Языки :: Окситан Окситанский язык
Аудио
 
 
   

24

LEIÇON 6

 
  Seisena leiçon (6)  
  Cal èstre fièr de conéisser l’occitan (1) IL FAUT ÊTRE FIER DE CONNAITRE L'OCCITAN
     
1

Compreni pas, Guilhèm : perqué l’occitan interèssa los Japoneses ? son calucs !

Je ne comprends pas, «Guilhem» (en fr. «Guillaume»): pour quelle raison (pourquoi) l'occitan intéresse-t-il les Japonais? ils sont fous !
2 Que non ! Perqué gaireben tota la cultura de l’Euròpa occidentala de uèi a per origina la civilisacion dels Trobadors (2). Oh non ! (Que non) Parce que toute la culture de l'Europe occidentale d'aujourd'hui a pour origine la civilisation des Troubadours.
3 Mas alara, cal èstre fièr de conéisser l’occitan ! (3) Mais alors, il faut être fier de connaître l'occitan !
4 Cal èstre fièr de parlar l’occitan, mas encara mai fièr d’aprene a lo parlar (4). II faut être fier de parler l'occitan, mais encore plus fier d'apprendre à le parler.
5 Aital, poiretz descobrir e gostar las beutats vertadièras de l’Occitania, mas tanben conéisser una lenga e una cultura passada e presenta extraordinària (5).

Ainsi, vous pourrez découvrir et apprécier (goûter) les beautés véritables de l'Occitanie, mais aussi connaître une langue et une culture passée et présente extraordinaire.

6 Baste aja conegut mai lèu l’occitan e l'Occitania ! (6) Que n'ai-je connu plus tôt l'occitan et l'Occitanie !
7 Segur que dins qualques jorns, vos serà pas pus possible de vos passar d’aquels tresaurs (7). En effet (Sûr que) dans quelques jours, il ne vous sera plus possible de vous passer de ces trésors.

  EXERCICE

- 1 Una lenga es un grand tresaur que cal pas perdre.
- 2 Una lenga garda una cultura que podèm pas remplaçar.
- 3 Èstre fièr de sa lenga, es èstre fièr de se.
- 4 Se l'occitan devia morir en Occitania, demorariá encara al Japon !

- 1 Une langue est un grand trésor qu'il ne faut pas perdre.
- 2 Une langue garde une culture que nous ne pouvons pas remplacer.
- 3 Être fier de sa langue, c'est être fier de soi(-même).
-4 Si l'Occitan devait mourir en Occitanie, il resterait encore au Japon !

NOTES
(1) Cal, var. cau (Lang. Gasc.) ; en Provence «il faut» se traduit par fau. Il y a donc ici deux verbes différents suivant les régions.
caler et faler; var. calre (Bit.); faire.

(2) Perqué ou per çò que «parce que».
Eur
òpa, var. uròpa. De uèi ou d'uèi.
A «il a» est prononcé a ou o.
Notez la graphie -cion correspondant au français -tion.

(3) Mas «mais», var. mai, mais ; mas devant voyelle se pron. maz.

(4) Mai «plus» syn. pus / plus.
(5) Beutat var. beltat (Rg.) ; bèutat (Prov.).
Tanben est prononcé tabé (Lang.) et tanbèn (Prov.) puisque le -n final est prononcé dans cette région (tan + ben).
Aital, var. atal / antal.

(6) Baste, var. basta, est un terme très expressif et très fréquent qui indique un regret (Que n'ai-je . . .) ou un souhait (pourvu que).
  Pour exprimer le regret, on emploie baste / basta suivi du subjonctif présent (sans que) ou parfois, mais plus rarement, suivi de l'infinitif : baste l'ajam vist, baste l'aver vist! «Si on l'avait vu, si nous l'avions vu, quel regret de ne pas l'avoir vu, quel dommage qu'on ne l'ait vu !», etc..
   Pour exprimer le souhait, on emploie baste / basta suivi du subjonctif présent précédé de que : baste que venga ! «pourvu qu'il vienne, s'il pouvait venir !», etc.
Toutefois, certains emploient baste que également pour exprimer le regret.
Si l'on désire exprimer un regret ou un souhait particulièrement fort, on utilise le subjonctif imparfait.
  Baste l'aguèssem vist ! «Que ne donnerions-nous pas pour l'avoir vu ! S'il se pouvait qu'on l'ait vu !» (regret).
  Baste que venguèsse ! «pourvu qu'il vienne, c'est vraiment très important !» (souhait).

(7) Le groupe -bl- entre voyelles est généralement prononcé -pl- surtout après l'accent tonique, comme notamment dans le Rouergue et une partie du Languedoc ; ex. possible (pron. -ple),
  Aquels, var. aqueles /-lis.
  Tresaur, var. : tesaur ; tres
òr (francisée).