (au départ). Ajudar, var. adujar.
  Lasson est composé de las «fatigué» +-on suf.dim. affectif. La phrase signifie donc exactement : «n'est-il pas trop fatigué (Andrieu que nous aimons bien ?)». Syn. lassòt, avec suf. -òt (dim. et affectif).
  Guston, dim. affectif de Auguste, ne se traduit pas en fr. ; ce terme a été adopté par le fr. du «Midi».
  C'est une des qualités de l'occitan que de pouvoir traduire le sentiment que l'on attache à une pensée. Elle a toujours enthousiasmé les linguistes, même étrangers : en occitan le cœur peut s'exprimer autant que l'esprit Ce procédé est si vivant en Occitanie qu'il est fréquemment employé même en français du «Midi»; ex. : «que tu es timidou mon petit !».
  Viatge : le groupe -tg- (devant e, i) ou -tj- (devant a, o, u) est pron. -tch- ou -dj- ; pron. -ts- ou -dz- (Alb. ou parlers occid.).
  Fach, var. fait.